Pâturage (alimentation)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Ne doit pas être confondu avec Pâturage.
Kangourou roux (Macropus rufus) en train de pâturer.
Berger maasaï faisant paître son bétail dans le cratère du Ngorongoro.

Le pâturage est une forme d'alimentation des animaux herbivores qui se nourrissent d'herbes (telles que les graminées), de végétation basse ou d'autres organismes multicellulaires autotrophes (par exemple des algues). Le pâturage se distingue du broutage des herbivores qui se nourrissent de feuilles, de pousses ou de fruits de végétation haute[1]. Les substantifs masculins pacage ou pâquis sont parfois synonymes, ainsi pour le milieu piscicole le pacage lacustre ou pour les animaux chassés à poil ou à plume, le lieu de nourriture qui se nomme pâquis.

La pâture désignait au sens premier dans le monde paysan tout ce qui servait à la nourriture des bêtes. Le terme pâturage employé en ce sens est d'origine scientifique, par ailleurs sous influence de l'agronomie et de la biologie anglo-saxonnes.

Définition[modifier | modifier le code]

Le pâturage diffère de la prédation parce que l'organisme mangé n'est généralement pas tué, et du parasitisme parce que les deux organismes n'ont pas de relation symbiotique et que le « brouteur » n'est généralement pas limité dans le choix des espèces qu'il peut consommer (voir espèces généraliste et spécialisée).

Beaucoup de petits herbivores spécialisés suivent les grands herbivores qui élaguent les parties des plantes les plus élevées et les plus dures, mettant à découvert les pousses tendres. Chez les animaux terrestres, on distingue le pâturage normal qui consiste à manger de l'herbe ou des plantes herbacées du « broutage de ligneux » dans lequel les animaux se nourrissent de rameaux ligneux et de feuilles d'arbres et d'arbustes. Le pâturage est important pour l'agriculture qui utilise le bétail domestiqué pour convertir de l'herbe et d'autres fourrages en viande, lait et autres produits animaux.

Les animaux aquatiques qui se nourrissent par exemple d'algues trouvées sur des rochers sont appelés « brouteurs-racleurs ». Ces animaux se nourrissent aussi de micro-organismes et de matière organique morte sur divers substrats[2].

Pâturage autre[modifier | modifier le code]

Bien que le terme « pâturage » soit généralement associée aux mammifères se nourrissant dans des prairies, ou plus précisément au bétail sur pâture, les écologistes utilisent parfois le mot dans un sens plus large, afin d'inclure tout organisme qui se nourrit de toute autre espèce sans mettre fin à la vie de l'organisme proie[3]. L'utilisation du terme varie encore plus, par exemple, un biologiste marin peut décrire comme « brouteurs » les oursins herbivores qui se nourrissent de varech, même quand ils tuent l'organisme en coupant la plante à la base. Les malacologistes appliquent parfois ce terme au cas des escargots aquatiques qui se nourrissent en consommant le film microscopique formé d'algues, de diatomées et de détritus, ce biofilm qui couvre les substrats et d'autres surfaces sous-marines.

Intérêt écologique du pâturage[modifier | modifier le code]

Les prairies de pâturage accueillent un cortège de décomposeurs permettant le recyclage de la matière et l'auto-fertilisation de la parcelle. Elles ont aussi la particularité d'avoir une pression d'abroutissement très hétérogène, et donc des cortèges végétaux peuvent être très différents d'un bout à l'autre du pré. Néanmoins, ces atouts peuvent vite disparaître si le chargement ou le temps de pâture sont trop importants et ont au contraire tendance à appauvrir le milieu[4].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) J.L. Chapman et M.J. Reiss, Ecology: Principles and Applications, Cambridge University Press, , p. 304
  2. (en) M. Begon, C. Townsend, J. Harper, Ecology, Londres, Blackwell Science, , 2e éd. (ISBN 0-86542-111-0).
  3. (en) Begon, M., Townsend, C., Harper, J., Ecology, Londres, Blackwell Science, , 3e éd..
  4. Christophe Viguier, ABC Biodiversité de la commune d'Ayrens, CPIE Auvergne, , p. 57.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]


Sur les autres projets Wikimedia :