Parti social d'unité nationale

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Parti social d'unité nationale
(es) Partido Social de Unidad Nacional
Image illustrative de l’article Parti social d'unité nationale
Logotype officiel.
Présentation
Président Juan Manuel Santos
Fondation
Siège Calle 72 # 7-55, Bogota, Cundinamarca
Co-directeur Roy Barreras
Positionnement Centre droit à droite[1],[2],[3]
Idéologie Libéralisme économique
Affiliation internationale Internationale libérale (observateur)
Couleurs Rouge, orange et vert
Site web partidodelau.com
Représentation
Représentants
25 / 172
Sénateurs
14 / 108
Parlement andin
2 / 5

Le Parti social d'unité nationale (en espagnol : Partido Social de Unidad Nacional), souvent appelé Parti de la U en référence au nom de l'ancien président Uribe, est un parti politique colombien qui se définit comme centriste.

Histoire[modifier | modifier le code]

Fondé en 2005 pour rassembler les partisans du président Álvaro Uribe, il devient rapidement l'un des principaux partis politiques, aux côtés du Parti libéral colombien et du Parti conservateur colombien[4].

Le Parti de la U se définit initialement comme « le parti du président Uribe »[5]. Il effectuera par la suite un virage centriste[6].

À la suite de l'échec de la proposition de référendum visant à obtenir la possibilité pour Álvaro Uribe de se présenter pour un troisième mandat, Juan Manuel Santos représente le parti à l'élection présidentielle de 2010, qu'il remporte[7],[8]. Juan Manuel Santos est réélu en 2014.

Lors de l'élection présidentielle de 2018, le Parti de la U soutient la candidature de Germán Vargas Lleras, qui obtient 7,3 % des voix[9].

Idéologie[modifier | modifier le code]

La déclaration de programmation (Declaración Programática) est la plate-forme idéologique du parti.

Elle indique que le Parti social d'unité nationale soutient la mise en place d'une économie de marché et le développement de l'État-providence. En 2010, le président Santos affirme soutenir l’approche de Troisième voie prônée par Tony Blair[10].

Le parti reconnaît la famille comme base de la société et promeut la mondialisation en mettant l’accent sur l’éducation, la science et la technologie. Il soutient également le processus de décentralisation.

Depuis 2012, le parti est membre observateur de l'Internationale libérale[11].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (es) « Colombia es un país de derechas », sur elespectador.com, (consulté le 4 juin 2018).
  2. (en) « The political framework of Colombia - Economic and Political Overview », sur www.nordeatrade.com.
  3. (en) « Left Turn Ahead: How a New President Could Shake Up Colombia », sur Stratfor.
  4. José Fuquen et Marie Legrand, Michel Jeanne. Prêtre français en terre ouvrière de Colombie : 1970-2003, Éditions Karthala, , 294 p. (ISBN 281111145X, lire en ligne).
  5. « Nous sommes toujours le parti du Président »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?).
  6. « Histoire du Parti de la U »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?).
  7. Michel Marmin, Chronique de l'année 2010, Éditions Chronique, , 144 p. (lire en ligne).
  8. Juanita León, « Colombie. La vague verte n'a pas déferlé », Courrier international,‎ (lire en ligne, consulté le 2 juin 2018).
  9. « Qui a trahi le camp de la paix en Colombie ? - Maurice Lemoine », sur www.medelu.org, .
  10. « La Colombie élit Santos au poste de président », Le Wall Street Journal, (consulté le 13 septembre 2012).
  11. Partido de la U - Colombie { {webarchive | url = https: //web.archive.org/web/20131213170228/http: //www.liberal-international.org/editorial.asp? ia_id = 2351 | date = 2013-12-13}}, libéral International: Membres observateurs. Récupéré le 2 mars 2013.

Lien externe[modifier | modifier le code]