Pi2 Ursae Minoris

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Pi Ursae Minoris.
π2 Ursae Minoris
Données d'observation
(époque J2000.0)
Ascension droite 15h 39m 38,6083s[1]
Déclinaison +79° 58′ 59,5799″[1]
Constellation Petite Ourse
Magnitude apparente 6,95[2]

Localisation dans la constellation : Petite Ourse

(Voir situation dans la constellation : Petite Ourse)
Ursa Minor IAU.svg
Caractéristiques
Type spectral F1V[3] / + G0[4]
Indice B-V 0,392 ± 0,015[5]
Astrométrie
Vitesse radiale −32,10 ± 1,8 km/s[6]
Mouvement propre μα = −32,92 mas/a[1]
μδ = 40,28 mas/a[1]
Parallaxe 8,33 ± 0,61 mas[1]
Distance 390±30 a.l. (∼120 pc)
Magnitude absolue +1,51[5]
Caractéristiques physiques
Luminosité 16,5 L[7]
Température 6,858 K[8]
Métallicité 0,09 [Fe/H][9]
Âge 1,20×109 a[9]
Composants stellaires
Composants stellaires π2 UMi A, π2 UMi B[4]
Binaire
Demi-grand axe (a) 0,464 ± 0,083 
Excentricité (e) 0,961 ± 0,014
Période (P) 171,62 ± 8,68 a
Inclinaison (i) 135,2 ± 10,5°
Argument du périastre (ω) 274,0 ± 22,4°
Longitude du nœud ascendant (Ω) 123,4 ± 32,6°
Époque du périastre (τ) 1 904,15 ± 2,89 JJ

Autres désignations

π2 UMi, 18 UMi (Flamsteed), WDS J15396 +7959AB, HD 141652, HIP 76695, BD+80 487, SAO 2588[10]

Pi2 Ursae Minoris2 Ursae Minoris / π2 UMi) est une étoile binaire de la constellation circumpolaire de la Petite Ourse d'une magnitude apparente combinée de +6,95[2], ce qui fait qu'elle n'est pas visible à l’œil nu. Les deux étoiles ont chacune une magnitude apparente de 7,32 et de 8,15, respectivement[11]. Elle sont distantes d'environ ∼390 a.l. (∼120 pc) du Soleil[1], et elles se rapprochent de nous selon une vitesse radiale de −32,1 km/s[6]. Les deux étoiles sont distantes en moyenne de 0,464 secondes d'arc dans le ciel, et elles effectuent une orbite l'une autour de l'autre selon une période d'environ 170 ans[4]. L'étoile primaire, désignée π2 Ursae Minoris A, est une étoile jaune-blanc de la séquence principale de type spectral F1V[3], tandis que l'étoile secondaire, désignée π2 Ursae Minoris B, est une naine jaune de type G0[4].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b c d e et f (en) F. van Leeuwen, « Validation of the new Hipparcos reduction », Astronomy and Astrophysics, vol. 474, no 2,‎ , p. 653–664 (DOI 10.1051/0004-6361:20078357, Bibcode 2007A&A...474..653V, arXiv 0708.1752)
  2. a et b (en) E. Høg et al., « The Tycho-2 catalogue of the 2.5 million brightest stars », Astronomy and Astrophysics, vol. 355,‎ , p. L27 (DOI 10.1888/0333750888/2862, Bibcode 2000A&A...355L..27H)
  3. a et b (en) N. Ginestet, J. M. Carquillat et C. Jaschek, « Spectral classifications in the near infrared of stars with composite spectra. III. Study of a sample of 137 objects with the Aurelie spectrograph », Astronomy and Astrophysics Supplement, vol. 134, no 3,‎ , p. 473 (DOI 10.1051/aas:1999444, Bibcode 1999A&AS..134..473G)
  4. a b c et d (en) William I. Hartkopf, Brian D. Mason et Theodore J. Rafferty, « Speckle Interferometry at the Usno Flagstaff Station: Observations Obtained in 2003-2004 and 17 New Orbits », The Astronomical Journal, vol. 135, no 4,‎ , p. 1334 (DOI 10.1088/0004-6256/135/4/1334, Bibcode 2008AJ....135.1334H, lire en ligne)
  5. a et b (en) E. Anderson et Ch. Francis, « XHIP: An extended hipparcos compilation », Astronomy Letters, vol. 38, no 5,‎ , p. 331 (DOI 10.1134/S1063773712050015, Bibcode 2012AstL...38..331A, arXiv 1108.4971)
  6. a et b (en) J. Holmberg, B. Nordström et J. Andersen, « The Geneva-Copenhagen survey of the Solar neighbourhood II. New uvby calibrations and rediscussion of stellar ages, the G dwarf problem, age-metallicity diagram, and heating mechanisms of the disk », Astronomy and Astrophysics, vol. 475, no 2,‎ , p. 519-537 (DOI 10.1051/0004-6361:20077221, Bibcode 2007A&A...475..519H, arXiv arXiv:0707.1891)
  7. (en) A. G. A. Brown et al. (Gaia collaboration), « Gaia Data Release 2: Summary of the contents and survey properties », Astronomy and Astrophysics, vol. 616,‎ (DOI 10.1051/0004-6361/201833051, Bibcode 2018A&A...616A...1G, arXiv 1804.09365)
  8. (en) Caroline Soubiran et al., « The PASTEL catalogue: 2016 version », Astronomy and Astrophysics, vol. 591,‎ , p. 7 (DOI 10.1051/0004-6361/201628497, Bibcode 2016A&A...591A.118S, arXiv arXiv:1605.07384)
  9. a et b (en) L. Casagrande et al., « New constraints on the chemical evolution of the solar neighbourhood and Galactic disc(s). Improved astrophysical parameters for the Geneva-Copenhagen Survey », Astronomy and Astrophysics, vol. 530, no A138,‎ , p. 21 (DOI 10.1051/0004-6361/201016276, Bibcode 2011A&A...530A.138C, arXiv 1103.4651)
  10. (en) * pi.02 UMi -- High proper-motion Star sur la base de données Simbad du Centre de données astronomiques de Strasbourg.
  11. (en) « Sixth Catalog of Orbits of Visual Binary Stars », United States Naval Observatory (consulté le 7 août 2019)

Liens externes[modifier | modifier le code]