Philippe Lamberts

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Philippe Lamberts
Philippe Lamberts à Bruxelles en février 2014.
Philippe Lamberts à Bruxelles en février 2014.
Fonctions
Coprésident du Groupe des Verts/Alliance libre européenne au Parlement européen
En fonction depuis le
(3 ans, 9 mois et 24 jours)
Avec Rebecca Harms
Législature 8e
Prédécesseur Daniel Cohn-Bendit
Député européen
En fonction depuis le
(8 ans, 9 mois et 11 jours)
Élection 7 juin 2009
Réélection 25 mai 2014
Législature 8e
Groupe politique Verts/ALE
Biographie
Date de naissance (55 ans)
Lieu de naissance Bruxelles (Belgique)
Nationalité Belge
Parti politique Ecolo

Philippe Lamberts, né le à Bruxelles, est un homme politique belge, membre du parti écologiste Ecolo et député européen.

Biographie[modifier | modifier le code]

Carrière professionnelle[modifier | modifier le code]

Il est ingénieur civil en mathématiques appliquées diplômé de l'École polytechnique de Louvain.

Parcours politique[modifier | modifier le code]

De 1994 à 2006, Philippe Lamberts est conseiller communal d'Anderlecht. Entre 1999 et 2003, il est a également conseiller pour les questions internationales et la sécurité d'Isabelle Durant, alors ministre fédérale des transports dans le premier gouvernement Verhofstadt.

De 1999 à 2002, il représente la Fédération des Partis Verts européens, avant d'en devenir le porte-parole avec Ulrike Lunacek (2006-2009), puis Monica Frassoni (2009-2012).

Lors des élections européennes de 2009, il est élu au Parlement européen, où il siège au sein du groupe des Verts/Alliance libre européenne, dont il est le co-président depuis 2014. Il est réélu en 2014.

Activité au Parlement européen[modifier | modifier le code]

En 2013, il est à l'origine d'une proposition européenne visant à plafonner les revenus dans le secteur de la finance[1].

Philippe Lamberts est membre de la commission ITRE (Industrie, recherche et énergie) et de la délégation UE-Chine et membre suppléant de la délégation pour les relations avec la République populaire de Chine de 2009 à 2014 et membre titulaire de la commission ECON (Affaires économiques et monétaires) depuis 2010.

Le , il répond au nom de son groupe à la prise de parole du président français Emmanuel Macron devant le Parlement européen et lui offre symboliquement une corde d'escalade[2].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Éric Albert, « L'homme le plus détesté par la City », Le Monde,‎ (ISSN 0395-2037, lire en ligne).
  2. « À Strasbourg, un député belge offre une corde à Macron, qui lui répond vertement », sur Le Parisien, .

Liens externes[modifier | modifier le code]