Parti du peuple cambodgien

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie. Cette page d’homonymie répertorie les différents sujets et articles partageant un même nom.
Page d'aide sur les redirections Cet article concerne L'ancien Parti révolutionnaire du peuple khmer, parti unique de 1981 à 1991. Pour le Parti révolutionnaire du peuple khmer d'origine, voir Parti communiste du Kampuchéa.
Logotype du PPC

Le Parti du peuple cambodgien (cambodgien: Kanakpak Pracheachon Kâmpuchéa, KPK) parfois appelé parti populaire cambodgien, est la formation politique actuellement au pouvoir au Cambodge.

Anciennement communiste, l'actuel Parti du peuple a été parti unique sous le régime de la République populaire du Kampuchéa : il portait à l'époque le nom de Parti révolutionnaire du peuple khmer, également traduit par Parti révolutionnaire du peuple du Kampuchéa (PRPK).

De par sa structure et son implantation jusque dans le moindre village cambodgien[1], le parti est régulièrement accusé d’être un rouage important dans le contrôle de l’administration et la transmission des prébendes et autres passe-droits qui enrichissent les dirigeants nationaux au détriment des intérêts du pays[2].

Historique[modifier | modifier le code]

Il se veut l’héritier du premier Parti révolutionnaire du peuple khmer, le nom originel du Parti communiste du Kampuchéa créé en 1951 et a célébré en 2011 son soixantième anniversaire[3]. Ce nom initial a été réutilisé en 1981 par le parti unique de la République populaire du Kampuchéa mise en place deux ans auparavant par l’armée populaire vietnamienne[4].

Il a pris son nom actuel lors d'un congrès extraordinaire du PRPK qui eut lieu les 17 et 18 octobre 1991 en vue de modifier ses statuts afin de pouvoir participer aux élections de 1993. Outre le changement de nom, le congrès adoptait plusieurs décisions dont les plus notables furent le renoncement au marxisme-léninisme et le ralliement au multipartisme[5].

Le PPC a longtemps formé une coalition avec le parti royaliste Funcinpec, jusqu'aux élections de 2008 où le poids de cette dernière formation était devenu insignifiant (2 députés sur 120).

Situation actuelle[modifier | modifier le code]

Le PPC se présente aujourd'hui comme un parti social-démocrate et nationaliste[réf. nécessaire].

Il dispose d'une majorité absolue d'élus à l'Assemblée nationale du Cambodge (en)[6]. L'actuel Premier ministre, Hun Sen en est le vice-président[7].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Florence Compain, « Hun Sen, l'inusable petit commandant khmer rouge », Le Figaro,‎ (lire en ligne)
  2. Henri Locard, Pourquoi les Khmers rouges, Éditions Vendémiaire, coll. « Révolutions »,‎ , 352 p. (ISBN 9782363580528, présentation en ligne), « Après le totaliraisme », p. 302-306
  3. Henri Locard, Pourquoi les Khmers rouges, Éditions Vendémiaire, coll. « Révolutions »,‎ , 352 p. (ISBN 9782363580528, présentation en ligne), « Après le totaliraisme », p. 302-303
  4. (en) Sorpong Peou, Intervention & Change in Cambodia : Towards Democracy?, Palgrave Macmillan,‎ , 602 p. (ISBN 9780312227173), p. 94
  5. (en) David Lea (dir.), Colette Milward (dir.) et al., Political Chronology of South-East Asia and Oceania, Routeledge,‎ , 244 p. (ISBN 9781857431179), p. 32
  6. « Cambodge • Percée de l'opposition dans des élections contestées », Courrier international,‎ (lire en ligne)
  7. (km) « សមាជិកគណបក្សប្រជាជនកម្ពុជា », sur គណបក្សប្រជាជនកម្ពុជា - Parti du peuple cambodgien (consulté le 7 janvier 2015)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :