Sead Hasanefendić

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Sead Hasanefendić
image illustrative de l’article Sead Hasanefendić
Fiche d’identité
Nationalité Drapeau : Croatie Croate
Naissance (70 ans)
Lieu Novi Sad (Yougoslavie)
Poste Entraîneur
Situation en club
Club actuel Drapeau : Allemagne ThSV Eisenach
Parcours professionnel *
SaisonsClub M. (B.)
1971-1975 Drapeau : France EASMJC Cannes
1976 Drapeau : France SAS Guebwiller
Équipes entraînées
Année(s)Équipe Stat
1977-? Drapeau : République fédérative socialiste de Yougoslavie Željezničar Sarajevo
1979 Drapeau : République fédérative socialiste de Yougoslavie Yougoslavie junior
1979-1980 Drapeau : République fédérative socialiste de Yougoslavie RK Metaloplastika Šabac
1982 Drapeau : Suisse TSV St. Otmar Saint-Gall
1980-1986 Drapeau : Suisse Suisse
1987-1989 Drapeau : France US Créteil
1989-1992 Drapeau : France Vénissieux HB
1993-1995 Drapeau : Allemagne SG Hameln
1995-1996 Drapeau : France OM Vitrolles
1996-1997 Drapeau : France US Ivry
1998-2000 Drapeau : Slovénie RK Celje
2000-2002 Drapeau : Bosnie-Herzégovine Bosnie
2000-2002 Drapeau : Espagne BM Granollers
2002-2004 Drapeau : Allemagne VfL Gummersbach
2004-2008 Drapeau : Tunisie Tunisie
2008-2011 Drapeau : Allemagne VfL Gummersbach
2009-2010 Drapeau : Serbie Serbie
2014-2015 Drapeau : Tunisie Tunisie
03-06/2015 Drapeau : Allemagne TuS N-Lübbecke
03-06/2017 Drapeau : Allemagne VfL Gummersbach
2018- Drapeau : Allemagne ThSV Eisenach
* Matchs joués et buts marqués dans chaque club
comptant pour le championnat national
et les compétitions nationales et continentales.

Sead Hasanefendić, né le 1er août 1948 à Novi Sad (Yougoslavie), est un entraîneur de handball croate.

Biographie[modifier | modifier le code]

Sead Hasanefendić hésite tout d'abord entre le football et handball. À l'âge de dix-huit ans, les parents de Sead quittent Novi Sad pour Zagreb où il joue à nouveau au handball[1]. En 1969, il découvre la France et y retourne pour apprendre la langue[1]. Contacté par l'AS Cannes alors qu'il jouait à Zagreb, il rejoint le club azuréen en 1971[1]. Vice-champion de France de Nationale 2 (D2) en 1974, Hasanefendić et le club évoluent ainsi en Nationale 1 lors de la saison 1974-1975. Il évolué ensuite en 1976 au SAS Guebwiller.

Au terme de son service militaire en 1977, Sead Hasanefendić commence sa carrière d'entraîneur au Željezničar Sarajevo avec lequel il devient champion de Yougoslavie en 1978[1]. En 1979, il coache l'équipe de Yougoslavie junior qui devient vice-champion du monde junior[1]. La même année, il prend en charge le RK Metaloplastika Šabac avec lequel il remporte la Coupe de Yougoslavie.

En 1980, la Fédération suisse de handball le sollicite pour diriger l'équipe nationale de Suisse avec comme mission de la faire remonter dans le Mondial A. Il participe ainsi championnat du monde de 1982, puis aux Jeux olympiques de Los Angeles et enfin le championnat du monde de 1986 organisé domicile. Si la Suisse se qualifie pour la phase principale, elle termine dernière de sa poule et ne peut faire mieux qu'une modeste onzième place : Hasanefendić ne sera pas prolongé à la tête de l'équipe nationale helvète. Entre-temps, en 1982, il a aussi aidé TSV St. Otmar Saint-Gall lors des matchs de coupe d'Europe et avec succès puisqu'il conduit l'équipe en finale de la Coupe des clubs champions après avoir éliminé l'Atlético de Madrid puis le TV Großwallstadt[1].

En 1987, il devient entraîneur cantonal de la ville de Genève[1]. En parallèle, il prend en charge différents clubs, tel le TuS Hofweier puis l'US Créteil. Ainsi, pendant deux saisons, il est coache les weekends pendant que Thierry Anti gère les entraînements en semaine et obtient les meilleurs résultats de l'histoire du club : vice-champion en 1988 puis champion de France en 1989 et finaliste de la Coupe d'Europe des vainqueurs de coupe en 1989. De même, au Vénissieux HB entre 1989 et 1992, il remporte les 3 seuls titres de l'équipe, le championnat de France D1 en 1992 et les Coupes de France en 1991 et 1992.

Comme de nombreux joueurs français, il rejoint en 1993 le Championnat d'Allemagne où il devient vice-champion en 1994 avec le SG Hameln, meilleur résultat du club.

En 1996, à la suite de la disparition de l'OM Vitrolles avec lequel il vient de remporter son 4e championnat de France, il rejoint l'US Ivry[2] avec lequel il atteint la demi-finale de la Coupe des coupes[2] puis remporte le championnat de France avec des joueurs comme Stéphane Joulin, Vassili Koudinov, Raoul Prandi ou Éric Amalou. De gros efforts financiers ont été consentis par Ivry pour obtenir ces résultats[3], notamment dans le but de réaliser un bon parcours en Ligue des champions. Mais le tour préliminaire face aux Israéliens de Hapoël Rishon LeZion tourne au fiasco[3] (défaites 27-22 à Tel-Aviv et 21-22 à Ivry) et le club est éliminé avant d'avoir réellement débuté la compétition. Quelques semaines plus tard, Hasanefendić quitte le club[3].

Par la suite, il est l'entraîneur des clubs slovène du RK Celje, espagnol du BM Granollers et enfin allemand du VfL Gummersbach entre 2002[4] et 2004. En parallèle, il est aussi le sélectionneur de l'Équipe nationale de Bosnie[5]

Puis en 2004, il devient pour une première fois sélectionneur de l'équipe nationale de Tunisie[6] avec pour objectif le championnat du monde 2005 organisé à domicile. La sélection termine invaincu des phases de poules et se qualifie ainsi pour les demi-finales où elle s'incline face à l'Espagne, futur champion du monde. Battue par la France dans le match pour la médaille de bronze, la Tunisie termine à la 4e place, le meilleur résultat d'une nation non européenne à l'époque. Il reste alors à la tête de la sélection avec laquelle il remporte le championnat d'Afrique des nations 2006. Toutefois, ces deux bons résultats ne se confirment pas : la Tunisie termine 11e du Mondial 2007, ne parvient pas à qualifier son équipe pour les JO de Pékin et s'incline en finale de la CAN 2008 face à l’Égypte après avoir mené de 6 buts à la mi-temps.

En juillet 2008, il annonce qu'il quitte la Tunisie pour le club allemand du VfL Gummersbach qu'il a déjà coaché entre 2002 et 2004[7]. En trois saisons, il remporte trois coupes d'Europe : la Coupe EHF en 2009 et deux Coupes des coupes en 2010 et 2011.

Le , il est de retour à la tête de l'équipe nationale de Tunisie pour les 3 saisons suivantes[8]. Toutefois, au championnat d'Afrique des nations 2014, la Tunisie perd son titre face au pays hôte, l'Algérie[9], sans pour autant remettre en cause son mandat à la tête de l'équipe tunisienne.

En 2017, la Fédération algérienne de handball annonce qu'Hasanefendić va prendre la tête de l'équipe nationale d'Algérie en vue du championnat d'Afrique des nations 2018 mais un accord n'est finalement pas trouvé entre les deux parties[10]. En 2018 il est nommé entraîneur du club allemand du ThSV Eisenach, ancien club du Championnat d'Allemagne relégué en 3e division[11].

Palmarès en club[modifier | modifier le code]

Compétitions internationales
Le VfL Gummersbach, entraîné par Hasanefendić, soulève la Coupe EHF 2008-2009.
Sead Hasanefendić, félicité par Heiner Brand pour sa victoire lors de la Coupe EHF 2008-2009.
Compétitions nationales

Palmarès en équipes nationales[modifier | modifier le code]

Distinctions personnelles[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d, e, f et g Jean-Louis Michel, « Sead Hasanefendić, l'œil du tigre », Hand-ball : bulletin fédéral, Fédération française de handball, no 254,‎ , p. 41-44 (lire en ligne)
  2. a et b « Sead Hasanefendic: «Mon équipe, c'est comme une troupe de théâtre» », sur L'Humanité.fr, (consulté le 4 septembre 2014)
  3. a, b et c « Souvenirs d'un fiasco », sur LeParisien.fr, (consulté le 4 septembre 2014)
  4. (de) « VfL-Trainer Sead Hasanefendic kehrte aus Spanien in die Bundesliga zurück. », sur Site officiel du THW Kiel, 27 novembre2002 (consulté le 4 septembre 2014)
  5. « Bosnie : Encore un pas de franchi ? », sur handzone.net, (consulté le 4 septembre 2014)
  6. « Hasanefendic remplace Zivkovic en Tunisie », sur handzone.net, (consulté le 4 septembre 2014)
  7. « Hasanefendic quitte l'équipe de Tunisie », (consulté le 4 septembre)
  8. « Hasanefendic remplace Portes », sur handnews.fr, (consulté le 4 septembre)
  9. « La Tunisie perd son titre: Retour sur une déception », sur esperance-de-tunis.net, (consulté le 4 septembre)
  10. « Hasanefendic ne sera pas le sélectionneur des Verts », sur lagazettedufennec.com, (consulté le 22 juin 2018)
  11. (de) « De l'expérience pour les relégués: Hasanefendic devient entraîneur de ThSV Eisenach », sur handball-world.news, (consulté le 22 juin 2018)

Liens externes[modifier | modifier le code]

« Hasanefendic:"Revenir en France ? Pourquoi pas !" », sur Handzone.net, (consulté le 4 février 2014)