Neyrpic

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Ancienne usine Neyrpic à Saint-Martin-d'Hères en mars 2013.

Neyrpic est une ancienne entreprise grenobloise de fabrication de grands équipements hydrauliques.

Histoire[modifier | modifier le code]

Dans les années 1860[1], André Neyret et Casimir Brenier fondent les établissements Neyret-Beylier[2]. Cette entreprise grenobloise de fabrication de téléphériques construit le premier du genre en 1869[2], mais elle va s'orienter peu à peu vers les grands équipements hydrauliques, en associant des technologies françaises et suisses. Sur les 800 000 chevaux vapeur installés en France avant 1914, 300 000 viennent en effet de firmes étrangères, et pour une écrasante majorité de cinq firmes suisses, parmi lesquelles Escher-Wyss, Théodore Bell, Piccard Pictet les Ateliers de Vévey et celle fondée par Johann Jakob Rieter[3]. En 1917, sous l'impulsion des pouvoirs publics[3], Piccard Pictet créé une filiale commune, pour les transferts de technologie, avec Neyret-Beliet. Dès 1925, la future "Neyrpic" a déjà équipé les deux-tiers de la puissance électrique française installée depuis 1919[3]. Sur les 3 millions de chevaux vapeur installés en France de 1919 à 1936, près de la moitié le fut grâce aux accords de licence avec de nombreux autres partenaires étrangers, dont une partie grâce au Plan Dawes de 1924, prévoyant que l'Allemagne paie aussi des réparations en nature[4]. La future "Neyrpic" emploie un effectif de 1200 personnes à l’aube de la Seconde Guerre mondiale. Elle s'affirme après 1945 comme le leader mondial de l'équipement hydroélectrique, employant plus de 5000 personnes au début des années 1960[3]. En 1962, l'association avec Piccard-Pictet prend le nom de Neyrpic, par contraction de leurs quatre noms. L'entreprise est revendue à Alstom en 1967[réf. nécessaire].

Neyrpic aujourd'hui[modifier | modifier le code]

La foncière Apsys a repris le projet et les travaux démarrent au printemps 2018.

Le projet de pôle commercial Neyrpic mené par Maurice Bansay devrait voir le jour à Saint-Martin-d’Hères au printemps 2020.Les bâtiments les plus remarquables et l’esthétique industrielle des anciennes usines seront conservés. 20 000 m² de panneaux photovoltaïques seront posés sur les toitures. Le complexe commercial proposera 24 000 m² de surface de vente, soit 89 boutiques, 20 restaurants, 9 moyennes surfaces et 3 espaces loisirs : un mur d’escalade, un fitness et un concept loisirs de nouvelle génération.[5]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Direlentreprise.fr
  2. a et b "Neyret Belier Nerpic", sur Remontées mécanniques [1]
  3. a, b, c et d "Mondialisation et résilience des territoires: trajectoires, dynamiques d'acteurs et experiences" Couverture Marc-Hubert Depret PUQ, 2012, page 90 [2]
  4. Histoire de la mécanique appliquée: enseignement, recherche et pratiques mécaniciennes en France après 1880", par Claudine Fontanon ENS Éditions, 1998, page 97 [3]
  5. « L'imposant pôle commercial Neyrpic pourrait ouvrir au printemps 2020 »

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Anne Dalmasso, Neyrpic, Grenoble histoire d'un pionnier de l'hydraulique mondiale, Renage, Dire l'entreprise, (ISBN 978-2-953-42790-5)

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :