Université nationale de Singapour

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Université nationale de Singapour
Histoire et statut
Fondation
Type
Université nationale
Nom officiel
National University of Singapore
Régime linguistique
Président
Tan Chorh Chuan
Localisation
Localisation
Pays
Localisation sur la carte de Singapour
voir sur la carte de Singapour
Red pog.svg
Chiffres-clés
Étudiants
Environ 31 000
Divers
Membre de
International Alliance of Research Universities (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Site web
Centre culturel

L'université nationale de Singapour (anglais : National University of Singapore ; abréviation anglaise : NUS ; chinois : 新加坡国立大学 ; pinyin : Xīnjiāpō Guólì Dàxué ; abréviation chinoise : 国大 ; malais : Universiti Kebangsaan Singapura ; tamoul : சிங்கப்பூர் தேசிய பல்கலைக்) est une université située à Singapour.

Elle compte plus de 31 000 étudiants.

Fondée en 1905 comme une université de médecine, c'est la plus vieille institution d'enseignement supérieur à Singapour, et également la plus grosse quant au nombre d'étudiants inscrits et au nombre de parcours possibles. NUS propose une large palette de disciplines, parmi lesquelles les sciences fondamentales, l’ingénierie, l'informatique, la médecine, le design, l'urbanisme, le droit, les sciences sociales, le management, le commerce, les arts et la musique. L'université compte parmi ses anciens élèves 4 premiers ministres ou présidents de Singapour et 2 premiers ministres de Malaisie.

Le campus principal de l'université se situe au sud-ouest de Singapour, entre les quartiers de Kent Ridge et de Clementi. Il s'étend sur 150 ha. Deux campus annexes (Bukit Timah et Outram) hébergent la faculté de droit, celle de sciences politiques, la Duke-NUS Medical school et quelques laboratoires de recherche.

Histoire[modifier | modifier le code]

En septembre 1904, Tan Jiak Kim prend la tête d'un groupe demandant au gouverneur des colonies britanniques des détroits (Straits Settlements), Sir John Anderson, la création d'une faculté de médecine à Singapour. M. Tan, également alors le président de l'association cino-britannique des détroits, réussi à rassembler 87 077 Staits dollars, dont 12 000 $ de sa propre poche. Le 3 juillet 1905, la faculté de médecine fut créée et appelée la Straits Settlements and Federated Malay States Government Medical School, littéralement la faculté de médecine gouvernementale des détroits et états fédérés malais.

En 1912, la faculté de médecine reçoit un financement à hauteur de 120,000$ de la fondation du roi Edward VII, dirigée par Lim Boon Keng. A la suite de cet apport conséquent, la faculté est renommée King Edward VII Medical School le 18 novembre 1913, puis King Edward VII College of Medicine en 1921 pour refléter son vocation universitaire.

En 1928, le Raffles College, du nom du fondateur de Singapour Sir Thomas Raffles, est fondé avec pour but de promouvoir les arts et les sciences sociales au niveau universitaire pour les étudiants malais.

Université de Malaisie (1949–1962)[modifier | modifier le code]

Deux décennies plus tard, le Raffles College, et le King Edward VII College of Medicine sont fusionnés pour créer l'université de Malaisie (University of Malaya) le 8 Octobre 1949. L'objectif de cette fusion : donner à la fédération malaise et à Singapour la capacité à former des universitaires et fonctionnaires de haut niveau. La croissance de l'université de Malaisie fut très rapide pendant la première décennie et conduit à créer deux divisions autonomes en 1959, une à Singapour et l'autre à Kuala Lumpur.

Université de Singapour (1962–1980)[modifier | modifier le code]

En 1960, alors que l'indépendance de Singapour se dessine, le gouvernement fédérale Malais et le gouvernement de Singapour décident de modifier les statuts de ces divisions pour en faire des universités séparées. Le législateur publie en 1961 un texte établissant l'Université de Malaisie à partir de la division de Kuala Lumpur, tandis que la division de Singapour est renomée Université de Singapour le 1er Janvier 1962.

Forme actuelle[modifier | modifier le code]

En 1980, le gouvernement exprime la volonté d'avoir un organe unique et puissant de formation universitaire et de recherche, tout en promouvant l'usage de la langue anglaise. On fusionne alors l'Université de Singapour et l'Université Nanyang en 1980 : l'Université Nationale de Singapour (NUS) est née. Les armoiries des deux universités sont fusionnées également, et l'on retrouve les trois anneaux entrelacés de l'Université Nanyang dans le logo actuel de NUS.

Relations internationales[modifier | modifier le code]

En 2010, elle crée avec l'université Yale un programme universitaire de double diplôme appelé « Yale-NUS College » qui doit accueillir des étudiants dès 2013[1].

Scientométrie[modifier | modifier le code]

NUS apparaît dans plusieurs classements réalisés par le Times Higher Education. Elle est classée 1ère université à Singapour, 1ère université d'Asie et 22ème université mondiale selon le classement 2018 du Times Higher Education[2], et 11ème université mondiale selon le classement 2019 du QS World University Rankings[3]. NUS a également été classée 4ème université la plus internationale au monde (1ère à Singapour) par le Times Higher Education en 2018[4]. En 2016, l'étude d'employabilité des diplômés menée par le Times Higher Education a placé NUS en 15ème position mondiale (1ère à Singapour). Enfin, le classement par réputation internationale du Times Higher Education a placé NUS en 24ème position mondiale.

Personnalités liées à l'université[modifier | modifier le code]

Étudiants[modifier | modifier le code]

Professeurs[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Geoff Mulvhill, « Yale-NUS College », NUS Press, Houston Chronicle,‎ (lire en ligne)
  2. (en) « World University Rankings », Times Higher Education (THE),‎ (lire en ligne)
  3. (en) « QS World University Rankings 2019 », Top Universities,‎ (lire en ligne)
  4. « Most international universities in the world 2018: top 200 », Times Higher Education (THE),‎ (lire en ligne)

Lien externe[modifier | modifier le code]