Patrice Prat

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Prat (homonymie).
Patrice Prat
Patrice Prat en 2016.
Patrice Prat en 2016.
Fonctions
Député de la 3e circonscription du Gard
En fonction depuis le
(4 ans 9 mois et 6 jours)
Élection 17 juin 2012
Législature XIVe
Groupe politique SRC puis SER puis NI
Prédécesseur Jean-Marc Roubaud
Maire de Laudun-l'Ardoise

(18 ans et 9 mois)
Prédécesseur Christian Prade
Successeur Philippe Pécout
Conseiller général du Gard
élu dans le canton de Roquemaure

(8 ans et 4 mois)
Prédécesseur René Mathieu
Successeur Nathalie Nury
Biographie
Nom de naissance Patrice Frédéric Prat
Date de naissance (51 ans)
Lieu de naissance Bagnols-sur-Cèze
Nationalité Française
Parti politique Parti socialiste
PRG
MDC
Parti socialiste
DVG[1]
Parti socialiste (jusqu'en juillet 2016[2])
Diplômé de Université Paul-Valéry Montpellier 3
IEP d'Aix-en-Provence
Profession Conseiller en assurances

Signature de Patrice Prat

Patrice Prat
Députés du Gard

Patrice Prat, né le à Bagnols-sur-Cèze, est un homme politique français.

Il est député de la 3e circonscription du Gard depuis 2012.

Biographie[modifier | modifier le code]

Famille et études[modifier | modifier le code]

Patrice Prat est marié et père de trois enfants. Il a notamment été étudiant à l'Université Paul-Valéry Montpellier 3, ainsi qu'à l'Institut d'études politiques d'Aix-en-Provence.

Carrière politique[modifier | modifier le code]

Élu maire de Laudun-L'Ardoise en 1995, il est élu conseiller général du canton de Roquemaure en 2004, puis devient vice-président du Conseil général, chargé de l'Économie, de l'emploi et de l'insertion entre 2008 et 2011. Il est également président de la Communauté de communes Rhône Cèze Languedoc de 2008 à .

Élu député de la troisième circonscription du Gard en , il démissionne de ses mandats de conseiller général et de président de la Communauté de communes. Enfin, opposé au cumul des mandats, il décide de ne pas briguer un nouveau mandat de maire en 2014 et de soutenir Philippe Pécout, qui remporte finalement l'élection municipale[3]. Il déclare alors que « [sa] mission est accomplie »[4].

Patrice Prat siège au groupe Socialiste, républicain et citoyen à l'Assemblée nationale. Membre de la Commission des Affaires économiques[5], il s'intéresse plus particulièrement aux sujets des politiques industrielles, de l'énergie (au sein de la Commission spéciale pour le projet de loi sur la transition énergétique et de la Commission d'enquête sur les coûts de la filière nucléaire) et de la viticulture. Il est également membre de la Commission d'enquête parlementaire sur les individus et les filières djihadistes notamment. Enfin, il préside le Groupe d'amitié parlementaire France-Malte.

Secrétaire national du PS chargé de l'innovation et des petites et moyennes entreprises (PME) à partir d'[réf. nécessaire], il est proche d'Arnaud Montebourg[6].

En , il est désigné comme référent parlementaire au comité stratégique de filière nucléaire (CSFN)[7]. Après avoir envisagé un temps une candidature lors de l'élection régionale de 2015 en Languedoc-Roussillon-Midi-Pyrénées, il annonce en octobre qu'il ne sera pas candidat[8].

En , il annonce quitter le Parti socialiste et le groupe socialiste, écologiste et républicain à l'Assemblée nationale. Il motive son choix en déclarant vouloir être « cohérent » après avoir signé par deux fois une motion de censure au gouvernement[2].

Il est membre de l'équipe de campagne d'Arnaud Montebourg pour la primaire citoyenne de 2017[9] ; il est l'un de ses porte-parole[9].

Fin de carrière politique[modifier | modifier le code]

En mars 2017, il annonce mettre un terme à sa carrière politique. Il se représente pas aux élections législatives de juin 2017.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Exclu en 2010 à la suite de sa candidature dissidente aux élections régionales.
  2. a et b « Gard : le député Patrice Prat quitte le Parti Socialiste », sur Midi Libre,‎ (consulté le 13 juillet 2016).
  3. http://www.midilibre.fr/2014/03/26/elections-municipales-philippe-pecout-succede-a-patrice-prat,839648.php
  4. « Laudun-L'Ardoise : Philippe Pécout du premier coup », Midi libre,‎ , p. 4
  5. http://www.assemblee-nationale.fr/14/tribun/fiches_id/606225.asp
  6. Lénaïg Bredoux, « Comment Arnaud Montebourg prépare sa candidature pour 2017 », sur Mediapart,‎ (consulté le 6 février 2016).
  7. Thierry Allard, « GARD Patrice Prat nommé au Comité stratégique de la filière nucléaire », sur objectifgard.com,‎
  8. Thierry Allard, « GARD Régionales : Patrice Prat finalement pas candidat », Objectif Gar,‎
  9. a et b « L'organigramme de l'équipe de campagne d'Arnaud Montebourg dévoilé », liberation.fr, 2 janvier 2016.

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sitographie[modifier | modifier le code]