Napoléon Legendre

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Napoléon Legendre
Image dans Infobox.
Biographie
Naissance
Décès
Nationalité
Activités
Autres informations
Distinction

Napoléon Legendre (né le à Nicolet - décédé le à Québec) est un écrivain, un avocat et un fonctionnaire canadien.

Biographie[modifier | modifier le code]

Napoléon Legendre nait à Nicolet le [1] de l'union de François Legendre, seigneur de Saint-François, et de Marie Renée Turcotte[2]. Il fait ses études chez les Frères de la doctrine chrétienne de Lévis puis au collège Sainte-Marie de Montréal[3]. Après avoir complété des études en droit, il entre au barreau, en 1865[2]. En 1867, il épouse Marie-Louise Dupré[4]. À partir de 1876, et ce jusqu'à sa mort, il occupe le poste de greffier des journaux français au Conseil législatif du Québec[5].

Il est le grand'père de l'archevêque de Québec et cardinal Maurice Roy (1905-1985).

Homme de lettres[modifier | modifier le code]

En parallèle à sa profession, il porte un intérêt marqué pour la littérature et le journalisme[3]. Entre 1870 et 1871, il publie une série de textes intitulée Chroniques de Québec dans le journal L'Événement[6]. En 1877, Napoléon Legendre fait paraitre ces mêmes chroniques dans son recueil en deux volumes Échos de Québec[6],[7]. De 1873 à 1875, il collabore au Journal de l'Instruction publique à titre d'assistant rédacteur[3]. Il y publie des courtes histoires éducatives qu'il rassemblera en 1875 dans l'ouvrage À mes enfants[3]. Au début des années 1890, il collabore à la revue Canada Artistique éditée par Aristide Filiatreault[8]. Durant sa vie, il s'adonne ainsi au journalisme amateur en faisant paraitre des chroniques dans divers périodiques, dont L'Électeur, Le Soleil, et L'Opinion publique[9],[3].

Il rédige des textes pour Calixa Lavallée[réf. nécessaire]. En 1891, il fait paraitre l'ouvrage Mélanges, Prose et Vers[10]. Il est le tout premier à rédiger la biographie de la chanteuse Emma Albani en 1874[réf. nécessaire].

Napoléon Legendre est membre de la société royale du Canada dont il a participé à la fondation en 1882[11] et membre de la Société des dix de Québec dès sa fondation par Adolphe Chapleau et James McPherson Le Moine en 1893[12]. Durant sa vie, il aura également été conférencier à l'Institut canadien de Québec[13].

Intervention en faveur des Premières nations Amérindiennes[modifier | modifier le code]

En 1884, Napoléon Legendre prononça un discours devant la Société Royale du Canada à Ottawa intitulé « Les races indigènes de l’Amérique devant l’histoire ». Dans ce discours, il mettait en question, semble t’il pour la première fois de façon publique au Canada, l’opinion négative que se faisaient traditionnellement les canadiens sur les Premières Nations d’Amérindiens (appelés communément au Québec "sauvages" ou "indiens"). Dans ce discours, il soulignait entre autres points que le reproche de cruauté envers ceux que les canadiens qualifiaient de « Sauvages » devait être nuancé par l’accueil pacifique que les Amérindiens avaient accordé aux premiers immigrants européens, et par le fait que les Amérindiens se virent progressivement dépouillés par les immigrants européens de leurs terres et de leurs modes de vie. Il y soulignait aussi que les européens sont mal placés pour critiquer les éventuels actes de cruauté d’autres peuples alors qu’ils ont eux-mêmes commis des massacres massifs et systématiques, comme, entre autres, lors de leurs guerres de religion (Massacre de la Saint-Barthélemy en France, Inquisition en Espagne…etc.).

Il concluait en disant que « …Elles (les Nations amérindiennes) pouvaient avoir des défauts, mais elles avaient en leur faveur le droit et la raison. Si nous n’avons pas su leur rendre justice pendant leur existence, rétablissons au moins aujourd’hui la vérité des faits pour rendre justice à leur mémoire… » (Napoléon Legendre, « Les races indigènes de l’Amérique devant l’histoire », Mémoires de la Société Royale du Canada, section I, I (1884), p. 25 [14])

Malgré cette intervention de Napoléon Legendre, la perception généralement négative des Amérindiens au Canada, et la négation de leurs droits historiques et présents, se maintiendra encore pendant plus d’un demi-siècle. Ce n’est que vers le milieu du XXe siècle que des écrivains québécois tels que Léo-Paul Desrosiers et Philippe Panneton (connu sous le nom de ‘Ringuet’) et le botaniste et ethnologue québécois Jacques Rousseau (botaniste) suivront l’exemple de Napoléon Legendre et mettront en valeur les points de vue des Amérindiens sur la colonisation du Canada par les européens .

Fin de vie[modifier | modifier le code]

Napoléon Legendre décède d'un crise d’apoplexie le à Québec[2].

Ouvrages publiés[modifier | modifier le code]

  • 1872 : Sabre et Scalpel[15]
  • 1874 : Albani (Emma Lajeunesse)
  • 1875 : À mes enfants
  • 1877: Échos de Québec, vol. 1 et 2
  • 1878 : Notre constitutions et nos institutions
  • 1886 : Les perce-neige
  • 1890 : La langue française au Canada
  • 1890 : Nos asile d'aliénés
  • 1890 : Nos écoles
  • 1894 : La Province de Québec et la Langue française
  • 1891: Mélanges
  • 1895 : À propos de notre littérature nationale

Récompenses et honneurs[modifier | modifier le code]

  • 1887 : L'Académie des Muses Santones lui décerne une médaille d'argent pour récompenser l'une de ses œuvres[16].
  • 1890 : L'université Laval lui décerne un Doctorat en Lettres honoris causa[17].
  • 1912 : La Ville de Montréal nomme une rue en son honneur[11].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Joseph-Elzéar Bellemare et Joseph-Simon-Hermann Brunault, Histoire de Nicolet, 1669-1924, Arthabaska, Imp. d'Arthabaska, inc., , 410 p. (lire en ligne), p. 86
  2. a b et c « Lettre canadienne », La Presse,‎ , p. 14 (lire en ligne)
  3. a b c d et e Aurélien Boivin, Les meilleures nouvelles québécoises du XIXe siècle, Les Editions Fides, , 444 p. (ISBN 978-2-7621-1935-0, lire en ligne)
  4. « Napoléon Legendre - deuil pour les lettres canadiennes », Le Soleil,‎ , p. 10 (lire en ligne)
  5. Réginald Hamel, John Hare et Paul Wyczynsk, Dictionnaire des auteurs de langue française en Amérique du Nord, Montréal, Fides, (lire en ligne)
  6. a et b Kenneth Landry, « L’essai ou la prose d’idées au Québec avant le XXe siècle : Un survol », Québec français, no 143,‎ , p. 47–49 (ISSN 0316-2052 et 1923-5119, lire en ligne, consulté le 19 janvier 2019)
  7. Camille Roy, Tableau de l'histoire de la littérature canadienne française, Québec : Action sociale, (lire en ligne), p. 64
  8. Jean de Bonville, « La liberté de presse à la fin du XIXe siècle : le cas de Canada-Revue », Revue d'histoire de l'Amérique française, vol. 31, no 4,‎ , p. 501–523 (ISSN 0035-2357 et 1492-1383, DOI https://doi.org/10.7202/303649ar, lire en ligne, consulté le 18 janvier 2019)
  9. Sœurs de Sainte-Anne, Précis d'histoire des littératures française, canadienne-française, étrangères et anciennes, Lachine, Procure des missions des sœurs de Sainte-Anne, , 544 p. (lire en ligne), p. 235
  10. (en) Lorne Pierce, An Outline of Canadian literature (French and English), Montréal, Louis Carrier & Co at the Mercury, , 251 p. (lire en ligne), p. 127
  11. a et b « Fiche descriptive : Napoléon Legendre », sur www.toponymie.gouv.qc.ca (consulté le 18 janvier 2019)
  12. Roger Le Moine, « Les origines lointaines de la «Société des Dix» », Les Cahiers des dix, no 52,‎ , p. 23–42 (ISSN 0575-089X et 1920-437X, DOI https://doi.org/10.7202/1012950ar, lire en ligne, consulté le 19 janvier 2019)
  13. Séraphin Marion, « Origines de L'Institut canadien-français d'Ottawa et de la Société royale du Canada », Les Cahiers des dix, no 39,‎ , p. 45–84 (ISSN 0575-089X et 1920-437X, DOI https://doi.org/10.7202/1025317ar, lire en ligne, consulté le 18 janvier 2019)
  14. https://www.erudit.org/fr/revues/haf/1980-v34-n3-haf2320/303892ar/
  15. La liste des ouvrages publiés est tirée des ces publications  : Yvan Mornard, Inventaire des écrivains du Québec par année de naissance avec leur bibliographie (guide du collectionneur), Montréal, Mornard, Yvan, (lire en ligne), p. 1841et Soeurs de Sainte-Anne, Précis d'histoire des littératures française, canadienne-française, étrangères et anciennes, Lachine, Procure des missions des soeurs de Sainte-Anne, , 544 p. (lire en ligne), p. 235
  16. Académie des muses santones, Poésies, vol. 7, Royan, (lire en ligne), p. 320
  17. « Liste complète des récipiendaires de 1864 à aujourd'hui », sur Université Laval (consulté le 18 janvier 2019)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Textes accessibles en ligne :