Anatole de Baudot

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Baudot.

Anatole de Baudot
Présentation
Naissance
Sarrebourg
Décès
Paris
Nationalité Drapeau de la France France
Activités
  • Premier et seul titulaire de la chaire d'architecture française créée en 1887 au Trocadéro
  • Inspecteur général des édifices diocésains en 1875
  • Architecte diocésain
  • Membre de la commission des monuments historiques le 27 mars 1879
  • Inspecteur général des monuments historiques en 1907
Ses élèves
Œuvre
Réalisations
Publications
  • L'Architecture et le ciment armé (1904)

Anatole de Baudot (Sarrebourg, - Paris, ) est un architecte français.

Vie et réalisations[modifier | modifier le code]

Anatole de Baudot parvient à concilier l'école des beaux-arts et la commission des monuments historiques : élève du Grand Prix de Rome Henri Labrouste et d'Eugène Viollet-le-Duc, en 1887 il ouvre le premier cours d'architecture médiévale aux Beaux-Arts, après avoir, en 1865, figuré parmi les 137 premiers actionnaires de l'école spéciale d'architecture aux côtés de Ferdinand de Lesseps, Émile Pereire, Eugène Flachat, Jacques Charles Dupont de l'Eure, Jean-Baptiste André Godin, Eugène Viollet-le-Duc ou Émile Muller.

Sa carrière suit cependant deux directions :

  • La restauration, à la suite de son professeur Eugène Viollet-le-Duc. Il est nommé vice-président de la commission des monuments historiques en 1880, Il est le premier et seul titulaire de la chaire d'architecture française créée en 1887 au Trocadéro.
  • La construction neuve, dans la lignée rationaliste de Henri Labrouste (dont il a suivi l'enseignement). Il associe différents matériaux (parfois à la pointe du progrès) pour leur qualité structurale : ossature métallique, briques, pierre de taille, ciment armé système Cottancin, etc.

Il prend sa retraite en 1915.

Restaurations[modifier | modifier le code]

Anatole de Baudot suit, avec Eugène Viollet-le-Duc, le chantier du château de Vincennes avant de le diriger seul pendant 40 ans. À Toulouse et au château de Blois il prend la suite de Félix Duban.

Constructions[modifier | modifier le code]

Plaque commémorative à l'église Saint-Jean-de-Montmartre.

° 1870: construction de l'église Saint-Pierre de Larochemillay (Nièvre) en remplacement de l'église vétuste précédente.

Postérité[modifier | modifier le code]

Emmanuel Chaîne, François Lecœur, Paul Vorin[3] et Léon Benouville ont été ses élèves.

Publications[modifier | modifier le code]

  • s.d.[4] (vers 1890-1900) : Archives de la Commission des Monuments Historiques publiés par les soins de A. de Baudot et A. Perrault-Dabot[5]
  • 1904 : L'Architecture et le ciment armé, Office général d'éditions artistiques, 47 p.
  • 1916 (publ. posthume) : L'Architecture, le passé, le présent, Henri Laurens, Paris

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Système consistant en une sorte de toile métallique dont la trame et la chaîne sont formées par le même fil de fer ; les parois sont constituées de briques empilées.
  2. Voir Histoire du béton.
  3. « Paul Vorin », sur compagnie-acmh.fr (consulté le 2 février 2018).
  4. Voir liste des notices du catalogue général de la BNF.
  5. Notice bibliographique du catalogue général de la BNF.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]