Quartier Saint-Symphorien de Tours

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Saint-Symphorien.
Saint-Symphorien
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Centre-Val de Loire
Ville Blason tours 37.svg Tours
Étapes d’urbanisation 1960-1990
Géographie
Coordonnées 47° 25′ 45″ nord, 0° 41′ 40″ est
Localisation

Géolocalisation sur la carte : France

Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Saint-Symphorien

Géolocalisation sur la carte : Tours

Voir la carte administrative de Tours
City locator 14.svg
Saint-Symphorien

Géolocalisation sur la carte : Tours

Voir la carte topographique de Tours
City locator 14.svg
Saint-Symphorien

Saint-Symphorien est un quartier de la ville de Tours. Ce quartier était jusqu'en 1964 une Commune[1] limitrophe au nord de Tours.

Histoire[modifier | modifier le code]

Saint-Symphorien est une ancienne commune d'Indre-et-Loire. C'est aussi l'ancien nom du quartier Paul Bert jusqu'en 1908. Il s'appelait le faubourg Saint-Symphorien jusqu'à cette date. Il s'est développé, surtout après l'ouverture du pont médiéval d'Eudes en 1034, qui aboutissait dans ce faubourg.

Cette situation apparemment complexe, provient de la division de l'ancienne paroisse en deux parties au moment de la réforme administrative de 1789. La partie rurale de la paroisse est devenue la commune de Saint-Symphorien hors les murs. Le faubourg, partie urbaine de la paroisse qui a conservé l'église éponyme, a été rattaché à la commune de Tours. On a donc eu pendant plus d'un siècle, 2 territoires distincts portant le même nom. Par procès-verbal de délimitation et arrêté préfectoral du 21 germinal an 9, Saint-Symphorien céda à Sainte-Radegonde-en-Touraine 19 ha et reçut 86 ha en échange, sans habitation. La délimitation de Saint-Symphorien d’avec Sainte-Radegonde-en-Touraine fut réalisée en 1808 (A.N.-F 2 II Indre-et-Loire 3).

Le faubourg Saint-Symphorien-des-Ponts de Tours fut en outre, le , le théâtre d'un sanglant combat opposant des troupes du duc de Mayenne, alors devenu le chef de la Ligue, à celles conjointes d'Henri III et Henri de Navarre qui venaient de signer un traité d'alliance au château de Plessis-lès-Tours[2],[3].

Au cours de la Révolution française, le faubourg porta provisoirement le nom de La Réunion-du-Nord[4].

En 1964 cette commune vote son rattachement à Tours dont elle devient alors un quartier.

Démographie (avant absorption)[modifier | modifier le code]

Évolution de la population
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 060 702 998 1 122 1 365 1 471 1 795 2 052 2 334
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
2 547 2 579 2 536 2 652 3 139 3 180 3 338 3 288 3 579
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
3 585 3 536 3 830 4 810 5 321 6 370 7 196 7 371 9 318
1962 - - - - - - - -
11 437 - - - - - - - -
(Sources : ...)

Personnalités liées à l'ancienne commune[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Code INSEE : 37239
  2. Cf. notamment Pierre de L'Estoile (dir.), Registre-journal du règne de Henri III : 1588-1589, vol. VI, Droz, , p. 180-182 et Jacques-Auguste de Thou, Historiæ sui temporis. Ab anno Domini 1543 usque ad annum 1607, Genève, Henri Scheuleer, (réimpr. 1740), qui est la source primaire.
  3. François Caillou, « L’essor et l’échec de la Ligue à Tours (1576-1589) », Annales de Bretagne et des Pays de l’Ouest, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, vol. 115, no 4,‎ , pages 31 à 43 (DOI 10.4000/abpo.215, lire en ligne)
  4. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui, « Notice communale - Saint-Symphorien », sur EHESS, École des hautes études en sciences sociales (consulté le 16 décembre 2012)

3- LALANDE G., d'ORAZIO L., Le quartier Paul Bert, récits et film, archives municipales de Tours, Tours, 2012.

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]