Ni à vendre ni à louer

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Ni à vendre ni à louer est une comédie française réalisée par Pascal Rabaté, sortie en 2011.

Synopsis[modifier | modifier le code]

Plusieurs histoires s’enchevêtrent et plusieurs destins s’entrecroisent dans ce film sans paroles. Au Croisic pendant la morte saison, deux couples séjournent à l’hôtel L’Océan et vont sur la même plage. Lui jouant inlassablement avec son cerf-volant, elle s’ennuyant à le regarder. Elle écoutant interminablement son téléphone, lui passant le temps en pliant un chapeau en papier. Le cerf-volant échappé s’envole avec le collier de la dame au téléphone. Les deux courent après, pendant que leurs moitiés délaissées se consolent. Dans le même hôtel, un bellâtre arrivé en décapotable se rend en sous-vêtements féminins dans une chambre où l’attend son amante dominatrice.

Dans un camping non loin, un père de famille s’inquiète de voir ses deux filles flirter avec deux étudiants aux beaux-arts. Un autre père de famille, psychorigide, fait procéder militairement au montage de la tente familiale. Les parents se retrouvent pour l’apéritif devant la minuscule maison de vacances d’un couple de retraités énamourés.

En ville, une veuve inconsolable et sa fille veillent le disparu. Le gérant d’une supérette minimaliste dessine lui-même ses codes-barres. Sur la plage, deux jeunes punks tracent les contours de leur maison dans le sable. Venant perturber toutes ces existences, deux escrocs hirsutes et malappris sèment la confusion.

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Distribution[modifier | modifier le code]

Distinctions[modifier | modifier le code]

Autour du film[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. JP, « Ni à vendre, ni à louer (2011)- JPBox-Office », sur www.jpbox-office.com (consulté le 16 février 2017)
  2. « LUMIERE : Film: Ni à vendre ni à louer », sur lumiere.obs.coe.int (consulté le 16 février 2017)
  3. « L'acteur françois Morel sur le tournage du film Ni à vendre, ni à louer », sur Citizenside France (consulté le 16 février 2017)
  4. Olivier Delcroix, « Ni à vendre, ni à louer, l'autre Hôtel de la plage », Le Figaro,‎ (ISSN 0182-5852, lire en ligne)
  5. « Film France : Ca s'est tourné près de chez vous », sur www.filmfrance.net (consulté le 16 février 2017)
  6. « Mini-Comtesse Berline dans "Ni à vendre ni à louer" », IMCDb.org, {{Article}} : paramètre « année » ou « date » manquant (lire en ligne)

Liens externes[modifier | modifier le code]