Planet Hollywood

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Planet Hollywood
Description de l'image Logo PlanetHollywood.jpg.
Création 1991
Fondateurs Robert Earl, Keith Barish
Siège social Drapeau des États-Unis 7598 West Sand Lake Road, Orlando (États-Unis)
Activité Restauration
Site web www.planethollywoodintl.com

Planet Hollywood, lancée en 1991 par Robert Earl et Keith Barish, est une chaîne de restaurants à thème sur la vie du cinéma hollywoodien. A son lancement, l'enseigne compte parmi ses investisseurs Arnold Schwarzenegger, Demi Moore, Bruce Willis et Sylvester Stallone.

Fonctionnement[modifier | modifier le code]

Planet Hollywood propose une formule de restauration mêlant cuisine américaine et décors empruntés des films et plateaux de tournage hollywoodiens. L'enseigne s'appuie sur le visite de stars du cinéma et des sports pour s'assurer une exposition médiatique publicitaire. Les principaux investisseurs de l'enseigne sont des stars du cinéma hollywoodien : Arnold Schwarzenegger, Demi Moore, Bruce Willis, Sylvester Stallone et Whoopi Goldberg (la bande des cinq)[1].

Les autres stars, qui participent généralement à l'inauguration des nouveaux restaurant de la chaîne, reçoivent eux des actions en échange de la publicité générée par leur présence. Melanie Griffith, Cindy Crawford, Jean-Claude Van Damme, Joe Montana, Andre Agassi, Monica Seles et Shaquille O'Neal ont ainsi participé aux inaugurations de l'enseigne. Ces stars se partagent 18,5% de l'actionnariat, soit $18,5 millions par star au moment de l'introduction du titre en bourse en 1996[1].

Les deux co-fondateurs se partagent 48% des actions de l'entreprise[1].

Histoire[modifier | modifier le code]

Lancement[modifier | modifier le code]

L'un des deux fondateurs, Robert Earl, a travaillé au Hard Rock Cafe avant de créer Planet Hollywood[1]. Il est le créateur de l'enseigne de musique et en a assuré le développement international[2],[3].

Son siège social est basé en banlieue d'Orlando (derrière les Studios Universal). Pendant plusieurs années, il se situait dans un bâtiment de Walt Disney World Resort qui servait avant l'ouverture (1971) de présentation pour le complexe, toujours visible.

En 1995, Planet Hollywood réalise un chiffre d'affaires de 270 millions de dollars et 20,7 millions de profit. A lui seul, le restaurant d'Orlando a généré un chiffre d'affaire de $50 millions[1]. Le , l'enseigne ouvre un restaurant à Los Angeles et organise une cérémonie d'ouverture sur Rodeo Drive avec un parterre de stars du monde du divertissement[4].

En , Planet Hollywood fait son entrée à la bourse de New York sur l'indice du NASDAQ. Dans sa première journée d'introduction, le cours passe de $18 à $32, ce qui valorise le groupe à $4 milliards[1]. En , l'action est redescendue à $23[3].

En , la société a obtenu un bail de la Walt Disney Company pour un All-Star Cafe' à Disney's Wide World of Sports en Floride. En , Disney reprit la licence.

Déclin[modifier | modifier le code]

En 1997, la princesse malaisienne Zarina Zainal porte plainte contre Planet Hollywood, après avoir investi en 1994 $1 millions dans l'ouverture d'un restaurant à Kuala Lumpur, ouverture qui n'a jamais eu lieu[5].

En 1998, le groupe Planet Hollywood réalise un chiffre d'affaires en baisse de $105 millions[6]. Le groupe explique que l'arrivée de nouveaux concurrents sur le marché (Fashion Cafe, Rainforest Cafe, Sports Cafe, ...) effrite les prévisions de développement de l'enseigne[7].

En , une bombe explose dans le restaurant Planet Hollywood de Cape Town, tuant une personne et en blessant 27 autres[8].

En 1999, le chiffre d'affaires du groupe chute à $76,6 millions. Effritée, la confiance des actionnaires s'évapore : l'action passe de $30 en 1996 à 81 centimes en août 1999[9]. Les actions du groupe sont alors décotées de la bourse de New York. Le , l'enseigne annonce la fermeture de 9 de ses 32 restaurants. Le lendemain, le groupe de restauration se déclare en faillite devant une cour de justice de l'état du Delaware, avec une dette de $250 millions. Selon le Chapitre 11 du commerce américain, le groupe dispose de 60 jours pour proposer un plan de relance[6]. La valorisation du groupe a chuté à 40$ millions. Le nouveau plan implique la participation des richissimes Al-Walid ben Talal et Ong Beng Seg, milliardaire singapourien, qui injectent $30 millions en échange de 70% des parts de la société. Ces deux hommes d'affaires étaient déjà présents dans le capital de l'entreprise à son lancement[10]. Les créanciers du groupe récupère 20% du capital[2].

Le groupe décide de se séparer de ses onze All Star Cafe, et de ses deux Sound Republic, et ferme plusieurs de ses restaurants, donc ceux de Prague, Zurich, Tel-Aviv et Helsinki[2].

Restructuration[modifier | modifier le code]

Depuis 2004, de nouveaux projets émergent, dont un restaurant à Bollywood et quatre autres à travers l'Inde ou l'hôtel Aladdin Resort and Casino à Las Vegas qui reçoit un nouveau thème à partir de 2006.

Inauguré le , le Planet Hollywood des Champs-Élysées à Paris ferme ses portes le , en raison de la flambée des loyers sur l'avenue parisienne[11]. Inauguré en , le Planet Hollywood de Waikiki ferme ses portes le [12].

En , le groupe Harrah's rachète le casino Planet Hollywood[13].

En raison d'un défaut de paiement, la filiale japonaise a cessé son activité le .

Le , 7 employés du Planet Hollywod new-yorkais sont arrêtés pour avoir détourné $60 000 des caisses du restaurant[14]. En , ce même restaurant new-yorkais cède la moitié de son espace à un restaurant italien pour réduire ses charges[15].

Les restaurants et boutiques[modifier | modifier le code]

Amérique du Nord[modifier | modifier le code]

Asie[modifier | modifier le code]

Europe[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d, e et f Luc Lamprière, « Planet Hollywood décolle en BourseLa chaîne de restaurants des stars est cotée à New York depuis vendredi », sur Liberation.fr,‎
  2. a, b et c « Planet Hollywood en faillite », sur Lesechos.fr,‎
  3. a et b (en) Herb Greenberg, « Earth to Planet Hollywood, is this company really worth $2.5 billion ? », sur Fortune.com,‎
  4. (en) « Seeing Stars: Restaurants Owned by the Stars », sur Seeing-stars.com
  5. (en) Charles V. Bagli, « The Deal Wasn't Made in Heaven; How a Planet Hollywood Transaction Lost Its Luster », sur Nytimes.com,‎
  6. a et b Fabrice Rousselot, « Planet Hollywood, le restaurant déchu. Hier, la chaîne des stars de cinéma s'est déclarée en état de faillite », sur Liberation.fr,‎
  7. (en) « Rivals take a bite out of Planet Hollywood turnover and profits », sur Irishtimes.com,‎
  8. (en) « 1 Dead, 24 Hurt in Bombing at S. Africa Planet Hollywood », sur Latimes.com,‎
  9. (en) « Planet Hollywood exits Prague », sur Thisismoney.co.uk,‎
  10. (en) Jane Martinson, Vikram Dodd, « Planet Hollywood crashes to earth », sur Theguardian.com,‎
  11. « Fermeture du Planet Hollywood sur les Champs Elysées », sur Jeanmarcmorandini.com,‎
  12. (en) Kristen Consillio, « Planet Hollywood will close in Waikiki », sur Bizjournals.com,‎
  13. Robert Earl, « Note from Planet Hollywood owner Robert Earl to employees », sur Lasvegassun.com,‎
  14. (en) « Planet Hollywood ‘scammers’ accused of skimming $60,000 », sur Nypost.com,‎
  15. (en) Patrick Mcgeehan, « Planet Hollywood in Times Square to Cohabit With an Italian Restaurant », sur Nytimes.com,‎
  16. a et b (en) Dave Smith, Disney A to Z: The Updated Official Encyclopedia, p. 439

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]