Faubourg Poissonnière

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Poissonnière.
Faubourg Poissonnière
quartier Poissonnière
Place Franz-Liszt vue depuis la terrasse de l'église Saint-Vincent de Paul, 2008.
Place Franz-Liszt vue depuis la terrasse de l'église Saint-Vincent de Paul, 2008.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Île-de-France
Ville Paris

Le faubourg Poissonnière ou quartier Poissonnière est le nom d'un faubourg et d'un ancien quartier de Paris. Plus anciennement, il s'est aussi appelé quartier ou faubourg de la « Nouvelle-France ».

Les faubourgs étaient les quartiers « fors le bourg » (du latin foris, « en dehors », et bourg), donc en dehors des murs ou au-delà des portes d'une ville.

Origine du nom[modifier | modifier le code]

Au Moyen Âge, les poissonniers venant livrer aux Halles leur marchandise en provenance des ports de la mer du Nord et de la partie septentrionale de la Manche empruntaient toujours le même chemin, dit « chemin de la marée » ou « chemin des Poissonniers »[1]. La rue Poissonnière située dans le 2e arrondissement correspond à peu près à la partie du chemin englobée dans la ville au moment de la construction de l’enceinte de Louis XIII dite des « Fossés jaunes », au début du XVIIe siècle.

Le chemin se prolongeait, hors des limites de Paris d'avant 1860, dans le faubourg, puis passait entre les communes de Montmartre et de La Chapelle.

Ce chemin, à l'exception d'un court tronçon absorbé par le boulevard Barbès, est devenu la rue du Faubourg-Poissonnière entre les 9e et 10e arrondissements, la rue des Poissonniers dans le 18e arrondissement et l’avenue de la Porte-des-Poissonniers, située tout au nord de la ville, à l’emplacement où se trouvait la porte des Poissonniers dans l’enceinte de Thiers. À Saint-Ouen, commune limitrophe, elle prend le nom de Chemin des Poissonniers pour rejoindre l'Estrée au lieu-dit La Croix Penchée.

C'est la partie située le long de l'actuelle rue du Faubourg-Poissonnière, alors en dehors des murs, qui deviendra le faubourg Poissonnière puis le quartier du faubourg Poissonnière de 1795 à 1860.

Historique[modifier | modifier le code]

Formation du faubourg[modifier | modifier le code]

Hors des murs de Paris, l'urbanisation se développe autour de ce « chemin des Poissonniers » et ce nouveau territoire est érigé en faubourg en 1648[1], la rue principale, actuelle rue du Faubourg-Poissonnière, qui traverse ce faubourg prend alors le nom de « chaussée de la Nouvelle-France »[1], nom donné au nouveau quartier. Vers 1660, cette voie sera rebaptisée Sainte-Anne[1] avant de prendre le nom de rue du Faubourg-Poissonnière.

Sur le plan de la ville et des faubourgs de Paris divisé en ses vingt quartiers par le Sr Robert de Vaugondy de 1771[2] le quartier est toujours nommé « nouvelle France » et la rue du Faubourg-Poissonnière est nommée rue Sainte-Anne. Sur le plan de Pichon, Ingénieur Géographe, de 1789 Nouveau plan routier de la ville et faubourgs de Paris[3] la rue du Faubourg-Poissonnière est nommée rue Sainte-Anne ou Poissonnière.

Ce quartier en plein développement attire des spéculateurs dont Nicolas Lenoir et Claude-Martin Goupy[4], ce dernier spécula dès 1770 au faubourg Poissonnière sur des terrains vendus par la communauté des Filles-Dieu, dont il était l'entrepreneur, jouant un rôle capital dans l'urbanisation du quartier[5].

Lors de la création des (anciens) arrondissements de Paris en 1795, le quartier du faubourg Poissonnière sera officiellement créé dans l'ancien IIIe, ce sera le IXe quartier de Paris, il était situé dans le sud-ouest du 10e arrondissement actuel, approximativement entre la rue du Faubourg-Poissonnière, la rue du Faubourg-Saint-Denis, le boulevard de Bonne-Nouvelle et la rue de Chabrol, c'était sur l'emplacement qu'avait occupée la section du Faubourg-Poissonnière sous la Révolution française.

« Les limites de ce quartier sont : la rue du Faubourg-Poissonnière numéros pairs, le mur d'enceinte de la barrière Poissonnière à la barrière St-Denis, la rue du Faubourg St-Denis numéros impairs, et le boulevard Bonne-Nouvelle numéros pairs. Superficie 800,000 m. carrés, équivalant à 0,024 de la superficie totale de Paris[6]. »

— Girault de Saint-Fargeau, Les quarante-huit quartiers de Paris: biographie historique et anecdotique des rues, des palais, des hotels et des maisons de Paris.

La partie sud du quartier est située sur les anciennes cultures des Filles-Dieu et la partie nord sur les anciens terrains de l'enclos Saint-Lazare[7].

Nouveau quartier Poissonnière[modifier | modifier le code]

Voir plus de détails dans la section « Nouveau Quartier Poissonnière et l'église Saint-Vincent-de-Paul » de la page « Enclos Saint-Lazare »

Le « nouveau quartier Poissonnière » sera le nom d'une extension du quartier du faubourg Poissonnière vers le nord sur les terrains lotis de l'enclos Saint-Lazare dont une partie est cédée en 1821 à un groupe de financiers, la « Compagnie du Nouveau Quartier Poissonnière » qui deviendra en 1825 la « Société du nouveau Quartier Poissonnière »[8].

Un quartier neuf est réalisé autour de la place Charles X qui devint la place Lafayette en 1830 puis la place Franz-Liszt de 1962 à aujourd'hui.

C'est à cette occasion que sera construite l'église Saint-Vincent-de-Paul et que de nombreuses voies seront percées, la rue Charles X, devenue rue La Fayette, la rue d'Hauteville est prolongée entre la rue des Messageries et la place Franz-Liszt, la rue des abattoirs, devenue partie est de la rue de Dunkerque, la rue du chevet de l'église, devenue rue de Belzunce, la rue du Gazomètre, devenue partie de la rue d'Abbeville, la rue du Nord qui sera absorbée par le boulevard de Magenta, la rue des Jardins Poissonnière, devenue rue de Rocroy et la rue des Petits-Hôtels.

Le faubourg Poissonnière aujourd'hui[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Rue du Faubourg-Poissonnière.

Le 1er janvier 1860, Paris passe de 12 arrondissements et 48 quartiers ; à 20 arrondissements et 80 quartiers[17].

Le nom de « quartier du faubourg Poissonnière » n'a alors plus d'existence officielle, mais tout comme on continue à nommer « faubourg » des quartiers aujourd’hui incorporés à la ville de Paris (le faubourg Saint-Antoine, le faubourg Saint-Marcel, le faubourg Montmartre, etc.) on continue d'utiliser ces noms en référence au quartier.

Aujourd'hui le nom « faubourg Poissonnière » fait toujours référence à l'ancien faubourg, le long de la rue du Faubourg-Poissonnière qui marque la limite entre les 9e et 10e arrondissements[18].

Annexes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c et d Dictionnaire administratif et historique des rues de Paris et de ses monuments par Félix Lazare,... et Louis Lazare,... 1844-1849 (p. 551)
  2. plan de la ville et des faubourgs de Paris divisé en ses vingt quartiers par le Sr Robert de Vaugondy sur Gallica
  3. Nouveau plan routier de la ville et faubourgs de Paris - La Bibliothèque Médicis en ligne
  4. [PDF]Claude Goupy, architecte et seigneur du fief de Meaux à Eaubonne (p. 2)
  5. Pascal Étienne, Le Faubourg Poissonnière : architecture, élégance et décor, Paris, Délégation à l'Action artistique de la Ville de Paris, , 312 p., p. 92-108.
  6. Les quarante-huit quartiers de Paris: biographie historique et anecdotique ... Par Girault de Saint-Fargeau (p. 65)
  7. Volume 3 de Paris ancien et moderne, ou Histoire de France divisée en douze périodes appliquées aux douze arrondissements de Paris, et justifiée par les monuments de cette ville célèbre, Jean de Marlès (p. 147)
  8. Bulletin des lois de la République franc̜aise, Volume 3 - Bulletin 62Bis
  9. Recueil des lettres patentes, ordonnances royales, décrets et arrêtés préfectoraux concernant les voies publiques
  10. La rue de la Barrière-Poissonnière qui deviendra la rue du Nord en 1833 et le boulevard Magenta en 1855,
  11. La rue de la Barrière-Saint-Denis qui deviendra rue de Denain puis l'avenue de Denain en 1847 et enfin boulevard de Denain en 1859
  12. La rue de l'Abattoir qui deviendra la rue de Dunkerque
  13. La rue des Magasins qui deviendra la rue de Saint-Quentin
  14. La rue du Chevet-de-l'Église deviendra la rue de Belzunce
  15. La rue du Gazomètre qui deviendra la rue d'Abbeville
  16. La partie entre les actuelles rues Lafayette et du Château-Landon
  17. No 7072 — Loi sur l'extension des limites de Paris, Bulletin des lois de la République française, t. XIV, XIe s., no 738 (p. 747–751)
  18. Marie de Paris, « Parcours d'architecture : un nouveau regard sur le patrimoine parisien - 10e ardt - À travers le Faubourg Poissonnière », Marie de Paris (consulté le 31 mars 2010)