Peter Piot

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Piot.
Peter Piot
Peter Piot.jpg

Peter Piot

Fonctions
Directeur
London school of hygiene and tropical medicine (en)
depuis
Président
Fondation Roi Baudouin
depuis
Directeur
ONUSIDA
depuis
Président
International AIDS Society
-
Titre de noblesse
Baron
Biographie
Naissance
Nationalité
Formation
Activités
Conjoint
Heidi Larson (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
A travaillé pour
Membre de
Distinctions
Liste détaillée
Doctorat honoris causa
Ordre national du Lion du Sénégal
Officier de l'ordre national du Léopard (d)
Prix Vlerick (en) ()
Hideyo Noguchi Africa Prize (en) ()
Prix Prince Mahidol ()
Canada Gairdner Global Health Award (d) ()
Médaille d'or Robert Koch (d) ()Voir et modifier les données sur Wikidata
DrPeterPiot.jpg

signature

Le baron Peter Karel Piot, né le à Keerbergen[1], dans la province du Brabant flamand (Belgique), est un médecin et microbiologiste belge, qui a été le directeur exécutif de l'Onusida, le programme de l'ONU destiné à coordonner ses autres agences pour lutter contre le Sida, depuis sa création en 1995 jusqu'au .

Il est aussi connu pour avoir le premier identifié le virus Ebola en septembre 1976[2],[3], annonçant une première épidémie qui allait alors toucher 318 personnes et en tuer 280.

Biographie[modifier | modifier le code]

Né en Belgique en 1949, Piot parle couramment trois langues ; il est l’auteur de seize ouvrages et de plus de 500 articles scientifiques. Il est membre de l’Institut de médecine de l’Académie nationale des sciences des États-Unis, de l’Académie royale de médecine de Belgique néerlandophone, de l'Académie nationale de médecine française et membre du Collège royal de médecine de Londres (Royaume-Uni).

En 1974, il obtient un doctorat en médecine à l'université de Gand en Belgique et co-découvre en 1976 le virus Ebola[4]. En 1980, il reçoit un PhD en microbiologie à l'université d'Anvers et devient professeur de microbiologie et de santé publique à Institut de médecine tropicale Prince Léopold à Anvers, et aux universités de Nairobi, Bruxelles et Lausanne. Il met en place le premier projet international pour lutter contre le SIDA en Afrique à Kinshasa. De 1991 à 1994, il est président de l'International AIDS Society. En 1992, il est directeur associé du Programme mondial de lutte contre le SIDA de l'OMS et en 1995, directeur exécutif de l'ONUSIDA. En 2010, il est directeur de la London School of Hygiene & Tropical Medicine à Londres[5].

À l'occasion de son enseignement au Collège de France (chaire « Savoirs contre pauvreté », 2009-2010), il a rédigé une synthèse « grand public » de 30 ans de lutte contre le Sida, sans négliger les aspects géopolitiques, culturels, sociaux, et l'importance de la mobilisation de la société civile dans la construction d'une mobilisation transnationale contre le Sida[6].

En décembre 2007, le baron Peter Piot a été élu président de la Fondation Roi Baudouin.

Actuellement, il est professeur et directeur d'école d'hygiène et médecine tropicale à Londres (London School of Hygiene ans Tropical Médicine) où il travaille avec l'anthropologue américaine Heidi Larson, sa seconde épouse[7]

En 2012, il publie son autobiographie en anglais et en néerlandais où il relate sa carrière et la vie qu'il a consacrée à la recherche des virus mortels[1].

Distinctions[modifier | modifier le code]

Il a été élevé au rang de baron par le Roi Albert II de Belgique en 1995. Sa devise est Ken Uzelf.

Il a reçu de nombreuses distinctions pour ses réalisations dans le domaine de la science et de la société.

Publications[modifier | modifier le code]

Ouvrages[modifier | modifier le code]

en français
  • Peter Piot, Bila M. Kapita, Elisabeth N. Ngugi, [et al.], Le SIDA en Afrique : manuel du praticien, Genève, Organisation mondiale de la santé, 1993, VIII-131 p. (ISBN 92-4-254435-3)
  • E. Van Dyck, A. Z. Meheus, P. Piot, Diagnostic au laboratoire des maladies sexuellement transmissibles, Genève, Organisation mondiale de la santé, 2000, XI-142 p. (ISBN 92-4-254501-5)
  • L'épidémie du sida : mondialisation des risques, transformations de la santé publique et développement : [leçon inaugurale prononcée le jeudi 7 janvier 2010], [Paris], Collège de France, Fayard, coll. « Leçon inaugurale - Collège de France », no 210, 2010, 63 p. (ISBN 978-2-213-65494-2)
  • (avec la collab. de Michel Caraël), Le sida dans le monde : entre science et politique, Paris, O. Jacob, 2011, 287 p. (ISBN 978-2-7381-2687-0)
issu de 10 leçons données au Collège de France dans le cadre de la chaire « Savoirs contre pauvreté », 2009-2010, in Travaux du Collège de France (ISSN 1265-9835)
  • Peter Piot avec Ruth Marshall, (trad. par Jean-Clément Nau), Une course contre la montre : mes combats contre les virus mortels, sida et Ebola, Paris, O. Jacob, 2015, 410 p. (ISBN 978-2-7381-3260-4)
traduit de : No time to lose : a life in pursuit of deadly viruses
en anglais
  • No Time to Lose: A Life in Pursuit of Deadly Viruses, WW Norton & Company, 2012
traduit en néerlandais sous le titre : Geen tijd te verliezen et publié chez Lannoo

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b « Peter Piot : "Ce sentiment que l'épidémie prendrait ma vie" », sur Le Vif, 13 août 2012
  2. « 1976, à la découverte du virus Ebola », sur Le Monde,‎ (consulté le 11 septembre 2014)
  3. « Le découvreur belge de l'Ebola ne craint pas une épidémie majeure hors d'Afrique », sur Le Soir,‎ (consulté le 11 septembre 2014)
  4. « Entretien avec Peter Piot, co-découvreur d'Ebola », RTS Un, Radio télévision suisse « 36.9° »,‎ (lire en ligne [[vidéo]]) (durée : 4 min 34 s)
  5. Biographie officielle
  6. Peter Piot (avec Michel Caraël), Le Sida dans le monde. Entre science et politique., Paris, Odile Jacob, , 287 p. (ISBN 978-2-7381-2687-0)
  7. Paul Benkimoun, Mordu par le virus de l'Afrique dans Le Monde du 3 juin 2015, suppl. science et médecine, p. 7
  8. Belgian, Ugandan doctors to receive Noguchi awards, Kyodo News (Japan Times 15/3/2013).

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :