Thomas Babington Macaulay

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Babington.
Thomas Babington Macaulay
Thomas Babington Macaulay.jpg
Fonctions
Trésorier payeur général (en)
-
Q7444249
-
Henry George Grey (en)
Membre du Parlement du Royaume-Uni
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 59 ans)
LondresVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
Activités
Historien, homme politique, poète, juriste-poèteVoir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
Parti politique
Membre de
Royal Society, 11e Parlement du Royaume-Uni (d), 13e Parlement du Royaume-Uni (d), 14e Parlement du Royaume-Uni (d), 10e Parlement du Royaume-Uni (d), Académie des sciences de Saint-Pétersbourg, 9e Parlement du Royaume-Uni (d), 16e Parlement du Royaume-Uni (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Distinctions
Pour le Mérite pour les sciences et arts (d)
Membre de la Royal Society (d)
Ordre Pour le MériteVoir et modifier les données sur Wikidata
Thomas Babington Macaulay, 1st Baron Macaulay (signature).svg

signature

Thomas Babington (ou Babbington) Macaulay, né le dans le Leicestershire et mort le à Londres, 1er baron Macaulay, est un poète, historien et homme politique britannique.

Sur les autres projets Wikimedia :

Il a suivi ses études à Trinity College (Cambridge). Il a prononcé divers discours au Parlement britannique concernant le mouvement chartiste, et a œuvré à la codification des sources du droit pénal hérité du common anglais et appliqué en Inde. Proche du mouvement utilitariste et soutenu par James Mill, Macaulay est nommé à la tête de la First Law Commission qui se donne pour mission de réformer le droit pénal anglais (simplicité, accessibilité, acculturation). Un premier projet de code pénal avorte entre 1837 et 1838. Mis en sommeil puis réactivé en 1860 dans le contexte de la révolte des Cipayes, le projet Macaulay est finalement révisé pour être promulgué en 1862 sous le nom d'Indian Penal Code 1862 (en)[1].

En France, ses Essais historiques, politiques et philosophiques ont été traduits à partir de 1860 par Guillaume Guizot, fils de François Guizot.


Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. GUYON Gwenaël, Les partisans anglais de la codification au XIXe siècle. La question du droit pénal entre utilitarisme, modernisation du common law et modèle juridique français., Rennes, Université de Rennes 1,‎

Liens externes[modifier | modifier le code]