Mouvement pour la renaissance du Cameroun

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Mouvement pour la renaissance du Cameroun
(en) Cameroon Renaissance Movement
Image illustrative de l’article Mouvement pour la renaissance du Cameroun
Logotype officiel.
Présentation
Président Maurice Kamto
Fondation
Siège Yaoundé
Devise Justice, Travail, Prospérité
Couleurs Bleu
Site web mrcparty.org

Le Mouvement pour la renaissance du Cameroun (MRC ou Cameroun Renaissance Movement, CMR) est un parti politique du Cameroun, fondé le , par changement de dénomination de Mouvement populaire républicain. Son dirigeant est Maurice Kamto.

Le parti fait son entrée à l'Assemblée nationale après les élections législatives de 2013, avec un élu. Le parti boycottant les élections de 2020[1], il perd ce siège.

Feuille de route[modifier | modifier le code]

Le Mouvement pour la Renaissance du Cameroun se présente comme une nouvelle force politique ayant l’ambition de représenter une véritable alternative au pouvoir RDPC.

Directoire[modifier | modifier le code]

Le directoire est  l’instance où se prennent les décisions stratégiques du parti.

Il est composé :

  • des membres fondateurs du parti ;
  • du président national du parti ;
  • des vice-présidents nationaux du parti ;
  • des membres du conseil national ;
  • des membres du comité des sages ;
  • des membres du comité national d’arbitrage ;
  • du conseiller spécial du président national ;
  • des Conseillers du président national ;
  • du secrétaire national ;
  • des secrétaires nationaux adjoints ;
  • des secrétaires régionaux de fédération de l’OFMRC ;
  • de dix membres désignés par le président national du parti.
  • S’ils sont membres du parti :
    • du Premier ministre ;
    • du Président du Sénat ;
    • du Président de l’Assemblée nationale.

Le directoire se réunit une fois par trimestre sur convocation du président national, soit à son initiative, soit à l’initiative des 2/3 de ses membres.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Cameroun: Le Mrc va boycotter les élections législatives et municipales du 9 février 2020 », sur koaci.com/, (consulté le 6 décembre 2019).

Article connexe[modifier | modifier le code]