Mohamed El Khatib

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Mohamed El Khatib

Naissance (41 ans)
Beaugency (Loiret)
Activité principale Dramaturge, metteur en scène, réalisateur et performeur
Récompenses

Grand prix de littérature dramatique 2016

Prix du théâtre de l'Académie française 2018
Site internet https://www.zirlib.fr

Œuvres principales

Moi, Corinne Dadat, Finir en beauté, C'est la vie, Stadium, Renault 12, La Dispute, Boule à neige, L'Acteur fragile

Mohamed El Khatib, né en à Beaugency[1], est un dramaturge, metteur en scène et réalisateur français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Né d'une mère femme de ménage et d'un père ouvrier dans une fonderie, Mohamed El Khatib est issu d'une famille marocaine de cinq enfants[2]. Après une carrière éclair de footballeur, il se tourne vers la sociologie[3]: il étudie en hypokhâgne et khâgne puis intègre Sciences Po [4] et obtient un DEA de géographie à Mexico[1]. Il devient parallèlement rédacteur de reportages culturels pour l'édition mexicaine du Monde diplomatique. Il s'engage ensuite dans une thèse sur la critique théâtrale dans la presse nationale. A l'université d'Artois à Liévin, il est artiste associé au laboratoire de sociologie SHERPA[1]. À cette même période, il organise avec les CEMÉA des camps de théâtre pour les jeunes défavorisés au festival d'Avignon[1].

Il crée le collectif Zirlib en 2008 selon le postulat suivant: l'esthétique n'est pas dépourvue de sens politique. Il écrit et crée sa première pièce A l'abri de rien en 2010[5], puis Sheep en 2012[6]. C'est en 2014 qu'il affirme son geste théâtral singulier avec Finir en beauté, pièce sur la mort de sa mère[3] et pour laquelle il obtient le grand prix de littérature dramatique en [7]. En 2014, il met en scène Moi, Corinne Dadat, l'histoire d'une femme de ménage rencontrée alors qu'il anime des ateliers de théâtre au lycée Sainte-Marie de Bourges[8]. En 2017, il crée C'est la vie, dont le texte est primé par l'Académie française: une pièce avec deux comédiens qui ont perdu un enfant[2], qui entremêle la part de jeu et la part de réalité. La même année, il fait monter sur scène 58 supporters du Racing Club de Lens pour Stadium[1] implantant l'univers du stade dans le théâtre[9], ou convie le cinéaste Alain Cavalier dans Conversation[10]. Mohamed El Khatib poursuit sa recherche sur la famille et l'héritage avec son film Renault 12, un road-movie initiatique entre Orléans et Tanger[11], puis avec La Dispute, réunissant des enfants de huit ans qui témoignent de la séparation de leurs parents.[12] Il écrit en 2019 L'Acteur fragile, un monologue pour Eric Elmosnino, témoignant à sa manière du paradoxe de l'acteur[13]. Sa dernière pièce, Boule à neige, en 2020, avec l'historien Patrick Boucheron, s'interroge, à travers l'origine et la trajectoire de la boule à neige, sur les rapports entre le kitsch, l'histoire de l'art et la mise sous cloche du monde[14].

Son œuvre et son travail consistent à mêler sur scène des acteurs et des personnes non-professionnelles dans un grand degré d’authenticité, pouvant se lier au travail d'artistes comme le groupe Berlin, Milo Rau, Jérôme Bel ou Michel Schweizer[15]. Ses pièces naissent de rencontres et d'échanges, confrontant le quotidien le plus banal à une esthétique exigeante[16].

Spectacles[modifier | modifier le code]

Filmographie[modifier | modifier le code]

Publications[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b c d et e Ève Beauvallet, « Mohamed El Khatib, du tacle au tacle » sur Libération, 2 octobre 2017.
  2. a et b Brigitte Salino, « Festival d'automne : Mohamed El Khatib, le théâtre, la vie, le foot », Le Monde, 8 septembre 2017.
  3. a et b Brigitte Salino, « Reprise : "Finir en beauté" au Centre Wallonie-Bruxelles », Le Monde, 4 juillet 2015.
  4. Marion Turbiez-Miquel, « Mohamed El Khatib, ancien de Sciences Po Rennes, primé » sur le site de Sciences Po Rennes, 9 décembre 2016.
  5. « abri », sur www.zirlib.fr (consulté le 25 janvier 2021)
  6. « sheep », sur www.zirlib.fr (consulté le 25 janvier 2021)
  7. Dashiell Donello, « "Finir en beauté" de Mohamed El Khatib, grand prix de littérature dramatique » sur Mediapart, 7 décembre 2016.
  8. Rosita Boisseau, « Elle, Corinne Dadat, femme de ménage et de théâtre », Le Monde, 26 octobre 2015.
  9. « stadium », sur www.zirlib.fr (consulté le 25 janvier 2021)
  10. « Conversation », sur www.zirlib.fr (consulté le 25 janvier 2021)
  11. « renault12 », sur www.zirlib.fr (consulté le 25 janvier 2021)
  12. « dispute », sur www.zirlib.fr (consulté le 25 janvier 2021)
  13. « fragile », sur www.zirlib.fr (consulté le 25 janvier 2021)
  14. « boule », sur www.zirlib.fr (consulté le 25 janvier 2021)
  15. « Mohamed El Khatib », sur Les Archives du Spectacle (consulté le 8 novembre 2017).
  16. « ZIRLIB », sur www.zirlib.fr (consulté le 25 janvier 2021)
  17. « À l'abri de rien – Les Archives du Spectacle », sur Les Archives du Spectacle (consulté le 8 novembre 2017).
  18. « Sheep – Les Archives du Spectacle », sur Les Archives du Spectacle (consulté le 8 novembre 2017).
  19. « Moi, Corinne Dadat – Les Archives du Spectacle », sur Les Archives du Spectacle (consulté le 8 novembre 2017).
  20. « C'est la vie – Les Archives du Spectacle », sur Les Archives du Spectacle (consulté le 8 novembre 2017).
  21. « Stadium – Les Archives du Spectacle », sur Les Archives du Spectacle (consulté le 8 novembre 2017).
  22. Modèle:Https://www.zirlib.fr/conversation.html.
  23. « L'Amour en Renault 12 – Les Archives du Spectacle », sur Les Archives du Spectacle (consulté le 8 novembre 2017).
  24. « Renault 12 – Les Archives du Spectacle », sur Les Archives du Spectacle (consulté le 8 novembre 2017).
  25. Julia vergely, « Mohamed El Khatib, metteur en scène de La Dispute : “Plutôt que d'écrire pour les enfants, j'ai voulu écrire avec eux” », Télérama, 5 décembre 2019.
  26. Zirlib, [1]
  27. Nathalie Dray, « Renault 12, la guimbarde et la manière », Nathalie Dray, 16 juin 2020.

Liens externes[modifier | modifier le code]