Philippe Lamberts

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Philippe Lamberts
Illustration.
Philippe Lamberts à Bruxelles en février 2014.
Fonctions
Co-président du Groupe des Verts/Alliance libre européenne au Parlement européen
En fonction depuis le
(6 ans, 9 mois et 19 jours)
Avec Rebecca Harms (2014-2016)
Ska Keller (depuis 2016)
Législature 8e et 9e
Prédécesseur Daniel Cohn-Bendit
Député européen
En fonction depuis le
(11 ans, 9 mois et 6 jours)
Élection 7 juin 2009
Réélection 25 mai 2014
26 mai 2019
Législature 7e, 8e et 9e
Groupe politique Verts/ALE
Conseiller communal à Anderlecht
Biographie
Date de naissance (58 ans)
Lieu de naissance Bruxelles (Belgique)
Nationalité Belge
Parti politique Ecolo

Philippe Lamberts, né le à Bruxelles, est un homme politique belge, membre du parti écologiste Ecolo et député européen.

Biographie[modifier | modifier le code]

Carrière professionnelle[modifier | modifier le code]

Il est ingénieur civil en mathématiques appliquées diplômé de l'École polytechnique de Louvain.

Parcours politique[modifier | modifier le code]

De 1994 à 2006, Philippe Lamberts est conseiller communal d'Anderlecht. Entre 1999 et 2003, il est également conseiller pour les questions internationales et la sécurité d'Isabelle Durant, alors ministre fédérale des transports dans le premier gouvernement Verhofstadt.

De 1999 à 2002, il représente la Fédération des Partis verts européens, avant d'en devenir le porte-parole avec Ulrike Lunacek (2006-2009), puis Monica Frassoni (2009-2012).

Lors des élections européennes de 2009, il est élu au Parlement européen, où il siège au sein du groupe des Verts/Alliance libre européenne, dont il est le co-président depuis 2014. Il est réélu en 2014 et en 2019[1],[2].

Activité au Parlement européen[modifier | modifier le code]

Philippe Lamberts est membre de la commission ITRE (Industrie, recherche et énergie) et de la délégation UE-Chine et membre suppléant de la délégation pour les relations avec la République populaire de Chine de 2009 à 2014 et membre titulaire de la commission ECON (Affaires économiques et monétaires) depuis 2010.

En 2013, il est à l'origine d'une proposition européenne visant à plafonner les revenus dans le secteur de la finance[3].

Le , il répond au nom de son groupe à la prise de parole du président français Emmanuel Macron devant le Parlement européen et lui offre symboliquement une corde d'escalade[4].

Le , Il s'oppose au sujet du changement de nom du Commissariat de la migration rebaptisé en Commissariat à la Protection du mode de vie européen par la présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, accusant cette dernière de « reprendre la vision de l’extrême droite »[5].

Suite à l’incident protocolaire du sofagate survenu à Ankara le 6 avril 2021 lors de la visite officielle d’Ursula von der Leyen et de Charles Michel au président de la Turquie Recep Tayyip Erdoğan, le quotidien français Le Monde relate son observation du fonctionnement des deux têtes de l'exécutif des institutions européennes : « On le subodorait depuis longtemps : il n’y a pas une chimie très favorable entre les équipes du président du Conseil et de la présidente de la Commission. Cet épisode l’a confirmé »[6].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. La Libre.be, « Philippe Lamberts (Ecolo) rempile à la co-présidence des Verts-ALE au Parlement européen », sur www.lalibre.be, (consulté le 16 septembre 2019)
  2. « Philippe Lamberts sur von der Leyen: «Les Verts veulent peser. La partie n’est pas finie» », sur Le Soir Plus, (consulté le 16 septembre 2019)
  3. Éric Albert, « L'homme le plus détesté par la City », Le Monde,‎ (ISSN 0395-2037, lire en ligne).
  4. « À Strasbourg, un député belge offre une corde à Macron, qui lui répond vertement », sur Le Parisien, .
  5. « Philippe Lamberts (Ecolo): "Un commissaire en charge de la protection du mode de vie européen est un scandale absolu" », sur RTBF Info, (consulté le 16 septembre 2019)
  6. Cédric Vallet, « Le « sofagate » en Turquie, révélateur des tensions entre Ursula von der Leyen et Charles Michel », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le 15 avril 2021)

Liens externes[modifier | modifier le code]