Opéra-rock

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Opéra rock)
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur les redirections Pour l'album de Renaud Hantson, voir Opéra Rock (album).
Opéra-rock
Origines stylistiques Pop baroque, arena rock, art rock, glam rock, rock progressif
Origines culturelles Années 1960 ; Royaume-Uni
Instruments typiques Chant, guitare électrique, guitare basse, Mellotron, synthétiseur

Genres associés

Arena rock, math rock, rock expérimental

Le terme opéra-rock[1], ou opéra rock, apparue dans les années 1960, peut désigner soit un album de rock dont les morceaux constituent la trame d'une histoire, soit une comédie musicale dont la musique est d'inspiration rock (également appelée comédie musicale rock). Des diversifications sont apparues avec le temps et incluent notamment metal opera, punk-rock opera, et rap opéra.

Histoire[modifier | modifier le code]

Un premier usage du terme s'effectue le 4 juillet 1966 dans le magazine canadien RPM : « Bruce Cockburn et Mr. [William] Hawkins travaillent sur un opéra rock... »

Colin Fleming de The Atlantic identifie The Story of Simon Simopath (1967) du groupe psychédélique britannique Nirvana comme le premier opéra-rock[2]. Neil Strauss du New York Times explique que S.F. Sorrow (1968) des Pretty Things est « généralement reconnu comme le premier opéra-rock[3]. » Bien que Pete Townshend nie s'être inspiré de S.F. Sorrow, la presse spécialisée compare l'album à Tommy[3]. Scott Mervis du Pittsburgh Post-Gazette explique que, bien que Tommy ne soit le premier opéra-rock, il est le premier album à être considéré comme tel[4]. Tommy inspirera On and On, un rap opéra des Fat Boys[5] et American Idiot, un punk-rock opera de Green Day[6].

Albums[modifier | modifier le code]

Spectacles apparentés[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Trésor de la langue française informatisé », sur CNRTL (consulté le 25 mars 2012).
  2. (en) Colin Fleming, « The Who Made the Best Rock Opera Ever, but It's Not the One You Think », The Atlantic,‎ (consulté le 24 mai 2014).
  3. a et b (en) Neil Strauss, « THE POP LIFE; The First Rock Opera (No, Not 'Tommy') », The New York Times,‎ (consulté le 24 mai 2014).
  4. (en) Scott Mervis, « The Who resurrects its 'other' rock opera, 'Quadrophenia' », Pittsburgh Post-Gazette,‎ (consulté le 24 mai 2014).
  5. (en) Renee Lucas Wayne, « Fat Boys Built To Rap Opera Album Hits Stores Today », Philadelphia Daily News,‎ (consulté le 24 mai 2014).
  6. (en) Melissa Ruggieri, « 'American Idiot' brings heart of rock 'n' roll to stage », The Atlanta Journal-Constitution,‎ (consulté le 24 mai 2014).
  7. tobiassammet.com

Voir aussi[modifier | modifier le code]