Pari mutuel urbain

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Pari mutuel urbain
logo de Pari mutuel urbain

Création 1930
Dates clés 1985, 2010
Forme juridique GIE
Slogan « Pariez sur vous »
Siège social Paris
Drapeau de France France
Direction Xavier Hürstel - Président-directeur général
Activité Paris
Produits Paris hippiques, paris sportifs, poker en ligne
Société mère France Galop et Cheval Français
Site web pmu.fr

Chiffre d’affaires 10,405 milliards d’euros (2013) - 10,498 (2012)
en diminution - 0,9 % vs 2012
Résultat net 854 millions d'euros (2013)[1]
Longchamp, 14 octobre 1906, incendie par la foule de la baraque du Pari mutuel.
Installation d'un Pari mutuel pour le Grand Prix de Monaco 1930.
Véhicule publicitaire pour le PMU dans la caravane du Tour de France 2013

Le Pari mutuel urbain (PMU) est une entreprise française de paris hippiques dont les activités sont la conception, la promotion, la commercialisation et le traitement des paris sur les courses de chevaux. Depuis la loi sur l’ouverture du marché des jeux en ligne en mai 2010[2], cette entreprise propose aussi des paris sportifs et des jeux de poker en ligne.

Le PMU est le 1er opérateur de pari mutuel hippique en Europe et no 2 mondial[3].

Histoire[modifier | modifier le code]

Création[modifier | modifier le code]

À l'origine organisés de façon sauvage par des bookmakers, les paris sur les hippodromes vivent sans structure. En 1891, Joseph Oller invente la mutualisation des paris. La loi du 2 juin 1890 met fin à l'arbitraire des bookmakers car elle repose sur un principe simple : les parieurs jouent les uns contre les autres et les sommes jouées sont partagées entre les gagnants. C'est le début du pari mutuel.

Par la loi du 16 avril 1930, les Sociétés de Courses, seuls organismes habilités depuis 1891 à organiser les courses de chevaux et à vendre des paris, reçoivent l'autorisation d'enregistrer les paris à l'extérieur des hippodromes exclusivement sous forme mutualiste. Elles créent alors un service commun, le Pari Mutuel Urbain.

Évolution[modifier | modifier le code]

Pari hippique à l’hippodrome de Vincennes à Paris : attente de résultats de courses.

Jusqu'en 1954, les paris joués sont des paris relativement simples, qui consistent à trouver, soit le premier, soit les deux premiers chevaux d'une course. En 1954, André Carrus, créateur et directeur symbolique du PMU, invente un pari qui offre des rangs de gains différents. Il intègre la notion d'ordre et de désordre. Le premier Tiercé se court à Enghien en France, le 22 janvier 1954. La même année, André Carrus organise le traitement des paris, de façon manuelle mais pratique et rapide. Du bordereau encoché à volets carbonés, la pince à encocher, la valideuse à la main jusqu'aux aiguilles à trier, tout le réseau fonctionne ainsi grâce à un système ingénieux de traitement différé et une organisation rigoureuse. Il faut attendre 1987 pour que le traitement des paris soit informatisé.

Les règles relatives aux mises des paris sont modifiées au début des années 1960, notamment pour contrecarrer les méthodes de Patrice des Moutis, un ingénieur centralien qui avait mis au point un système lui permettant de gagner des mises considérables, en profitant des failles dans les règles des paris. En quelques années, le système passe d'un nombre de mises illimitées à un système où chaque parieur ne peut miser plus de 60 nouveaux francs.

En 1985, le PMU devient un GIE (groupement d'intérêt économique) regroupant 57 sociétés de courses, toutes associations à but non lucratif [4].

Aujourd’hui, le PMU offre tous les jours des paris sur les courses de chevaux sur le territoire français. À travers ses partenariats avec de nombreux pays, le PMU peut également proposer des paris sur des courses étrangères et vendre ses propres paris sur les courses françaises à d’autres pays. Les joueurs peuvent parier dans les points de vente (11 500 points de vente recensés en France métropolitaine et dans les départements d'outre-mer en 2011[5]), sur Internet[6], par téléphone ou téléphone mobile. Les parieurs peuvent suivre les courses hippiques dans leur point de vente via Equidia, qui retransmet l’intégralité des courses en direct : en effet, une partie des points PMU (8 500) sont équipés de télévisions diffusant cette chaîne. Conformément au principe du pari mutuel, le PMU répartit les sommes jouées entre les gagnants après déduction des prélèvements.

Les paris hippiques sont soumis en France à la loi du 2 juin 1891. Celle-ci, consolidée par le décret no 97-456 du 5 mai 1997, entraîne pour le PMU un statut de monopole pour l'organisation et la collecte des paris hippiques. À la suite des pressions de la Communauté européenne, le secteur des jeux d'argent en ligne est ouvert à la concurrence au 1er janvier 2010, et des autorisations sont délivrées par l'Autorité de régulation des jeux en ligne (ARJEL) à des entreprises concurrentes pour l'organisation et la collecte de paris en ligne.

En 2010, l'ARJEL délivre au PMU une licence pour prendre des paris sportifs sur son site internet. Le PMU diversifie son activité en lançant le 1er juillet 2010 un site dédié au Poker[7], et annonce en novembre 2010 la création de la PMU Poker Team en vue du World Poker Tour d'Amnéville. Cette première équipe était composée de quatre joueurs — Guillaume Dacourt, Rebecca Mordoff-Gerin, Jean-Philippe Rohr et Philippe Ktorza — et a été remaniée depuis. Le PMU est devenu un des leaders des paris sportifs en France avec une part de marché de 25 % derrière Betclic (36 %) et devant Bwin (20 %) en 2013.

Historique des logos[modifier | modifier le code]

Structure et gestion[modifier | modifier le code]

Management et organisation[modifier | modifier le code]

Depuis 1985, le PMU est doté d'un statut de GIE (groupement d'intérêt économique) regroupant 57[4] sociétés de courses, qui sont toutes des associations à but non lucratif. Parmi elles, deux sociétés réglementent et dotent les courses, chacune dans sa discipline : France Galop pour les courses de plat et d'obstacle, et Le Trot pour les courses de trot.

De 2009 à 2014, Philippe Germond est président-directeur général du PMU, sur décision du GIE. Il a été reconduit dans ses fonctions le 5 avril 2012[8], un an avant la fin de son premier mandat de 4 ans. Il quitte le PMU en septembre 2014 et est remplacé au poste de président-directeur général par Xavier Hürstel, jusqu'alors directeur général délégué depuis le 3 avril 2008[4],[9]. Le fonctionnement du PMU est assuré par un comité de direction composé de 11 membres.

Le 18 juillet 2008, le PMU fait l’acquisition à 50 % de Gény Infos, une société d'information hippique. Obtenant l’agrément de l’Arjel en 2010, Gény lance GenyBet[1], un site de paris hippiques en ligne. En 2011, le PMU devient actionnaire unique de Gény Infos. En septembre 2011, Gény Infos publie un nouveau quotidien d’informations hippique sous la marque Gény Courses, puis lance Genybet (paris sportifs) en octobre 2013.

Contrôles[modifier | modifier le code]

Le PMU, par l'intermédiaire de France Galop et Le Trot, est soumis aux tutelles :

Chiffre d'affaires[modifier | modifier le code]

10,237 milliards d’euros de chiffre d’affaires : le PMU enregistre à nouveau en 2011 une hausse de son activité pour la 14e année consécutive, incluant les paris sportifs et le poker. Cette croissance profite à la fois aux parieurs et à la filière Cheval, que le PMU finance à 80 %.

En 2013, le PMU a réalisé un chiffre d'affaires de 10,405 milliards d’euros avec une hausse du produit brut des jeux ( 0,6 % à 2,542 milliards d’euros) mais une baisse des enjeux hippiques en France de 5,2 % à 9,636 milliards d’euros (-1,8 % en incluant les mises étrangères).

En moyenne, le PMU reverse 75 % des enjeux aux gagnants, 9 % à l'État et 8 % aux sociétés de courses hippiques. Le restant étant réparti entre les charges d'exploitation du PMU et les commissions aux partenaires. En 2010, le résultat net reversé aux sociétés de courses hippiques par le PMU s’élevait à 876 millions d’euros soit une hausse de 10,7 %. Cette contribution permet de faire vivre un secteur économique qui représente près de 75 000 emplois et qui est une référence pour les autres marchés, notamment européens.

En 2004, le PMU était la première entreprise de paris hippiques en Europe et se classait au deuxième rang mondial, derrière le pari mutuel japonais, avec 7,6 milliards d'euros de chiffre d'affaires et 6,5 millions de clients.

En 2008, le PMU se situe en leader ex-aequo des jeux d'argents en France, avec 26 % de part de marché, au même niveau que la Française des Jeux.

En 2010, après le lancement de son offre de paris sportifs et de poker en ligne, le PMU se place dans le TOP4 des opérateurs.

Typologie des paris[modifier | modifier le code]

Le PMU permet de placer différents types de paris, sur des courses de trot, de plat et d'obstacles. Auparavant, le PMU ne permettait que de miser sur les courses françaises, mais depuis quelques années, il s'ouvre aux grands évènements mondiaux (Dubaï World Cup, Derby d'Epsom, Elitloppet, etc.).

Il existe de nombreux types de jeux au PMU, mais aussi différentes techniques de jeu. L'arrêté du 22 novembre 2017[10], relatif au règlement du PMU et sur les hippodromes, contient en annexe le règlement dans lequel sont décrits tous les paris possibles (Titre 2 ː les paris; Titre 3 : les paris en masse unique; Titre 4 les paris proposés en masse commune internationale répartie par les opérateurs étrangers)

Une fois par jour[modifier | modifier le code]

Quinté +
Quarté +
Tiercé
  • Quinté+ Tirelire

Il faut trouver les 5 premiers chevaux à l'arrivée de la course dans l'ordre et un numéro complémentaire de 1 à 3000 est attribué par la machine qui permet de remporter la tirelire si la combinaison du Quinté+ est juste.

  • Quinté+

Le principe est de trouver les 5 premiers chevaux de l'arrivée en précisant l'ordre. La mise de base au Quinté+ est de 2 €.

  • Pick 5

Le principe est de trouver les 5 premiers chevaux de l'arrivée sans notion d'ordre. Le Pick 5 se joue sur des courses d'au moins 12 partants. La mise de base au Pick 5 est de 1 €. Depuis le 1er janvier 2016, le Pick 5 est disponible trois à quatre fois par jour.

  • Quarté+

Le principe est de trouver les 4 premiers chevaux de l'arrivée en précisant l'ordre. La mise de base au Quarté+ est de 1,3 €.

Le principe est de trouver les 3 premiers chevaux de l'arrivée en précisant l'ordre. Le Tiercé se joue sur des courses d'au moins 8 partants. La mise de base au Tiercé est de 1 €.

Autres paris[modifier | modifier le code]

Tic 3
Classic Tiercé
  • Tic 3

Le principe est de jouer au Tiercé, Quarté+ et Quinté+ sur le même ticket et avec la même combinaison de chevaux. La mise de base au Tic 3 est de 4,3 €.

  • Classic Tiercé

Le principe est de trouver les 3 premiers chevaux de l'arrivée en précisant l'ordre. Le Classic Tiercé n'est proposé que sur les plus belles courses du programme et sur les courses de Groupe. La mise de base au Classic Tiercé est de 1 €.

  • Quarté Régional

Le principe est de trouver les 4 premiers chevaux de l'arrivée e n précisant l'ordre. Le Quarté Régional n'est proposé que sur les courses régionales et sa fréquence est d'environ une fois tous les deux jours. La mise de base au Quarté Régional est de 1,3 €.

Dans les courses de 10 partants ou plus[modifier | modifier le code]

2 sur 4
  • 2sur4

Le principe est de trouver 2 chevaux parmi les 4 premiers quel que soit l'ordre. La mise de base au 2sur4 est de 3 €.

Dans les courses de 10 à 13 partants[modifier | modifier le code]

  • Mini-Multi

Le principe est de trouver les 4 premiers chevaux de l'arrivée quel que soit l'ordre, en choisissant de jouer soit 4, 5 ou 6 chevaux. La mise de base au Mini-Multi est de 3 €.

Dans les courses de 14 partants ou plus[modifier | modifier le code]

Multi
  • Multi

Le principe est de trouver les 4 premiers chevaux de l'arrivée quel que soit l'ordre, en choisissant de jouer soit 4, 5, 6 ou 7 chevaux. La mise de base au Multi est de 3 €.

Dans les courses de 5 à 9 partants[modifier | modifier le code]

  • Super 4

Le principe est de trouver les 4 chevaux d'arrivée en précisant l'ordre. La particularité de ce jeu est que le Super 4 fait masse unique avec les jeux Trio sur les courses où sont proposés ces jeux, pour garantir des rapports cohérents entre eux. Si le nombre de partants est compris entre 5 et 7, le Super 4 ne fait masse unique qu'avec le Trio Ordre; si il est compris entre 8 et 9, le Super 4 fait masse unique avec le Trio Ordre ET le Trio. La mise de base au Super 4 est de 1 €.

Sur toutes les courses[modifier | modifier le code]

Simple
Couplé
Trio
Report+
  • Simple

Le principe est de trouver le cheval gagnant (Simple Gagnant) ou l'un des 2 ou 3 premiers (Simple Placé). Il faut trouver un cheval parmi le 2 premiers, si la course comporte entre 4 et 7 partants, ou parmi les 3 premiers, si la course comporte au moins 8 partants. La mise de base au Simple est de 1,5 €.

  • Simple Jackpot

Le principe est de jouer un pari Simple Gagnant ou Simple Placé, mais pour chaque pari Simple enregistré, le parieur reçoit sur son reçu de jeu un multiplicateur allant de 1 à 1.000 choisi au hasard. Si le pari Simple est gagnant, le parieur multiplie son gain. La mise de base au Simple Jackpot est de 2 € (1,5 € pour le pari Simple + 0,5 € pour le multiplicateur)

  • Couplé

Le principe est de trouver 2 chevaux qui se classent aux 2 premières places dans n'importe quel ordre (Couplé Gagnant), parmi les 3 premières places dans n'importe quel ordre (Couplé Placé) ou aux 2 premières places dans l'ordre (Couplé Ordre) (les rapports étant différents). Le Couplé Gagnant et le Couplé Placé se jouent sur toutes les courses d'au moins 8 partants et le Couplé Ordre se joue sur toutes les courses d'au moins 4 partants. La mise de base au Couplé est de 1,5 €.

  • Trio

Le principe est de trouver les 3 premiers chevaux de l'arrivée, soit dans l'ordre (Trio Ordre), soit dans le désordre (Trio) (les rapports étant différents). La mise de base au Trio est de 1,5 €.

  • Report+

Le Report+[11] est constitué d'une succession de paris Simple Gagnant, Simple Placé, Couplé Gagnant, Couplé Placé ou 2sur4. Le principe consiste à reporter les gains obtenus d’une course à une suivante (consécutives ou non). Il est possible de reporter soit 1/4, 1/2, 3/4 ou la totalité des gains sur un pari suivant, les gains non-reportés étant récupérés par le joueur. Il n’est possible de parier que sur une réunion à la fois. La mise de base est de 1 €.

SpOt[modifier | modifier le code]

Pariez Spot
Quinté + Spot
2 sur 4 Spot
Multi Spot
Trio Spot
  • Quinté + SpOt
  • 2 sur 4 SpOt
  • Multi SpOt
  • Trio SpOt
  • Couplé SpOt.

Le Spot est l'équivalent du système Flash de la Française des Jeux. Le principe est de laisser l'ordinateur choisir la combinaison à la place du joueur. Cependant, le Spot est plus évolué, dans la mesure où il tient compte des paris déjà enregistrés par l'ensemble des parieurs, afin de proposer une combinaison « réaliste ». En effet, le PMU s'appuie sur des courses avec des concurrents ayant des capacités différentes. Aussi, si la combinaison choisie par l'ordinateur était totalement aléatoire, elle produirait des résultats souvent trop éloignés de la réalité. Le hasard est donc en partie atténué par la prise en compte des paris des autres joueurs. Le système Spot est utilisable sur la plupart des jeux proposés par le PMU (hormis Simple et Report+). Le SpOt est jouable de deux façons : soit le parieur laisse l'ordinateur choisir l'intégralité des chevaux à sa place, soit le parieur choisit quelques chevaux lui-même et laisse l'ordinateur compléter son pari (pari mixte).

La mise de base des « SpOt » sont identiques aux paris normaux.


Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]