Jean-François Mayer

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Mayer.

Jean-François Mayer, né le (58 ans) à Fribourg (Suisse), est un historien des religions, traducteur et directeur de l’Institut Religioscope.

Biographie[modifier | modifier le code]

Il est docteur de 3e cycle en histoire à Université de Lyon III (1984). En 1987, au colloque annuel de la Mormon History Association à Oxford, il commença une longue amitié avec le sociologue italien Massimo Introvigne, amitié qui contribua à la fondation du Centre pour l'étude des nouvelles religions (CESNUR) en 1988. Il a été analyste sur les affaires internationales et stratégiques pour le gouvernement suisse de 1991 à 1998[1]. Il a également été chercheur et enseignant en science comparée des religions[2],[3] à l'Université de Fribourg de 1999 à 2007, et conseiller scientifique du projet "Religion et Politique" de l'Institut de hautes études internationales et du développement de 2006 à 2010[4]. Ses recherches portent sur les mouvements religieux contemporains et les sectes. Il collabore à plusieurs revues, dont Politica hermetica.

À la demande du Conseil d'État du canton de Fribourg, il a publié en 2012 un rapport sur la situation des communautés religieuses dans le canton de Fribourg[5].

Critiques[modifier | modifier le code]

  • Selon Roger Juillerat « Un expert…trop expert », Le Matin, 8. 11. 1996, p. 3, il aurait joué un rôle sinon trouble pour le moins troublant lors de l’enquête sur la secte de l’« Ordre du Temple solaire »[6].


Ouvrages[modifier | modifier le code]

  • La Nouvelle Église de Lausanne et le mouvement swedenborgien en Suisse romande des origines à 1948, Zürich, Swedenborg Verlag, 1984 (Thèse de doctorat de 3e cycle en histoire à Université de Lyon III).
  • Sectes nouvelles. Un regard neuf ; préface d'Émile Poulat, Paris, Éditions du Cerf, 1985.
  • Les sectes. Non-conformismes chrétiens et nouvelles religions, 2e édition revue et augmentés, Paris, Éditions du Cerf/Saint Laurent (Québec), Fides, 1988.
  • L'Évêque Bugnion ou les Voyages extraordinaires d'un aventurier ecclésiastique vaudois, Lausanne, Éditions 24 heures, 1989.
  • Jean-François Mayer, Michel Potay et la Révélation d'Arès, Édition les trois normes, C.P 83 1700 Fribourg 5 (Suisse),‎ (ISBN 2-88210-004-3)
  • Confessions d'un chasseur de sectes, Paris, Éditions du Cerf, 1990.
  • Les nouvelles voies spirituelles, Enquête sur la religiosité parallèle en Suisse, Lausanne, L'Age d'Homme, 1993. ( Compte-rendu critique dans: Revue de Théologie et de Philosophie, Lausanne, 1995, vol.127, n. II, p. 204).
  • Les Mythes du Temple solaire, Genève. Georg, 1996.
  • Les Fondamentalismes, Genève, Georg, 2001.
  • Jean-François Mayer, Reender Kranenborg, La Naissance des nouvelles religions, Genève, Georg Editeur,‎ , 212 p. (ISBN 2-8257-0877-1, présentation en ligne)
  • Internet et religion, Gollion, Infolio, 2008.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Isabelle Eichenberger: "2012:La fin du monde ou le salut'" décryptage avec Jean-François Mayer
  2. Les sectes en Suisse à l'heure d'nternet
  3. Qu'est-ce que Religioscope? sur le site www.religion.info
  4. Biographie de Jean-François Mayer sur son site personnel
  5. La première religion: l'individualisme sur le site LesObservateurs.ch
  6. "Les faux espoirs du procès Tabachnik" par Jean-François Mayer, La Liberté, Fribourg (Suisse), 30 avril 2001 sur le site du CESNUR.[1]