3 Ursae Minoris

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
3 Ursae Minoris
Données d'observation
(époque J2000.0)
Ascension droite 14h 06m 56,3653s[1]
Déclinaison +74° 35′ 37,6180″[1]
Constellation Petite Ourse
Magnitude apparente 6,44[2]

Localisation dans la constellation : Petite Ourse

(Voir situation dans la constellation : Petite Ourse)
Ursa Minor IAU.svg
Caractéristiques
Type spectral A7V[3]
Indice U-B +0,12[4]
Indice B-V +0,14[4]
Astrométrie
Vitesse radiale −3,8 ± 2,9 km/s[5]
Mouvement propre μα = −53,711 mas/a[1]
μδ = +13,409 mas/a[1]
Parallaxe 7,7022 ± 0,0335 mas[1]
Distance 129,833 ± 0,5647 pc (∼423 a.l.)[1]
Magnitude absolue +0,85[6]
Caractéristiques physiques
Masse 2,30 ± 0,03 M[3]
Luminosité 42,66 ± 1,06 L[3]
Température 8 091 K[7],[3]
Métallicité 0,13 [Fe/H][8]
Rotation 68 km/s[9]

Autres désignations

3 UMi (Flamsteed), HR 5305, HD 124063, HIP 68956, BD+75 529, SAO 7953[10]

3 Ursae Minoris (en abrégé 3 UMi) est une étoile de la constellation circumpolaire boréale de la Petite Ourse. D'une magnitude apparente de 6,44[2], elle est à la limite de la visibilité à l’œil nu. Elle est distante de ∼423 a.l. (∼130 pc) de la Terre[1] et elle se rapproche quelque peu du Soleil selon une vitesse radiale de −3,8 km/s[5].

3 Ursae Minoris est une étoile blanche de la séquence principale ordinaire, de type spectral A7V[3]. Sa masse vaut 2,3 fois celle du Soleil[3] et elle tourne sur elle-même selon une vitesse de rotation projetée de 68 km/s[9]. Son spectre montre une abondance en fer supérieure à celle du Soleil, avec un indice de métallicité [Fe/H] qui vaut 0,13[8]. L'étoile est environ 43 fois plus lumineuse que le Soleil et sa température de surface est de 8 091 K[3].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b c d e f et g (en) A. G. A. Brown et al. (Gaia collaboration), « Gaia Data Release 2: Summary of the contents and survey properties », Astronomy and Astrophysics, vol. 616,‎ (DOI 10.1051/0004-6361/201833051, Bibcode 2018A&A...616A...1G, arXiv 1804.09365)
  2. a et b (en) T. Oja, « UBV photometry of stars whose positions are accurately known. VI. », Astronomy and Astrophysics Supplement Series, vol. 89,‎ , p. 415 (Bibcode 1991A&AS...89..415O)
  3. a b c d e f et g (en) J. Zorec et F. Royer, « Rotational velocities of A-type stars. IV. Evolution of rotational velocities », Astronomy and Astrophysics, vol. 537,‎ , p. 22 (DOI 10.1051/0004-6361/201117691, Bibcode 2012A&A...537A.120Z, arXiv arXiv:1201.2052, lire en ligne)
  4. a et b (en) Bright Star Catalogue, « 3 Ursae Minoris », sur Alcyone
  5. a et b (en) G. A. Gontcharov, « Pulkovo Compilation of Radial Velocities for 35 495 Hipparcos stars in a common system », Astronomy Letters, vol. 32, no 11,‎ , p. 759 (DOI 10.1134/S1063773706110065, Bibcode 2006AstL...32..759G, arXiv 1606.08053)
  6. (en) E. Anderson et Ch. Francis, « XHIP: An extended hipparcos compilation », Astronomy Letters, vol. 38, no 5,‎ , p. 331 (DOI 10.1134/S1063773712050015, Bibcode 2012AstL...38..331A, arXiv 1108.4971, lire en ligne)
  7. (en) Caroline Soubiran et al., « The PASTEL catalogue: 2016 version », Astronomy and Astrophysics, vol. 591,‎ , p. 7 (DOI 10.1051/0004-6361/201628497, Bibcode 2016A&A...591A.118S, arXiv arXiv:1605.07384, lire en ligne)
  8. a et b (en) Martin Netopil, « Metallicity calibrations for dwarf stars and giants in the Geneva photometric system », Monthly Notices of the Royal Astronomical Society, vol. 469, no 3,‎ , p. 3042-3055 (DOI 10.1093/mnras/stx1077, Bibcode 2017MNRAS.469.3042N, arXiv arXiv:1705.00883, lire en ligne)
  9. a et b (en) F. Royer, J. Zorec et A. E. Gómez, « Rotational velocities of A-type stars. III. Velocity distributions », Astronomy and Astrophysics, vol. 463, no 2,‎ , p. 671-682 (DOI 10.1051/0004-6361:20065224, Bibcode 2007A&A...463..671R, arXiv arXiv:astro-ph/0610785)
  10. (en) * 3 UMi -- High proper-motion Star sur la base de données Simbad du Centre de données astronomiques de Strasbourg.

Liens externes[modifier | modifier le code]