Rémy Cogghe

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Rémy Cogghe
Roubaix Remy Cogghe autoportrait 2.JPG

Rémy Cogghe, Autoportrait (1913),
Roubaix, La Piscine.

Naissance
Décès
(à 80 ans)
Roubaix
Nom de naissance
Rémi Coghe
Nationalité
Drapeau : Belgique Belge
Activité
Formation
Maître
Constantin Mils (Roubaix), Alexandre Cabanel (Paris), Joseph Stallaert et Alexandre Robert (Bruxelles)
Mouvement
Mécènes
Pierre Catteau, Roubaix
Distinctions

Rémy Cogghe, né Rémi Coghe[1] le à Mouscron (Belgique), et mort le à Roubaix[2] (France), est un peintre belge actif à Roubaix.

Biographie[modifier | modifier le code]

Endroit où est né Rémy Cogghe.
Maison du Broutteux, Tourcoing.

Rémy Cogghe passe son enfance à Mouscron dans la maison sise au coin des rues de Tourcoing et de Froidchamps. Treize ans plus tard, ses parents émigrent vers Roubaix, ville industrielle[3]. C'est là, que ce fils d'ouvrier du quartier de l'Épeule passe son adolescence, où son père travaille à la filature Cordonnier à partir de 1863. Remarqué pour ses talents de dessinateur par l'industriel Pierre Catteau qui va lui apporter son soutien, il s'inscrit aux cours de dessin et de peinture des écoles Académiques de Roubaix où il a pour maître Constantin Mils (1816-1886). En 1876, Rémy Cogghe entre à l'École des beaux-arts de Paris, dans la classe d'Alexandre Cabanel, puis, en 1879, à l'Académie royale des beaux-arts de Bruxelles où il a pour maîtres Joseph Stallaert et Alexandre Robert[4]. En 1880, il se présente au prix de Rome belge décerné par l’Académie royale des beaux-arts d'Anvers et obtient la médaille d'or pour son tableau Les Aduatiques vendus à l'encan[5]. Il voyage alors pendant cinq ans, à Paris, Rome, Barcelone, Madrid, Tolède, en Algérie, en Italie, en Tunisie... Il revient s'installer à Roubaix en 1885, où il fera construire sa maison en 1893 par l'architecte roubaisien Paul Destombes au n°22 de la rue des Fleurs[6]. Il y réalise de nombreux portraits de commandes de notables mais aussi des tableaux qui retracent les gestes de la vie quotidienne dans la région. Entre 1879 et 1926, il participe 29 fois au Salon des artistes français à Paris dans la section étrangère, y obtenant une médaille de troisième classe en 1889 pour le Combat de coqs.

Rémy Cogghe repose au cimetière de Roubaix.

Œuvres[modifier | modifier le code]

Peintre académique, le vérisme de ses tableaux restitue une multitude de détails et d'expressions saisis sur le vif dans des compositions qui traitent de scènes de café, de combats de coqs, de jeux de bourles[7], de fouilles qui forment le vie quotidienne des douaniers, de défilés de carnaval...

Parmi les scènes de genre, où il peint le monde ouvrier qu'il côtoie, citons en particulier, A la frontière (1890), Bain de pieds inattendu (1895), Jeu de bourles en Flandres (1897), Caramba (1898) et son mémorable Combat de coqs[8],[9],[10].

Œuvres dans les collections publiques[modifier | modifier le code]

En Belgique
Au Danemark
En France

Fresques[modifier | modifier le code]

Galerie[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Expositions collectives[modifier | modifier le code]

Monument à Rémy Cogghe, parc communal de Mouscron.

Réception critique[modifier | modifier le code]

  • « Une peinture socialo-anecdotique témoignant, écrit Didier Schulmann, de son "obsession de rendre compte d'une culture, d'une sociabilité populaire"[19]; l'artiste a su décrire avec beaucoup de verve, de couleur et de métier, les "ducasses" flamandes, les jeux de bourles[7] et les combats de coqs. » - Gérald Schurr[20]
  • « Artiste autonome, en recherche constante de l'authenticité et ayant le souci de s'affranchir des contraintes et des modes, Rémy Cogghe s'est attaché à montrer simplement les choses et les êtres comme ils sont, comme ils vivent, à la manière d'un “reporter-photographe” d'un autre siècle. » - Dominique Vallin[21]

Hommages[modifier | modifier le code]

  • Portrait de Rémy Cogghe, tableau de Theodor Philipsen, Ny Carlsberg Glyptotek, Copenhague.
  • Monument à Rémi Coghe[22], parc communal de Mouscron.
  • Les villes de Mouscron, Roubaix et Wasquehal possèdent une rue Rémy-Cogghe.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Biographie Rémy Cogghe dans Mémoires lettre mensuelle de l'Université de Lille III, mars 2003.
  2. Dans sa maison de la rue des Fleurs (aujourd'hui rebaptisée rue Rémy-Cogghe).
  3. Ville de Mouscron, Rémy Cogghe
  4. Dirk Van Assche, « Rémy Cogghe : een schilder met talent, maar beperkte ambitie », revue Des franse Nederlanden - Les Pays-Bas français, 2005
  5. (fr) « Dictionnaire des peintres belges », sur balat.kikirpa.be
  6. Monumentum, La maison aujourd'hui classée de Rémy Cogghe, Roubaix
  7. a et b Association Frères de Géants, Jeux anciens
  8. Jean Deroubaix, Dictionnaire de l'arrondissement Mouscron-Comines, 1973.
  9. Dominique Vallin-Piteux, Le "combat de coqs" de Rémy Cogghe, Société d'émulation de Roubaix
  10. L'Amicale progressiste, Le combat de coqs en Flandre par Rémy Cogghe, 9 mars 2015
  11. Stéphanie Magalhaes, Pontarlier, une vie après l'absinthe, Art Aujourd'hui Info, 2002
  12. Laurent Marty, Visite à la piscine de Roubaix, Agora Vox, 2006
  13. Jérôme Fourmanoir, Les expositions internationales des beaux-arts à Boulogne-sur-Mer : 1887, 1901, Les cahiers du patrimoine boulonnais, juin 2016
  14. Université catholique de Louvain, D'ici de-là, la Province s'expose au musée de Louvain-la-Neuve, 2013
  15. Office de tourisme de la Porte du Hainaut, Par les villes et les champs à Saint-Amand-les-Eaux et Denain, présentation de l'exposition, 2016
  16. Communauté d'agglomération de la Porte du Hainaut, Par les villes et les champs, présentation de l'exposition
  17. Rhöne-Alpes tourisme, Tentations - L'appel des sens (1836-1914), dossier de presse du Musée Paul-Dini, 2016
  18. Fabien Giacomelli, « Cinq sens, cinq tableaux », Le Progrès de Lyon, 25 décembre 2016
  19. Didier Schulman, Rémy Cogghe, Éditions du Musée de Roubaix, 1986.
  20. Gérald Schurr, Le guidargus de la nature, Les Éditions de l'Amateur, 1996, page 190.
  21. Dominique Vallin, « L'artiste et ses modèles », inLes Rémy Cogghe de la Piscine, Éditions Invenit et La Piscine, 2009.
  22. Nom de naissance de l'artiste

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

  • Aurélie Montignie et Pierre Peeters, Le Tournai artistique - Artistes et courants artistiques à Tournai de 1800 à 1940, Éditions Wapica, 2016.
  • Bernard Schaeffer, Complots de femmes - Intrigues roubaisiennes à la Belle Époque, Éditions Ravet-Anceau, 2014 (présentation du livre en ligne).
  • Jean-Pierre De Rycke, Cent un chefs-d'œuvre de Manet à Dürer : Musée des beaux-arts de Tournai, Éditions Racine, 2012.
  • Tom Verschaffel et Saartje Vanden Borre, A few painters, a few heroes and many factory workers, dans l'ouvrage collectif The historical imagination in nineteenth-century - Britain and the Low Countries, édité par Michael Wintle (Université de Swansea) et Hugh Dunthome (Université d'Amsterdam), 2012.
  • Jean-Bernard Pouy, Rémy Cogghe, combat de coqs en Flandre, Éditions Invenit, 2011.
  • Bruno Gaudichon, José Barbieux, Dominique Vallin et Amandine Delcourt (préface de Pierre Dubois), Les Rémy Cogghe de La Piscine, éditions Invenit & La Piscine, 2009 (présentation du livre, Bruno Gaudichon, ITV).
  • Dominique Piteux-Vallin, Rémy Cogghe 1854-1935, éditions PU du Septentrion, 2007.
  • Caroline Desnoëttes, Les cinq sens au musée, Éditions Réunion des musées nationaux, 2003.
  • Olivier Clynckemaille, Deux siècles d'art en Flandre wallonne, Éditions du Musée des beaux-arts de Mouscron, 2003.
  • Amandine Delcourt, Les Salons des beaux-arts à Roubaix entre 1884 et 1914, mémoire de maîtrise, Université de Lille III, 2003.
  • Dictionnaire du Nord et du Pas-de-Calais, Larousse, 2001.
  • Emmanuel Bénézit, Dictionnaire des peintres, sculpteurs, dessinateurs et graveurs, Gründ, 1999.
  • Gérald Schurr, Le guidargus de la peinture, Les éditions de l'Amateur, 1996.
  • Ulrich Thieme et Felix Becker, Allgemeines Künstlerlexikon der Bildenden Künstler von der Antike bis zur Gegenwart, Saur, 1996.
  • Brita Velghe, Dictionnaire des peintres belges du XIVe siècle à nos jours, La Renaissance du livre, 1995.
  • Jean-Jacques Lévêque, Les années impressionnistes, 1870-1889, ACR Éditions, 1990.
  • Robert Vandenberghe, Rémy Cogghe, peintre franco-belge de la réalité quotidienne, in Mémoires de la Société d'histoire de Mouscron et de la région, tome 8, 1986.
  • Ville de Roubaix, introduction de Jean-Pierre Detremmerie et André Diligent, textes de Didier Schulmann (Rémy Cogghe, une carrière et un style), Laurent Marty (Rémy Cogghe, peintre du quotidien) et Vincent Brausch (Rémy Cogghe et sa ville natale), Rémy Cogghe (1854-1935) : catalogue de l'exposition, Roubaix, France, du 16 novembre au 24 décembre 1985, Mouscron, Belgique, du 10 janvier au 26 janvier 1986, édité par la ville de Roubaix, 1985.
  • Patrick et Viviane Berko, Dictionnaire des peintres belges nés entre 1750 et 1875, Éditions Laconti, 1981.
  • Gérald Schurr, Les petits maîtres de la peinture, valeur de demain, Les éditions de l'Amateur, 1976, tome 3.
  • Sous la direction de Jean Deroubaix, Dictionnaire de l'arrondissement de Mouscron-Comines, Éditions Vanbraekel, 1973.
  • René Édouard-Joseph, Dictionnaire biographique des artistes contemporains, 1910-1930, Art et Édition, 1930.

Liens externes[modifier | modifier le code]