Ploutocratie

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

La ploutocratie (du grec ploutos : richesse ; kratos : pouvoir) consiste en un système de gouvernement où l'argent constitue la base principale du pouvoir[1].

Définition[modifier | modifier le code]

La ploutocratie est un régime politique où les plus riches sont au pouvoir. C'est un régime proche de l'oligarchie mais qui a pour particularité de sélectionner les rares décideurs sur le seul critère de leur richesse.

Aujourd'hui on utilise ce terme pour dénoncer les dérives des démocraties où les lobbies (souvent des multinationales) influent fortement sur le texte des lois.

Régimes similaires[modifier | modifier le code]

Il ne faut pas confondre la ploutocratie avec des systèmes où l’exercice de la citoyenneté est lié à une richesse minimale. La nécessité de jouir d'une richesse minimale est imposée par la croyance que le propriétaire a plus d’intérêt pour la collectivité (sont plus motivés pour la bonne marche de l’ensemble ceux qui possèdent plus, ce qui ne va pas toujours de soi) et à la possibilité d’acquérir du matériel militaire (sont plus motivés pour défendre la cité ceux qui possèdent plus, et les autres de toute façon ne peuvent pas s’équiper). Dans les différents systèmes politiques des cités antiques, en effet, les citoyens étaient très souvent les soldats, et devaient s’équiper eux-mêmes, à leurs frais : les citoyens étaient ceux qui pouvaient le faire, avec parfois un privilège politique pour ceux qui étaient capables de s’offrir un cheval (chevalier romain). Cependant, ces systèmes politiques avaient un minimum assez bas pour garantir une armée assez nombreuse, ce qui ne permet pas de les qualifier de ploutocraties.

Les suffrages censitaires, c’est-à-dire exigeant une contribution minimale (cens) aux finances publiques, sont très fréquents dans l’Histoire. Ces systèmes ne sont pas ploutocratiques, car le plus souvent seules les contributions directes (généralement à base foncière) étaient comptées, au contraire des contributions indirectes (souvent à base commerciales) ; de ce fait, les plus riches, souvent des commerçants, n’appartenaient pas forcément à la base politique.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Définition Sur le site la-philosophie.com

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]