Partis politiques du Cameroun

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Années 1950[modifier | modifier le code]

En 1955, il existait au Cameroun des formations politiques (partis politiques et associations ethniques). Liste non exhaustive qui a pu être constituée, à partir des documents d’archives[1] :

  • Ngondo (Association traditionnelle du peuple Douala, existant de fait depuis le début du XXe siècle).
  • Solidarité Camerounaise ().
  • Union Bamileke ().
  • AssoBeti (Association « Amicale Voix du Peuple Beti », ).
  • UPC ().
  • Kumzse (Association traditionnelle du peuple bamiléké, ).
  • Esocam (Évolution Sociale du Cameroun, ).
  • Renaicam (Renaissance Camerounaise, ).
  • Union Bamoun ().
  • BDC (Bloc Démocratique Camerounais, 1" ).
  • Front Intercolonial ().
  • USC (Union Sociale Camerounaise, ).
  • JEUSAMAR (Jeunesse de la Sanaga Maritime, ).
  • INDECAM (Coordination des Indépendants Camerounais, ).
  • Asso Bake (Association des Notables Bamiléké, ).
  • RPC (Rassemblement du Peuple Camerounais, ).
  • Assa Benoue (Association Amicale de la Bénoué, ).
  • ERNKAM (Étude de la Région du Nkam, ).
  • RMC ou Ramocam, (Radicaux Modérés du Cameroun, ).
  • UPB (Union des Populations Batanga, ).
  • UNICAM (Unité Camerounaise, ).
  • Manjong Bamileke (1ier ).
  • Évolution des Jeunes Camerounais (1ier ).
  • Groupement Anti-Upéciste des Boulou du Dja et Lobo ().
  • PRONORI (Ligue Progressiste des Intérêts Économiques et Sociaux des Populations du Nord Cameroun, ).
  • MEDIAFRANCAM (Médiation Franco Camerounaise, ).
  • Assemblée Traditionnelle Du Peuple Bamoun ().
  • Front National Camerounais ().

Ces formations politiques sont des rassemblements à caractère régional[2].

Années 2020[modifier | modifier le code]

Le Cameroun compte en 2015, 298 partis politiques[3]. Toutefois la plupart de ces partis, créés au lendemain du retour au multipartisme en [4], ne sont pas véritablement actifs dans le paysage politique national[5].

Les principaux partis politiques du Cameroun sont :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Martin Atangana, The End of French Rule in Cameroon, University Press of America, , 146 p. (ISBN 978-0-7618-5278-0, lire en ligne)
  2. Martin-René Atangana, Capitalisme et nationalisme au Cameroun : au lendemain de la seconde guerre mondiale (1946-1956), Publications de la Sorbonne, , 307 p. (ISBN 978-2-85944-327-6, lire en ligne)
  3. « Cameroon-Info.Net :: Cameroun - Émiettement - Multipartisme pléthorique: Comment réussir l’alternance au Cameroun avec près de 300 partis politiques légalisés ? », sur www.cameroon-info.net (consulté le )
  4. SERVICES DU PREMIER MINISTRE, « Paysage politique - Portail du Gouvernement du Cameroun », sur www.spm.gov.cm (consulté le )
  5. « Cameroun :25 années de multipartisme et…? :: CAMEROON - Camer.be », (consulté le )
  6. « LISTES DES PARTIS POLITIQUES LEGALISES DU CAMEROUN | izf.net », sur www.izf.net (consulté le )
  7. a et b « Partis légalisés », sur www.minat.gov.cm (consulté le )