Jacques Gamblin

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Gamblin.
Jacques Gamblin
Description de cette image, également commentée ci-après
Jacques Gamblin aux Molières 2018.
Naissance (60 ans)
Granville, Manche, France
Nationalité Drapeau de France Français
Profession Acteur
Dramaturge
Films notables Pédale douce
Les Enfants du marais
Le Premier Jour du reste de ta vie
Bellamy
Le Nom des gens

Jacques Gamblin, né le à Granville, est un acteur et auteur de théâtre français.

Biographie[modifier | modifier le code]

2017-fr.wp-orange-source.svg
Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (avril 2017)
Pour l'améliorer, ajoutez des références vérifiables [comment faire ?] ou le modèle {{Référence nécessaire}} sur les passages nécessitant une source.

Né le à Granville, petite station balnéaire normande de la baie du mont Saint-Michel d'alors environ 10 000 habitants, Jacques Gamblin est le fils d'un couple de commerçants, Jacqueline Grosse et de Jean Gamblin, qui se rencontrent alors que son père est vendeur à la quincaillerie familiale de son grand-père maternel Jean Grosse[1].

A l'origine, Jacques Gamblin ne se destinait pas au métier d'acteur. Lors d'un court stage de théâtre en été, qu'il suit à 17 ans pour devenir moniteur de colonie de vacances[2], il rencontre Hubert Lenoir, directeur du Théâtre du Totem installé à Saint-Brieuc. Ce dernier propose à Jacques Gamblin de le former et de rentrer dans la compagnie comme technicien. Après deux ans de ce travail, il passe de l'autre côté de la rampe et devient comédien. Il arrête un an plus tard et commence une formation de menuisier qu'il interrompra pour retourner jouer dans la compagnie qu'il quittera après avoir interprété 3 ou 4 créations.

Il travaillera ensuite au Théâtre de l'Instant à Brest puis au Théâtre Quotidien de Lorient où il jouera dans Le Cid mis en scène par Pierre Debauche. Spectacle qui se produira en tournée au Moyen Orient puis au Théâtre des Amandiers à Nanterre où Jacques sera repéré par Claude Yersin et engagé comme permanent à la Comédie de Caen dirigé à l'époque par Michel Dubois. Il y restera deux années et jouera dans quatre spectacles dont L'étang Gris de Daniel Besnehard et La Double Inconstance de Marivaux. Après quoi il retrouvera l'intermittence en travaillant dans différentes compagnies et fera ses débuts dans des fictions de télévision puis dans des longs métrages de cinéma.

Claude Lelouch le révèle au grand public, avec Tout ça... pour ça !, entre autres. Le succès de Pédale douce de Gabriel Aghion, en 1995, lui permet de s'affirmer. Mademoiselle de Philippe Lioret, Laissez-passer de Bertrand Tavernier, Les Enfants du marais de Jean Becker, Le Premier Jour du reste de ta vie de Rémi Bezançon ou encore Le Nom des gens de Michel Leclerc confirment sa popularité.

Jacques Gamblin est l’auteur de plusieurs pièces de théâtre comme Quincaillerie et Le Toucher de la hanche (1997. Le , il crée la surprise en lisant Mon climat, un long discours qu'il a écrit dans le cadre du Parlement sensible des écrivains, lors de la journée Autrement le monde ? Poésies & écologies, au Lieu unique, à Nantes[3],[4].

Famille[modifier | modifier le code]

Jacques Gamblin a une fille, née le .

Filmographie[modifier | modifier le code]

Jacques Gamblin au festival de Cannes 2007.

Cinéma[modifier | modifier le code]

Télévision[modifier | modifier le code]

Doublage série animée[modifier | modifier le code]

  • 2016 : Blaise, série d'animation adaptée de la série de bande dessinée de Dimitri Planchon, conçue et écrite par Dimitri Planchon, réalisée par Jean-Paul Guigue, pour Arte, dans un format de 3 minutes, pour trente épisodes[5]. Les voix des parents de Blaise sont interprétées par Léa Drucker et Jacques Gamblin[6].

Théâtre[modifier | modifier le code]

Prix et nominations[modifier | modifier le code]

Jacques Gamblin en 2010 à l'avant-première du film Le Nom des gens.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Et la quincaillerie Gamblin-Grosse devint banque », Ouest-France.fr,‎ (lire en ligne).
  2. « Jacques Gamblin, le charme discret », LExpress.fr,‎ (lire en ligne).
  3. « Quand l’acteur Jacques Gamblin parle du changement : « La peur n’est pas le bon moteur » », sur Même pas mal (consulté le 5 avril 2017).
  4. Greboval et Vannier 2016.
  5. Page de la série d'animation Blaise, sur le site d'Arte..
  6. Article du site ActuaLitté.com du 2 août 2016.

Sur les autres projets Wikimedia :

Annexes[modifier | modifier le code]

Documentaire[modifier | modifier le code]

Article de presse[modifier | modifier le code]

  • Pascal Greboval et Lucile Vannier (photogr. Pascal Greboval), « Jacques Gamblin : la Terre, à bras-le-corps », Kaizen,‎ , p. 8-12 (ISSN 2258-4676, lire en ligne)

Liens externes[modifier | modifier le code]