Myriam Birger

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Myriam Birger
Description de cette image, également commentée ci-après
Myriam Birger en 2012
Naissance (66 ans)
Caule-Sainte-Beuve, Drapeau de la France France
Activité principale Pianiste
Maîtres Samson François, Byron Janis, Jean Fassina

Myriam Birger est une pianiste classique française, née au Caule-Sainte-Beuve en Normandie, France, le .


Biographie[modifier | modifier le code]

Son père Karol, juif polonais, est médecin et proche collaborateur du Dr Albert Schweitzer à Lambaréné. Sa mère Rachel, fille du pasteur arménien Papazian qui a sauvé de nombreux rescapés du génocide arménien, a la passion du piano et de l’orgue. Elle est donc élevée dans un entourage artistique, avec également un oncle (Samuel Papazian) peintre et un frère, Michel (disparu tragiquement à 28 ans), classiciste émérite[1].

À l'âge de 8 ans, Myriam donne pour la première fois un concert dans la salle de l'ancien Conservatoire de Paris. Son premier professeur, Louise Clavius-Marius, épouse du compositeur français Tony Aubin, dit d'elle: « cette petite fille a des mains d’or ! ». À 11 ans, elle entre au Conservatoire de Paris dans la classe de Lucette Descaves, et obtient son premier prix de piano à 13 ans[1].

Après un concert au Théâtre des Champs-Élysées, elle devient à 15 ans la plus jeune lauréate du Concours International Marguerite Long-Jacques Thibaud[1],[2]avec le 4ème prix de piano (1967), ce qui lance sa carrière internationale. À 16 ans elle fait des débuts remarqués à la télévision en se produisant avec orchestre dans le 2e concerto de Chopin. Le pianiste Samson François, impressionné et ému par son talent, devient son maître et son mentor[1].

À 18 ans, invitée par le pianiste américain Byron Janis aux États-Unis, elle poursuit sa formation pendant un an sous sa direction[1].

De retour en France, un jeu populaire sur RTL avec une réponse juste sur Beethoven la fait connaître du grand public et RTL l’invite à se produire  au Luxembourg pour y donner un grand concert avec orchestre radiodiffusé[1]. C'est alors qu'elle rencontre le pianiste François-René Duchâble qui la présente à Arthur Rubinstein. Puis le grand violoncelliste Mstislav Rostropovitch la présente au trompettiste Maurice André puis l’invite à l'émission Le Grand Échiquier[3] de Jacques Chancel, en compagnie d’artistes renommés tels que le ténor Ruggero Raimondi, le trompettiste Dizzy Gillespie et le chanteur Yves Duteil[1].

Elle participe avec son ami pianiste Bruno Rigutto et le musicien L. Akoka  à la création du Conservatoire Henri Dutilleux de Maisons-Alfort (Val-de-Marne)[1], où elle enseignera.

À la fin des années 1980, elle fait une pause, faisant de rares apparitions, comme lors d'un récital à Pleyel (Bernard Arnault pour LVMH) ou d'un concert sur écran géant organisé par la Mairie de Paris, mais elle renoue avec les concerts à nouveau[1]. Elle participe à un « dialogue des civilisations à travers la musique » organisé par l'Institut du Monde Arabe[1].

Myriam Birger donne des master-classes en France comme à l’étranger. Elle est fréquemment invitée en tant que membre du jury et participe régulièrement à des émissions de radio et de télévision.

Elle crée une méthode de solfège simple et rapide, accessible en ligne[4], elle est également l'auteur de plusieurs ouvrages pédagogiques numériques.

Vivant en couple, elle a, avec son compagnon, une fille née en janvier 2000.

Discographie[modifier | modifier le code]

Sa discographie est enregistrée chez Lyrinx.

Sélection de quelques enregistrements[5] :

  • Mozart Concertos pour piano no 21&27, orchestre Cannes – Provence- Côte d'Azur sous la direction de Philippe Bender
  • Chopin Intégrale des valses
  • Chopin Récital

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d, e, f, g, h, i et j « La Fille aux Mains d’Or », Myriam Birger,‎ (lire en ligne)
  2. « Lauréats - Concours international Long-Thibaud-Crespin », sur Concours international Long-Thibaud-Crespin (consulté le 8 octobre 2017)
  3. « Vidéo-clip Maurice André Grand echiquier 1) first, début1980 », sur musicMe (consulté le 30 janvier 2016)
  4. « http://apprendre-solfege.com/decouvrir-la-formation/ »
  5. « Myriam Birger », sur Myriam Birger (consulté le 30 janvier 2016)