Pi1 Ursae Minoris

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Pi Ursae Minoris.
π1 Ursae Minoris A
Données d'observation
(époque J2000.0)
Ascension droite 15h 29m 11,1860s[1]
Déclinaison +80° 26′ 54,9678″[1]
Constellation Petite Ourse
Magnitude apparente +6,58[2]

Localisation dans la constellation : Petite Ourse

(Voir situation dans la constellation : Petite Ourse)
Ursa Minor IAU.svg
Caractéristiques
Type spectral G1.5 V(n)[3]
Indice U-B +0,13[2]
Indice B-V +0,67[2]
Astrométrie
Vitesse radiale −16,27 ± 0,09 km/s[4]
Mouvement propre μα = −225,109 mas/a[1]
μδ = +107,575 mas/a[1]
Parallaxe 45,8577 ± 0,0328 mas[1]
Distance 21,8066 ± 0,0156 pc (∼71,1 a.l.)[1]
Magnitude absolue +4,94[5]
Caractéristiques physiques
Masse 1,02 M[6]
Rayon 0,98 R[1]
Gravité de surface (log g) 4,40[7]
Luminosité 0,929 L[1]
Température 5 771 K[7]
Métallicité −0,22 [Fe/H][8]
Âge 9,22 ± 3,84×109 a[9]

Autres désignations

π1 UMi : π1 UMi, ADS 9696, WDS J15292 +8027[10]
π1 UMi A : HR 5829, HD 139777, HIP 75809, BD+80 480, SAO 2556[11]

π1 Ursae Minoris B
Données d'observation
(époque J2000.0)
Ascension droite 15h 29m 23,5931s[12]
Déclinaison +80° 27′ 00,9660″[12]
Constellation Petite Ourse
Magnitude apparente +7,31[2]

Localisation dans la constellation : Petite Ourse

(Voir situation dans la constellation : Petite Ourse)
Ursa Minor IAU.svg
Caractéristiques
Type spectral G9 V[13]
Indice U-B +0,37[2]
Indice B-V +0,79[2]
Astrométrie
Vitesse radiale −15,40 ± 0,70 km/s[4]
Mouvement propre μα = −217,817 mas/a[12]
μδ = +105,947 mas/a[12]
Parallaxe 45,8038 ± 0,0352 mas[12]
Distance 21,8322 ± 0,0168 pc (∼71,2 a.l.)[12]
Caractéristiques physiques
Masse 0,92 M[6]
Rayon 0,84 R[12]
Gravité de surface (log g) 4,50[7]
Luminosité 0,520 L[12]
Température 5 408 K[7]
Métallicité −0,18 [Fe/H][8]

Autres désignations

π1 UMi B : HD 139813, HIP 75829, BD+80 481, SAO 2558[14]

Pi1 Ursae Minoris[15] est une étoile binaire de la constellation circumpolaire de la Petite Ourse, dont les composantes sont toutes deux des naines jaunes. La paire brille d'une magnitude apparente combinée de 6,1, et chaque étoile a une magnitude apparente de +6,58 et de +7,31, respectivement[2]. Elles sont distantes d'environ ∼71 a.l. (∼21,8 pc) du Soleil[1],[12], et elles partagent un mouvement propre commun[16]. Les deux étoiles sont séparées dans le ciel de 31,4 secondes d'arc[16], ce qui correspond, étant donné leur distance de la Terre, à une séparation physique d'environ 680 UA[17]. Elles orbitent l'une autour de l'autre selon une période d'environ 13 100 ans[6].

Ces deux naines jaunes sont des analogues solaires et elles ont été listées comme de possibles membres de l'association Hercule-Lyre, qui est l'un des groupes mouvants les plus proches du Soleil[17], bien que cela soit désormais considéré comme peu probable[18]. L'étoile primaire, désignée π1 Ursae Minoris A, a une masse qui est de 2% supérieure à celle du Soleil, une température effective quasiment identique de 5 771 K, un rayon qui vaut 98% celui du Soleil, et une luminosité bolométrique qui est de 93% celle du Soleil. L'étoile secondaire, désignée π1 Ursae Minoris B, a une masse qui vaut 92% celle du Soleil, une température de surface un peu plus basse de 5 408 K, un rayon qui est de 84% celui du Soleil, et une luminosité d'un peu plus la moitié de celle du Soleil.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b c d e f g h et i (en) A. G. A. Brown et al. (Gaia collaboration), « Gaia Data Release 2: Summary of the contents and survey properties », Astronomy and Astrophysics, vol. 616,‎ (DOI 10.1051/0004-6361/201833051, Bibcode 2018A&A...616A...1G, arXiv 1804.09365)
  2. a b c d e f et g (en) Harold L. Johnson, « Photoelectric Observations of Visual Double Stars. », The Astrophysical Journal, vol. 117,‎ , p. 361 (DOI 10.1086/145700, Bibcode 1953ApJ...117..361J)
  3. (en) R. O. Gray et al., « Contributions to the Nearby Stars (NStars) Project: spectroscopy of stars earlier than M0 within 40 pc-The Southern Sample », The Astronomical Journal, vol. 132, no 1,‎ , p. 161–170 (DOI 10.1086/504637, Bibcode 2006AJ....132..161G, arXiv astro-ph/0603770)
  4. a et b (en) J. H. J. de Bruijne et A.-C. Eilers, « Radial velocities for the HIPPARCOS-Gaia Hundred-Thousand-Proper-Motion project », Astronomy and Astrophysics, vol. 546,‎ , p. 14 (DOI 10.1051/0004-6361/201219219, Bibcode 2012A&A...546A..61D, arXiv 1208.3048)
  5. (en) G. F. Porto de Mello et al., « A photometric and spectroscopic survey of solar twin stars within 50 parsecs of the Sun; I. Atmospheric parameters and color similarity to the Sun », Astronomy and Astrophysics, vol. 563,‎ , A52 (DOI 10.1051/0004-6361/201322277, Bibcode 2014A&A...563A..52P, arXiv 1312.7571)
  6. a b et c (en) Andrei Tokovinin, « From Binaries to Multiples. II. Hierarchical Multiplicity of F and G Dwarfs », The Astronomical Journal, vol. 147, no 4,‎ , p. 14 (DOI 10.1088/0004-6256/147/4/87, Bibcode 2014AJ....147...87T, arXiv 1401.6827)
  7. a b c et d (en) T. V. Mishenina, Pignatari et al., « Abundances of neutron-capture elements in stars of the Galactic disk substructures », Astronomy and Astrophysics, vol. 552,‎ , p. 12 (DOI 10.1051/0004-6361/201220687, Bibcode 2013A&A...552A.128M, arXiv 1303.1730)
  8. a et b (en) L. Casagrande et al., « New constraints on the chemical evolution of the solar neighbourhood and Galactic disc(s). Improved astrophysical parameters for the Geneva-Copenhagen Survey », Astronomy and Astrophysics, vol. 530, no A138,‎ , p. 21 (DOI 10.1051/0004-6361/201016276, Bibcode 2011A&A...530A.138C, arXiv 1103.4651)
  9. (en) G. Pace, « Chromospheric activity as age indicator. An L-shaped chromospheric-activity versus age diagram », Astronomy and Astrophysics, vol. 551,‎ , p. 4 (DOI 10.1051/0004-6361/201220364, Bibcode 2013A&A...551L...8P, arXiv 1301.5651)
  10. (en) ** STF 1972AB -- Double or multiple star sur la base de données Simbad du Centre de données astronomiques de Strasbourg.
  11. (en) HD 139777 -- High proper-motion Star sur la base de données Simbad du Centre de données astronomiques de Strasbourg.
  12. a b c d e f g h et i (en) A. G. A. Brown et al. (Gaia collaboration), « Gaia Data Release 2: Summary of the contents and survey properties », Astronomy and Astrophysics, vol. 616,‎ (DOI 10.1051/0004-6361/201833051, Bibcode 2018A&A...616A...1G, arXiv 1804.09365)
  13. (en) H. A. Abt, « Visual multiples. VII - MK classifications », The Astrophysical Journal Supplement Series, vol. 45,‎ , p. 437 (DOI 10.1086/190719, Bibcode 1981ApJS...45..437A)
  14. (en) HD 139813 -- High proper-motion Star sur la base de données Simbad du Centre de données astronomiques de Strasbourg.
  15. (en) George Robert Kepple et Glen W. Sanner, The Night Sky Observers Guide: Spring & summer, vol. 2, Willmann-Bell, (ISBN 0943396603, lire en ligne), p. 418
  16. a et b (en) Sébastien Lépine et Bethany Bongiorno, « New Distant Companions to Known Nearby Stars. II. Faint Companions of Hipparcos Stars and the Frequency of Wide Binary Systems », The Astronomical Journal, vol. 133, no 3,‎ , p. 889–905 (DOI 10.1086/510333, Bibcode 2007AJ....133..889L, arXiv astro-ph/0610605)
  17. a et b (en) T. Eisenbeiss et al., « The Hercules-Lyra association revisited. New age estimation and multiplicity study », Astronomy and Astrophysics, vol. 556,‎ , p. 19 (DOI 10.1051/0004-6361/201118362, Bibcode 2013A&A...556A..53E, arXiv 1312.4045, lire en ligne)
  18. (en) J. Lopez‐Santiago et al., « The Nearest Young Moving Groups », The Astrophysical Journal, vol. 643, no 2,‎ , p. 1160–1165 (DOI 10.1086/503183, arXiv astro-ph/0601573)

Liens externes[modifier | modifier le code]