Philippe Panneton

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Ringuet.
Ringuet
Description de cette image, également commentée ci-après
Philippe, à gauche, avec son père et ses frères vers 1904.
Nom de naissance Philippe Panneton
Naissance
Trois-Rivières,(Canada)
Décès (à 65 ans)
Lisbonne, Drapeau du Portugal Portugal
Activité principale
Auteur
Langue d’écriture Drapeau du Québec Français
Genres

Œuvres principales

Philippe Panneton, dit Ringuet (nom de jeune fille de sa mère), né le à Trois-Rivières, et mort le à Lisbonne, est un romancier et essayiste québécois (canadien).

Biographie[modifier | modifier le code]

Panneton naît à Trois-Rivières (Québec). Il obtient un diplôme en médecine de l'Université Laval en 1920. En 1935, il devient professeur à l'université de Montréal.

Il est l'auteur du roman Trente arpents, paru en 1938, et devenu un des classiques de la littérature québécoise.

En 1944, il est membre fondateur de l'Académie canadienne-française (aujourd'hui l'Académie des lettres du Québec), dont il est le président de 1947 à 1953. En 1956, il est nommé ambassadeur au Portugal. Il meurt à Lisbonne en 1960[1].

Œuvre[modifier | modifier le code]

Romans[modifier | modifier le code]

  • Trente arpents, Paris, Flammarion, 1938
  • Fausse monnaie, Montréal, Éditions Variétés Dussault et Péladeau, 1948
  • Le Poids du jour, Montréal, Éditions Variétés Dussault et Péladeau, 1949

Recueil de nouvelles[modifier | modifier le code]

  • L'Héritage et autres contes, Montréal, Éditions Variétés Dussault et Péladeau, 1946

Autres ouvrages[modifier | modifier le code]

  • Littératures à la manière de nos auteurs canadiens, Montréal, Éditions des essais — Édouard Garand éditeur, 1925 (en collaboration avec Louis Francoeur)
  • Un monde était leur empire, Montréal, Éditions Variétés Dussault et Péladeau, 1943
  • L'Amiral et le facteur ; ou Comment l'Amérique ne fut pas découverte, Montréal, Librairie André Dussault, 1954
  • Confidences, Montréal, Fides, 1965 (posthume)
  • Journal, Montréal, Guérin, 1998 (posthume)
  • Le Carnet du cynique, Montréal, Guérin, 1998 (posthume)

En traduction[modifier | modifier le code]

  • Thirty Acres, Oxford University Press, New Canadian Library (1940) — Postface d'Antoine Sirois, trad. Felix et Dorothea Walter
  • "The Heritage", trad. Morna Scott Stoddart, dans Robert Weaver (en), Canadian Short stories, Oxford University Press, p. 82 — La première publication en anglais est parue dans la Tamarack Review (en) en 1960.

Honneurs[modifier | modifier le code]

Le prix Ringuet de l'Académie des lettres du Québec a été créé en son honneur[1].

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b « Philippe Panneton », Encyclopédie Canadienne.

Liens externes[modifier | modifier le code]