Paris Rive Gauche

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Ceci est une version archivée de cette page en date du 30 janvier 2011 à 21:56 et modifiée en dernier par Nouill (discuter | contributions). Elle peut contenir des erreurs, des inexactitudes ou des contenus vandalisés non présents dans la version actuelle.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir PRG.

Paris Rive Gauche
Image illustrative de l’article Paris Rive Gauche
Avenue de France
Description
Type Zone d'aménagement concerté
Autre(s) nom(s) Seine Rive Gauche
Aménageur Semapa
Urbaniste différent selon les secteurs
Travaux 1991 - en cours
Site web www.parisrivegauche.com
Localisation
Pays Drapeau de la France France
Localité Paris 13e
Programme
Périmètre 130 hectares, dont 26 hectares de couverture de voies ferrées
Espaces verts 98 000 m²
Logements 430 000 m²
Bureaux 700 000 m²
Activités 405 000 m²
Équipements 662 000 m²
Total 2 200 000 m²
Réalisations majeures Avenue de France
Bibliothèque nationale de France
Université Paris VII Denis Diderot
Passerelle Simone de Beauvoir
Coordonnées 48° 50′ 00″ nord, 2° 22′ 34″ est

Géolocalisation sur la carte : Paris

(Voir situation sur carte : Paris)
Paris Rive Gauche

Paris Rive Gauche, ou Seine Rive Gauche, est un nouveau quartier de Paris qui occupe la partie du 13e arrondissement située entre les voies ferrées de la gare de Paris-Austerlitz et la Seine, jusqu'au boulevard périphérique.

Entamée avec l'édification de la Bibliothèque nationale de France dans les années 1990, cette opération d'urbanisme, la plus importante à Paris depuis Italie 13 et le Front-de-Seine, s'est poursuivie avec la construction d'immeubles d'habitation et de bureaux. L'axe principal du quartier est la nouvelle avenue de France qui longe ou surplombe les voies ferrées. Le quartier, qui doit recouvrir les voies ferrées, est surélevé par rapport à la Seine d'un côté et aux quartiers anciens (rue du Chevaleret) de l'autre.

L'aménageur de l'ensemble du site est la SEMAPA (Société d'économie mixte d'aménagement de Paris). Le projet a fait appel à de nombreux architectes et paysagistes français et étrangers tels que Christian de Portzamparc, Norman Foster (bureaux à l'angle de la rue de Tolbiac et de l'avenue de France), Ricardo Bofill, Jean-Michel Wilmotte...

Présentation

Les voies de la Gare de Paris-Austerlitz au sud de la BNF.
Evolution des voies de la Gare de Paris-Austerlitz recouvertes en mai 2010.

L’opération d'urbanisme est de type ZAC (zone d'aménagement concerté). Son champ d'action est divisé en cinq quartiers :

  • le quartier Austerlitz (architecte coordonnateur : Christian Devillers), de la gare au boulevard Vincent-Auriol (métro aérien) : voies ferrées, avenue Pierre-Mendès-France (qui se prolonge par l’avenue de France) bordée par des immeubles de bureaux (Transpac, Caisse des dépôts et consignations). Ce quartier est en grande partie construit. Certains immeubles d'habitation anciens ont été conservés.
  • l’avenue de France (conception d’ensemble : Paul Andreu, aménagement : Jean-Michel Wilmotte et Patrick Céleste) : cet axe entièrement nouveau longe les voies ferrées en les surplombant, depuis la gare de Paris-Austerlitz (où il porte le nom d’avenue Pierre-Mendès-France) jusqu'au boulevard Masséna (petite ceinture). La partie sud de cet axe, ainsi qu'une travée la chaussée ouest au sud du pont Vincent-Auriol, ne sont pas encore terminées.

Historique

Au début des années 1990, cette zone était occupée par des terrains industriels dont certains étaient désaffectés, ainsi que par quelques immeubles d'habitation dont Les Frigos, anciens entrepôts frigorifiques de la SNCF reconvertis en ateliers d'artistes. Le Conseil de Paris a approuvé en 1991 le plan d'aménagement de zone de la ZAC Seine Rive Gauche (renommée officiellement Paris Rive Gauche en 1996), qui est le dernier grand projet urbain réalisé par Jacques Chirac, comme maire de Paris.

Les premiers logements sont livrés en 1996. La même année, la Bibliothèque nationale de France et le pont Charles-de-Gaulle entrent en service. Les premiers commerces ouvrent en 1997. Puis c'est l'arrivée de la ligne 14 de métro et des premières entreprises (1998), le démarrage des travaux dans la partie sud du quartier (2000), le premier tronçon de l'avenue de France est (2001), le collège Thomas-Mann (2002), la Cité de l'Image et du Son MK2 (Jean-Michel Wilmotte et Frédéric Namur, 2003). Dans les années qui suivent, de nombreux immeubles de bureaux entrent en fonction.

En juillet 2006, la passerelle piétonne Simone-de-Beauvoir, dessinée par Dietmar Feichtinger, relie l'esplanade de la Bibliothèque nationale de France au jardin de Bercy, de l'autre côté de la Seine. En même temps, un établissement balnéaire flottant, la piscine Joséphine-Baker, voit le jour sur la Seine, au pied de la Bibliothèque Nationale de France.

La gare de Paris-Austerlitz, enfin, étant la seule gare parisienne capable de supporter une augmentation importante de trafic, va faire l'objet d'un vaste chantier de réhabilitation, préalable à une éventuelle arrivée des trains venant de la future ligne LGV Sud Europe Atlantique[réf. souhaitée].

Travaux à venir

La Halle aux Farines en janvier 2007.
L'université Paris VII Denis Diderot
Article détaillé : Campus Paris Rive Gauche.

Le site principal de l'université Paris Diderot se situe pleinement dans le quartier Paris Rive Gauche bien qu'il ne soit pas encore entièrement achevé. En effet, plusieurs bâtiments doivent encore être construits afin d'accueillir les derniers UFR de l'université étant encore installés dans divers locaux tampons. L'ensemble de l'université devrait être installé sur le campus à l'horizon de juin 2012.

L’Institut national des langues et civilisations orientales (INALCO) et la Bibliothèque universitaire des langues et civilisations (BULAC) seront implantés rue des Grands-Moulins où ils constitueront le Pôle des langues et civilisations du monde. Le chantier est en cours.

Des aménagements culturels et de loisir devraient enfin s'installer dans les magasins généraux du port d'Austerlitz, vastes hangars et parkings situés sur les quais entre le pont de Bercy et le pont Charles-de-Gaulle.

L'implantation du tribunal de grande instance dans la ZAC Paris Rive Gauche avait été envisagé. L’État souhaitait qu'il occupe la Halle Freyssinet, le long de la rue du Chevaleret, tandis que la ville de Paris privilégiait un autre emplacement, dans le secteur appelé Masséna Bruneseau, entre le boulevard des Maréchaux et le périphérique. Finalement, aucun accord n'a été possible et le tribunal de grande instance sera implantée dans une tour, dans la ZAC Clichy-Batignolles.

Patrimoine

Même si l'opération relève en de nombreux endroits de la table rase, le quartier conserve des marques de son passé industriel. Certains bâtiments sont conservés. D'autres risquent de disparaître ou d'être en grande partie modifiés afin d'être intégrés dans le nouveau quartier.

  • Les Frigos : anciens entrepôts frigorifiques de la CEGF (Compagnie des Entrepôts et Gares Frigorifiques , racheté en 1994 par Frigoscandia) situés le long de la rue de Tolbiac. Ils sont occupés par des dizaines d'artistes depuis le début des années 1980. L'immeuble est reconnaissable aux fresques qui couvrent sa façade.
  • Les Grands Moulins de Paris : situés le long de la Seine dans le quartier Masséna, ils ont été endommagés par un incendie mais ont été restaurés et intégrés dans l'université Paris-Diderot. Ils accueilleront une bibliothèque universitaire, une caféteria, des locaux d'enseignement et des bureaux (ouverture partielle en janvier 2007).
  • la Halle aux farines voisine est depuis février 2007 un bâtiment d'enseignement (amphithéâtres, salles de travaux dirigés et de travaux pratiques) de cette université (architecte Nicolas Michelin).
  • La Halle Freyssinet : vaste halle en béton armé à trois travées jouxtant les voies ferrées d'Austerlitz, elle a été exploitée par le SERNAM (SERvice NAtional de Messagerie) jusqu'en 2006. Elle resta à l'abandon jusqu'au jour où sa réhabilitation fut envisagée, lorsque la Ville de Paris décida d'implanter le nouveau TGI dans ce secteur. Le projet fut abandonné et la SNCF loue désormais la Halle à une société d'évènementiel pour une durée de 5 ans. Celle-ci effectue actuellement quelques travaux de rénovation sommaires afin de conserver le bâtiment en assez bon état pour accueillir le public.

Voir aussi

Articles connexes

Liens externes