Dopesick

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Dopesick

Type de série mini-série
Titre original Dopesick
Genre Drame
Création Danny Strong
Acteurs principaux Michael Keaton
Peter Sarsgaard
Michael Stuhlbarg
Will Poulter
Rosario Dawson
Pays d'origine Drapeau des États-Unis États-Unis
Chaîne d'origine Disney+
Nb. de saisons 1Voir et modifier les données sur Wikidata
Nb. d'épisodes 8
Durée 46- 69 minutes
Diff. originale

Dopesick est une mini-série dramatique américaine créée par Danny Strong et basée sur le livre reportage Dopesick: Dealers, Doctors and the Drug Company that Addicted America (Dopesick : Dealers, Docteurs, et la compagnie pharmaceutique qui ont rendu l'Amérique accro) écrit par Beth Macy. Cette série de huit épisodes est diffusée aux Etats-Unis sur la plate-forme Hulu à partir du , puis internationalement dans le contenu Star de la plate-forme Disney+, depuis le .

Synopsis[modifier | modifier le code]

Dans les années 1990, Richard Sackler commence sa croisade contre la douleur en décidant de commercialiser un nouvel antalgique de Purdue Pharma. Il choisit de présenter un opioïde comme « moins addictif » que les autres dépresseurs de la même classe, et fait former des visiteurs médicaux pour encourager les médecins à le prescrire comme un anti-douleur efficace et inoffensif. Un médecin du pays minier de Virginie du Sud, Samuel Finnix, commence à en prescrire à certains patients.

Dix ans plus tard, Rick Mountcastle et Randy Ramseyer, travaillant pour le procureur de leur État, enquêtent sur les méthodes commerciales et juridiques utilisées par Purdue Pharma pour vendre en masse l'OxyContin, présenté comme un anti-douleur à base d'opiacés à risque mineur d'addiction, mais dont on soupçonne depuis des années qu'il est la cause d'un trafic d'opioïdes faisant des ravages dans tous les États-Unis. De son côté, à la DEA, Bridget Meyer observe les hausses de décès et de criminalité liées à l'OxyContin et cherche le moyen de limiter sa prescription.

Distribution[modifier | modifier le code]

Acteurs principaux[modifier | modifier le code]

Acteurs récurrents et invités[modifier | modifier le code]

Doublage français
Source : carton de doublage sur Disney+

Épisodes[modifier | modifier le code]

  1. Un remède miracle (First Bottle) réalisé par Barry Levinson
  2. La douleur extrême (Breakthrough Pain) réalisé par Barry Levinson
  3. Le 5e signe vital (The 5th Vital Sign) réalisé par Michael Cuesta
  4. Pseudo-addiction (Pseudo-Addiction) réalisé par Michael Cuesta
  5. Le Lanceur d'alerte (The Whistleblower) réalisé par Patricia Riggen
  6. Frappez les toxicos (Hammer the Abusers) réalisé par Patricia Riggen
  7. Avertissement de boîte noire (Black Box Warning) réalisé par Danny Strong
  8. Le procès contre Purdue (The People vs. Purdue Pharma) réalisé par Danny Strong

Accueil[modifier | modifier le code]

Le site d'agrégation Rotten Tomatoes donne un taux d'approbation de 84 % avec une note moyenne de 7,3/10, basée sur 51 critiques. Le consensus critique dit : « Dopesick plie parfois sous le poids de son sujet, mais les performances de Michael Keaton et Kaitlyn Dever et une approche empathique des vraies personnes impactées par la crise des opiacés forment un drame poignant[1] ». Metacritic, qui utilise une moyenne pondérée, donne une note de 68/100 basée sur 25 critiques, indiquant des critiques généralement positives[2].

Kristen Baldwin d'Entertainment Weekly donne la note de A- et déclare : « Dopesick englobe adroitement la vaste épidémie d'addiction à travers d'histoires intimes, profondément captivantes de dévastation humaine[3] ». Pour USA Today, Kelly Lawler donne une note de 3 sur 4 étoiles et décrit la distribution comme « excellente et empathique, qui permet de poser la série. Keaton est à son meilleur, maîtrisant un personnage qui est un bordel de contradictions et de transformation[4] ».

Le Figaro donne une critique élogieuse de la série. « L’intrigue est ciselée écrite autour des trois axes que sont le travail des autorités, le fonctionnement du laboratoire et les habitants de Finch Creek. Pas un temps mort, pas une image qui ne soit pas parfaite, pas une ligne de dialogue superflue, pas une émotion inutile. Une véritable œuvre d’art. Un réalisme quasi documentaire[5]. »

Pour le quotidien La Croix, la série apporte une nouvelle image des États-Unis. « Au fil d’une narration complexe mais limpide, montrant la progression des opiacés dans les années 1990 et, lors de la décennie suivante, celle de l’enquête judiciaire menée sur les activités de la famille Sackler, Dopesick montre aussi un autre visage de l’Amérique[6]. »

Pour la radio Le Mouv', la série rend hommage aux milliers de vies perdues à cause de ce labo pharmaceutique[7].

Le Point remarque le contenu politique de la série : « Au moment où les arcs narratifs de plusieurs personnages se croisent enfin et qu’ils se passent le témoin dans cette course de relais ingrate, nous ressentons une immense solidarité envers les Américains oubliés de la classe ouvrière[8]. »

De même, Première note que, « Impressionnant et bouleversant récit sur la crise des opioïdes qui ravage l'Amérique depuis vingt ans, la mini-série Dopesick pointe, sans prendre de gants, le labo Purdue Pharma et ses propriétaires, comme les responsables de cette catastrophe sanitaire[9] ».

Nice Matin qui salue la qualité générale de la mini-série met en avant la performance de Michael Keaton, "fascinant en médecin, veuf, d'un patelin perdu en Virginie"[10]. Margaux Baralon dans Blick salue également la performance de Keaton, distingué par le prix du Meilleur acteur dans une mini-série ou un téléfilm Golden Globes 2022[11].

Récompenses et nominations[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) « Dopesick: Season 1 Reviews », sur Rotten Tomatoes (consulté le )
  2. (en) « Dopesick - TV Show Reviews », sur Metacritic (consulté le )
  3. (en) Kristen Baldwin, « Dopesick review: An American horror story that's all too real », sur Entertainment Weekly, (consulté le )
  4. (en) Kelly Lawler, « Review: Michael Keaton's opioid drama 'Dopesick' is harrowing, horrifying and a must-watch », sur USA Today, (consulté le )
  5. « Dopesick: chronique d’un scandale sanitaire annoncé », sur Le Figaro, (consulté le ).
  6. « « Dopesick », la crise des opiacés à visage humain », sur La Croix, (consulté le ).
  7. « "Dopesick" : la crise des opioïdes au cœur d'une série haletante », sur Le Mouv', (consulté le ).
  8. « « Dopesick » : le retour de Michael Keaton dans une série fracassante », sur Le Point, (consulté le ).
  9. « Après Dopesick : comment la famille Sackler a réussi à s'en sortir », sur Première, (consulté le ).
  10. "Dopesick", le remède qui tue: une série coup de poing, nicematin.com, 4 janvier 2022, par Mathieu Faure
  11. Du Kansas à la Pennsylvanie Pourquoi l’Amérique profonde vous fascine dans les séries., blick.ch, 25 janvier 2022, par Margaux Baralon
  12. (en) « Golden Globe Nominations 2022 », sur TVLine, (consulté le ).

Liens externes[modifier | modifier le code]