Alphonse Colle

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Alphonse Colle
Alphonse colle la vie ardennaise illustrée 17836.jpg
Caricature d'Alphonse Colle publiée dans La Vie ardennaise illustrée en 1898.
Biographie
Naissance
Décès
Nationalité
Activité

Alphonse Théodore Charles Colle né le à Charleville et mort le à Paris (16e arrondissement)[1]est un sculpteur français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Élève d'Aristide Croisy, Alphonse Colle est le fils d'un ancien ingénieur en chef des ponts et chaussée du département. Il épouse Lucie Jeanne Gailly, fille de l'industriel et homme politique Gustave Gailly.

Alphonse Colle cofonde l'Union artistique des Ardennes avec Eugène Damas à Charleville en 1887.

Son Monument à Charles de Gonzague « à la gloire d'un prince très catholique », inauguré en 1899 à Charleville, crée une polémique au sein des milieux politiques et ouvriers qui jugent cet hommage à contre-courant, coûteux et saugrenu[2].

L'artiste est apprécié pour ses sujets gracieux inspirés de la statuaire du XVIIIe siècle (Femme au coussin, collection particulière ; Enfant au berceau, localisation inconnue)[3], mais il réalise également des sujets proche du réalisme social (Pendant la grève, groupe en plâtre, Salon de 1894 ; La Rentrée de l'usine, haut-relief, Salon de 1907)[3].

Après la Première Guerre mondiale, ses principales réalisations sont des monuments aux morts, notamment ceux de Charleville (1923) et de Mézières (1927).

Œuvres[modifier | modifier le code]

France

Notes et références[modifier | modifier le code]

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]