James MacPherson Le Moine

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sir James MacPherson Le Moine
Description de l'image James MacPherson Le Moine.png.
Naissance
Québec, Bas-Canada
Décès (à 87 ans)
Sillery, Québec
Activité principale
Auteur
Langue d’écriture Français et anglais

Sir James MacPherson Le Moine (né à Québec le - décédé à Québec (ancienne ville de Sillery) le ) est un avocat et écrivain qui a principalement œuvré à Québec.

Biographie[modifier | modifier le code]

James MacPherson Le Moine nait à Québec le de l'union de Benjamin Le Moine et de Julia Ann McPherson[1]. En 1828, Julian Ann décède et le jeune Le Moine est pris en tutelle chez ses grands-parents maternels[2]. C'est en guise de reconnaissance envers son grand-père, le seigneur Daniel MacPherson, qu'il ajoutera plus tard le patronyme MacPherson à son nom[3]. En 1838, il fait ses études au Petit Séminaire de Québec ce qui l'amène, six ans plus tard, à effectuer un stage à titre de clerc auprès de Joseph-Noël Bossé[1],[2]. Il est ensuite admis au Barreau en 1850. Pendant les huit années suivantes, il pratique le droit dans la ville de Québec. Pendant ce temps, en 1856, il épouse Mary Atkinson, un mariage duquel naîtront deux filles[4] Jeanette Julia et Sophia Annie.

En 1860, il habite Spencer Grange (dans le parc du Bois-de-Coulonge) à Sillery dans la demeure d'Henry Atkinson, l'oncle de son épouse[2]. Il profite des espaces verts avoisinant cette demeure pour s'adonner à l'étude et à l'observation des oiseaux. Son intérêt pour le sujet est tel qu'il aménage dans la villa, un espace muséal consacré à l'ornithologie et l'archéologie[5].

De 1894 à 1895, il est président de la Société royale du Canada. En 1897, il est fait chevalier par la reine Victoria.

Homme de lettres[modifier | modifier le code]

La carrière littéraire de James MacPherson Le Moine est considérée par certains comme étant une des plus prolifiques de la deuxième moitié du XIXe siècle[6]. Il fait entre autres paraître des biographies de personnalités canadiennes et des ouvrages qui portent sur l'histoire et les légendes locales[6]. En 1862, il publie également un récit de voyage sous le titre The Lower St. Lawrence, or Quebec to Halifax via Gaspé and Pictou[6]. Amateur de pêche, de chasse d’horticulture et d'ornithologie, il consacre une partie de sa production à ces sujets, dont les titres, Ornithologie du Canada et Les pêcheries du Canada respectivement publiés en 1860-1861 et 1863[6]. Il collabore à la revue The Canadian naturalist and geologist en y publiant son premier essai portant sur les oiseaux présents dans la région de Québec[5]. En 1871, James MacPherson Le Moine rencontre Joseph Jones Acteson, un des douze survivants du naufrage du Colborne, un voilier de la marine anglaise, qui a eu lieu en 1838 en Gaspésie[7]. C'est le récit de ce survivant qui inspire Le Moine à écrire l'ouvrage The Chronicles of the St.Lawrence qu'il publie en 1878[7].

Fin de vie[modifier | modifier le code]

James MacPherson Le Moine décède à Québec, le à l'age de 87 ans[4].

Œuvres publiées[modifier | modifier le code]

  • Ornithologie du Canada. 1860–1861.
  • Maple Leaves. 1863–1906.
  • Quebec Past and Present. 1876.
  • Picturesque Quebec. 1882.
  • Pêcheries du Canada. 1883.
  • Chasse et pêche au Canada. Québec, Hardy, 1887.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b « Le Moine, James MacPherson - Répertoire du patrimoine culturel du Québec », sur www.patrimoine-culturel.gouv.qc.ca (consulté le 29 janvier 2019)
  2. a b et c Jean-Marie Lebel, « Le chevalier de Spencer Grange : L’écrivain et historien James MacPherson LeMoine (1825-1912) », Cap-aux-Diamants : La revue d'histoire du Québec, vol. 1, no 3,‎ , p. 13–17 (ISSN 0829-7983 et 1923-0923, lire en ligne, consulté le 29 janvier 2019)
  3. « Fiche : James-LeMoine », sur www.ville.quebec.qc.ca (consulté le 29 janvier 2019)
  4. a et b « Mort de Sir James Lemoine », Le Devoir,‎ , p. 6 (lire en ligne)
  5. a et b Yves Hébert, « Des oiseaux et des hommes : L’ornithologie de 1535 à nos jours », Cap-aux-Diamants : La revue d'histoire du Québec, no 51,‎ , p. 28–32 (ISSN 0829-7983 et 1923-0923, lire en ligne, consulté le 29 janvier 2019)
  6. a b c et d Christine Veilleux, « Le livre à Québec, 1760-1867 : les gens de justice et leurs oeuvres », Les Cahiers de droit, vol. 34, no 1,‎ , p. 93–124 (ISSN 0007-974X et 1918-8218, DOI https://doi.org/10.7202/043198ar, lire en ligne, consulté le 29 janvier 2019)
  7. a et b Paul Lemieux, « Le Colborne : un naufrage entré dans l’histoire », Magazine Gaspésie, vol. 52, no 2,‎ , p. 18–20 (ISSN 1207-5280, lire en ligne, consulté le 29 janvier 2019)

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Roger Le Moine. Un Québécois bien tranquille, Québec, La Liberté, 1985.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Œuvres de James MacPherson Le Moine disponibles en ligne

Sur les autres projets Wikimedia :