Rue du Faubourg-Saint-Martin

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

10e arrt
Rue du Faubourg-Saint-Martin
Image illustrative de l’article Rue du Faubourg-Saint-Martin
Vue vers le nord
Situation
Arrondissement 10e
Quartier Porte-Saint-Martin, Saint-Vincent-de-Paul et Hôpital-Saint-Louis
Début 2, boulevard Saint-Denis
96, rue René-Boulanger
Fin 147, boulevard de la Villette
1, place de la Bataille-de-Stalingrad
Voies desservies Impasse Martini
rue Gustave-Goublier
passage Brady
passage du Marché
rue du Château-d'Eau
rue Hittorf
rue de Nancy
cité Saint-Martin
passage du Désir
rue des Vinaigriers
boulevard de Magenta
passage Dubail
rue Sibour
rue des Récollets
rue Saint-Laurent
rue du 8-Mai-1945
avenue de Verdun
impasse Boutron
rue du Terrage
rue du Château-Landon
rue Eugène-Varlin
rue Alexandre-Parodi
rue Louis-Blanc
rue La Fayette
passage U/10
rue Chaudron
Morphologie
Longueur 1 886 m
Largeur 18 m
Historique
Ancien nom Rue du Faubourg-Saint-Laurent, au nord de la rue du Château-d'Eau
rue du Faubourg-du-Nord (Révolution)
Géocodification
Ville de Paris 3544
DGI 3522

Géolocalisation sur la carte : Paris

(Voir situation sur carte : Paris)
Rue du Faubourg-Saint-Martin
Images sur Wikimedia Commons Images sur Wikimedia Commons

La rue du Faubourg-Saint-Martin traverse le 10e arrondissement de Paris du sud au nord, reliant la porte Saint-Martin au boulevard de la Villette près de la rotonde de la Villette.

Situation et accès[modifier | modifier le code]

Ce site est desservi par les stations de métro Strasbourg - Saint-Denis, Château d'Eau, Gare de l'Est, Château-Landon, Louis Blanc et Stalingrad.

Origine du nom[modifier | modifier le code]

La rue du Faubourg-Saint-Martin doit son nom au fait qu'elle traversait le hameau situé à l'extérieur de la porte Saint-Martin du mur d'enceinte qui desservait l'abbaye Saint-Martin-des-Champs et qu'elle est tracée dans le prolongement de la rue Saint-Martin. Le faubourg est primitivement un quartier « fors le bourg » (de l'ancien français « fors », issu du latin foris, « en dehors » et de borc, « bourg », forsborc vers 1200, forbours vers 1260[1]).

Historique[modifier | modifier le code]

Le tracé de cette rue est celui de la voie romaine qui partait de Lutèce en allant vers le nord en passant les actuelles rues du Château-Landon, Philippe-de-Girard, de la Chapelle, pour arriver à Saint-Denis.

Elle porta le nom de rue du « Faubourg Saint-Martin », entre le boulevard Saint-Denis et la rue du Château-d'Eau, du fait de sa proximité de la porte et « rue du Faubourg Saint-Laurent » au-delà. Ces deux parties ont été réunies sous le nom actuel pendant la Révolution, en portant momentanément le nom de « Faubourg du Nord ».

Une décision ministérielle du 28 messidor an V (16 juillet 1797), signée Pierre Bénézech, confirmée par une ordonnance royale du 4 novembre 1829, a fixé la moindre largeur de cette voie publique à 18 mètres et la plus grande à 36 mètres.

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Bâtiments remarquables et lieux de mémoire[modifier | modifier le code]

1784 : Au Tapis Rouge ouvre ses portes et présente un assortiment unique de marchandises venues des quatre coins de l'Europe, et avec lui commence l'ère des grands magasins qui feront la gloire de Paris.
1870 : situé au cœur d'un quartier vivant et central, Au Tapis Rouge n'échappe cependant pas aux tourmentes de l'Histoire durant la Commune : ses rayons seront la proie des flammes le 24 mai 1871, pendant la Semaine sanglante. Mais quatre mois à peine après l'incendie, de nouveaux locaux sont présentés au public lors d'une inauguration en grande pompe le 30 septembre 1871.
1910 : coup de théâtre, l'activité du grand magasin change, il se nomme dorénavant « Compagnie générale de l’ameublement », mais le nom de Au Tapis Rouge demeure.
1914 : un certain monsieur Congy exploite là un hôtel de la Renaissance, il n'est plus question du Tapis Rouge.
1944 : les jouets Bern s'installent au Tapis Rouge.
1975 : transformation du Tapis Rouge en une usine de fabrication de mailles, La Chaumière aux Tricots.
1985 : travaux de rénovation et de transformation en centre de congrès.
1989 : fin des travaux. Réouverture sous le nom d'Espace Tapis Rouge, en mémoire de son passé.
Actuellement, le bâtiment a été transformé en salle de congrès et évènementiel d'entreprise.
Le bâtiment était à l’origine un magasin de tissus. Il comporte encore en façade l’inscription d’origine : « Aux Classes Laborieuses ».
Il est ensuite devenu « le magasin Lévitan », magasin de meubles.
Il servit de camp d'internement en tant qu'annexe du Camp de Drancy durant la Seconde Guerre mondiale.
Après la guerre, l’immeuble a été reconverti en parking, puis en immeuble de bureau pour l'agence BETC.

Une annexe du camp de Drancy[modifier | modifier le code]

Pendant l’occupation nazie, l’immeuble du magasin Lévitan, situé aux nos 85-87, a été réquisitionné par la Dienststelle Westen ; le propriétaire du magasin, Wolf Lévitan (1885-1965), était juif[7]. À l’été 1943, le magasin Lévitan est devenu le Lager-Ost (camp est), annexe parisienne de Drancy. Cent vingt internés du camp de Drancy y ont été transférés le 18 juillet 1943.

La journée, les détenus juifs travaillaient dans les étages au tri des objets qui arrivaient quotidiennement, et en grand nombre, en provenance des appartements des familles juives déportées. Les détenus vidaient les caisses, nettoyaient leur contenu et rangeaient méthodiquement l’ensemble du butin. Certains ont vu passer les biens de leurs familles ou de leurs proches. Le soir, ils dormaient et mangeaient au dernier étage. Parfois, ils étaient autorisés à se rendre sur la terrasse, seule possibilité pour eux de prendre l’air et de voir la lumière.

Le , les juifs qui n’avaient pas encore été déportés ont été évacués en autobus pour Drancy. Certains détenus se sont évadés durant le transport. Les autres furent finalement libérés le .

Après la Seconde Guerre mondiale, une plaque est apposée sur la façade : « De juillet 1943 à août 1944 cet immeuble, alors magasin Lévitan, a servi d'annexe au camp de Drancy. Ici les prisonniers étaient contraints de trier les meubles et les objets méthodiquement volés par les nazis dans les appartements des juifs. N’oublions jamais. »

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Article connexe[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Alain Rey, Dictionnaire historique de la langue française, 3 vol., 3e édition, Le Robert, 2006.
  2. [PDF] « Le Batifol », www.ledilettante.com.
  3. « Faubourg Saint-Martin, cinéma Eldorado », www.v2asp.paris.fr.
  4. « Le Splendid », www.evene.fr.
  5. Document pdf tiré d'une exposition de 2007.
  6. Geoffroy clavel, « EELV vend La Chocolaterie, son siège parisien depuis 2003 », Huffington Post, (consulté le 13 juillet 2015).
  7. La Dienststelle Westen est créée en mai 1942 à l’initiative d’Alfred Rosenberg et dirigée par Kurt von Behr ; elle met en œuvre le pillage des appartements.