Paul Selmersheim

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Paul Selmersheim
Image illustrative de l’article Paul Selmersheim
Présentation
Naissance
Langres
Décès (à 76 ans)
Paris
Entourage familial
Famille Tony Selmersheim

Antoine Paul Selmersheim, né le à Langres, Haute-Marne et mort le à Paris, 31 rue de Moscou, 8e arrondissement, est un architecte diocésain français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Il est le fils de Joseph Selmersheim, fabricant de chandelles, et de Marie-Antoinette-Joséphine Courtet, mariés le 11 août 1839 à Langres, et petit-fils d’Antoine Courtet, greffier de la justice de paix du canton de Langres. Il est l’époux de Louise Naples, fille du peintre diocésain Paul Naples et d'Anastasie Millet.

Il est le neveu d'Eugène Millet dont il fut l'élève en 1862. À partir de 1863, il poursuit sa formation à l'École des Beaux-Arts où il obtient plusieurs médailles, ainsi qu'aux Salons et Expositions de 1873, 1876, 1878, 1889, 1900, et enfin un grand prix à l'Exposition de Turin en 1911. En 1888, il entre à la Société Centrale des Architectes français, présenté par Devrez, Juste Lisch et Achille Hermant. Il rejoint l'Union syndicale des Architectes dès sa fondation, en 1909, par l'ensemble des architectes des Monuments historiques. Il succédera comme président de l'Union syndicale à M. de Baudot, décédé en février 1915.

Architecte du Gouvernement pour les édifices diocésains et les monuments historiques, il a exécuté d'importants travaux aux cathédrales de Chartres, Troyes, Moulins et de Paris et aux remarquables églises de Morienval, Noyon, Saint-Leu-d'Esserent, Saint-Urbain de Troyes, et construit entièrement celles de Sainte-Marie-de-Chantal, à Dijon, le château natal de saint Bernard et l'église du centenaire, à Fontaine-lès-Dijon, de Notre-Dame d'Épernay, etc.

Le 14 avril 1875, il est nommé architecte diocésain de Troyes (en remplacement d'Eugène Millet), puis le 7 novembre 1879 nommé architecte de la cathédrale de Moulins (en remplacement d'Esmonnot), puis le 12 janvier 1885 nommé architecte diocésain de Langres (en remplacement de Naples).

Le 21 juillet 1885, il est nommé membre de la commission des monuments historiques. Le 18 mai 1887, il est nommé inspecteur général des monuments historiques. Le 17 janvier 1891, il est nommé architecte diocésain de Paris.

Le 6 décembre 1895, il est appelé à faire partie du Conseil des bâtiments civils comme membre de droit. Le 2 avril 1896? il est nommé architecte diocésain de Chartres.

Tombe de Paul SELMERSHEIM - Cimetière Montmartre

Il est inhumé au cimetière Montmartre, 4e division, avec ses parents, son épouse et le couple François Millet / Pauline Mesnil.

Distinctions honorifiques et décorations[modifier | modifier le code]

Principales réalisations[modifier | modifier le code]

  • Cathédrale de Moulins (restauration : 1865) (aide dessinateur auprès d'Eugène Millet)
  • Hôtel de Ville de Clermont-de-l'Oise (restauration : 1875)
  • Sainte-Chantal, église à Dijon. (construction : 1870 - 1873)
  • Notre-Dame, église de Beaune (restauration : 1888)
  • Notre-Dame, église (construction : 1898 - 1915) à Épernay
  • Saint-Pierre-aux-Liens, église à Varenne-l'Arconce (travaux de restauration, notamment l'étage supérieur du clocher)
  • Basilique Saint-Urbain de Troyes (restauration : 1876-1905) (reconstruction à l'identique du chœur et du transept, démontage et remontage du porche du bras gauche du transept, dégagement de la façade occidentale, protection des sculptures du XIIIe siècle par un porche triple, montage des murs-gouttereaux, pose des fenêtres hautes et des arcs-boutants de la nef, repose de la charpente, des voûtes et de la vitrerie, de la nef)

Sources biographiques[modifier | modifier le code]

  • Dossier de la Légion d'honneur de Paul Selmersheim avec ses états de service (liste de ses réalisations) ; N° de notice L2496059
  • Nécrologie par Nizet, architecte des monuments historiques avec une photo de Paul Selmersheim « L'Architecture. Bulletin publié par la Société centrale des architectes pendant la durée de la guerre », 1917. Pages 60 et 61
  • Condoléances du Préfet de la Seine à l'occasion de la mort de M. Selmersheim, dans « Procès-verbaux - Commission municipale du Vieux Paris, 1916 ». Pages 262 et 263