Varenne-l'Arconce

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Varenne.

Varenne-l'Arconce
Varenne-l'Arconce
Église de Varenne-l'Arconce.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bourgogne-Franche-Comté
Département Saône-et-Loire
Arrondissement Charolles
Canton Chauffailles
Intercommunalité Communauté de communes du Canton de Semur-en-Brionnais
Maire
Mandat
Jean-Paul Lamotte
2014-2020
Code postal 71110
Code commune 71554
Démographie
Population
municipale
122 hab. (2015 en diminution de 4,69 % par rapport à 2010)
Densité 15 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 20′ 21″ nord, 4° 09′ 37″ est
Altitude Min. 258 m
Max. 372 m
Superficie 8,3 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Varenne-l'Arconce

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Varenne-l'Arconce

Varenne-l'Arconce est une commune française située dans le département de Saône-et-Loire, en région Bourgogne-Franche-Comté.

Géographie[modifier | modifier le code]

Varenne-l'Arconce fait partie du Brionnais.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Poisson Rose des vents
Saint-Didier-en-Brionnais N Oyé
O    Varenne-l'Arconce    E
S
Briant

Histoire[modifier | modifier le code]

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 1989 mai 2013 Bernard Buteaud[1]    
juin 2013 en cours Jean-Paul Lamotte    
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[2]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[3].

En 2015, la commune comptait 122 habitants[Note 1], en diminution de 4,69 % par rapport à 2010 (Saône-et-Loire : -0,05 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
400398498468486425431451460
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
430424416406415425432402406
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
366348299281283275247238196
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2012
186151135137134143131129125
2015 - - - - - - - -
122--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[4] puis Insee à partir de 2006[5].)
Histogramme de l'évolution démographique

L'Église[modifier | modifier le code]

Le vocable de Saint-Pierre-aux-Liens, auquel est dédié l'église, indique une origine très ancienne, peut-être gallo-romaine. Rattachée au prieuré de Marcigny par Odilon, abbé de Cluny, en 1094, elle semble avoir été construite au début du XIIe siècle par son successeur, Hugues de Semur. Église en grès, elle contraste avec les autres édifices du Brionnais en calcaire jaune.

En cas de danger, la population se réfugiait dans l'édifice. On remarque au-dessus de la porte latérale sud un élégant tympan représentant « l'Agneau de Dieu ».

Dans l'église on peut voir un admirable christ en bois polychrome du XIIe siècle. On le reconnaît à ses trois mèches de cheveux (symbole de la Trinité) et à son grand linge blanc.

Remarquable parce que typiquement romane, l'église de Varenne-l'Arconce offre toutefois une autre particularité. Elle possède une très belle série de statues de bois polychrome, datant du XVIe siècle :

  • Saint Antoine ;
  • Saint Denis, évêque et martyr, qui fut décapité et qui, dit la légende, ramassa sa tête et la porta jusqu'au lieu de son inhumation (abbaye de Saint-Denis, à Paris) ;
  • Saint Cosme, qui porte la fiole, patron des chirurgiens ;
  • Saint Sébastien, patron des archers, officier romain converti au christianisme, qui mourut criblé de flèches ;
  • Saint Roch qui, malade de la peste, fut chassé par tous et nourri par un chien dont le maître finit par le soigner et le guérir lui-même.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2018, millésimée 2015, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2017, date de référence statistique : 1er janvier 2015.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Décédé en cours de mandat [1]
  2. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  3. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  4. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  5. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014 et 2015.