Michel Boudrias

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Michel Boudrias
Illustration.
Michel Boudrias en 2016
Fonctions
Député de Terrebonne
En fonction depuis le
(3 ans, 11 mois et 3 jours)
Législature Chambre des communes du Canada
Groupe politique Bloc québécois
Prédécesseur Charmaine Borg
Biographie
Date de naissance 1977
Lieu de naissance Roberval
Parti politique Bloc québécois
Option nationale
Parti québécois
Profession Officier d'infanterie

Michel Boudrias est un homme politique québécois et député de Terrebonne siégeant à la Chambre des communes depuis le 19 octobre 2015. Militant indépendantiste depuis 25 ans, il milite et défend le principe de l’effectivité de l’État québécois. Officier d’infanterie, il a servi au sein des forces armées canadiennes pendant 10 ans. Il a notamment été déployé en Afghanistan dans le cadre de l’Opération Athena.

Depuis son élection, il est le porte-parole du Bloc Québécois en matière de Défense nationale, des Anciens combattants, de Sécurité nationale et de Sécurité publique.

Biographie[modifier | modifier le code]

Michel Boudrias a grandi à Terrebonne. Suivant des études en droit à l'Université du Québec à Montréal, il s'est impliqué pendant plusieurs années dans le mouvement syndical. En 2005, il devient officier d’infanterie au sein du Royal 22e Régiment et sert notamment en Afghanistan en 2010-2011. Il prend sa retraite des forces armées en avril 2015[1].

Militant indépendantiste, il s’investit au sein du Bloc québécois et du Parti québécois dès 1993. Il agit notamment en tant que Conseiller du PQ de Masson dans les années 1990 et du PQ Laurier-Dorion au début des années 2000[2]. Il suivra Jean-Martin Aussant lors de la fondation d'Option nationale.

Après l'élection fédérale de 2011 et la chute du Bloc québécois, Michel Boudrias participe à la reconstruction du comité du parti dans Terrebonne dont il assumera la présidence de novembre 2013 jusqu'à son annonce de candidature en septembre 2014[3]. Il sera investit par l’association locale le 8 février 2015[4]. Le soir de l'élection fédérale de 2015 il est élu député de Terrebonne avec 33 % des voix, reconquérant ce fief bloquiste en devançant l'ex-présidente de l'Association des femmes autochtones du Canada Michelle Audette, candidate pour les libéraux (27,99 %) et Charmaine Borg, députée néodémocrate sortante (25,61 %)[5].

Orientation politique[modifier | modifier le code]

Michel Boudrias est un indépendantiste québécois prônant l'utilisation d'actes d'État en vue de rendre l'état québécois effectif sur son territoire, rendant alors ce dernier souverain. Il propose le 28 octobre 2018 de réorganiser les forces politiques indépendantistes en une seule organisation unifiée: ''À l'instar du SNP (Scottish National Party), les différents partis politiques souverainistes québécois qui œuvrent actuellement à l'Assemblée nationale et à la Chambre des communes ont tout intérêt à se regrouper en une seule et unique force.'' [1]

Course à la chefferie du Bloc de 2019[modifier | modifier le code]

La possible candidature du député Michel Boudrias à la course à la chefferie du Bloc Québécois a été évoquée le 24 octobre 2018 forçant le député de Terrebonne à amorcer sa réflexion. [6] Il annonce finalement le 7 décembre 2018 qu'il ne sera pas candidat tout en demeurant neutre pour la durée de la course à la direction[7].

Actions parlementaires - 2015 à 2019[modifier | modifier le code]

Défense de l'industrie navale québécoise: Le député Michel Boudrias s'est particulièrement engagé dans la défense des intérêts de l'industrie navale québécoise, notamment das le cas du Chantier Davie de Lévis qui a été écarté à maintes reprises de la Stratégie d'acquisition navale du Canada[8]. Il dénonce que le Québec paie 23% du budget fédéral pour le renouvellement de la flotte de navires du gouvernement canadien (Marine royale canadienne et Garde côtière) sans que celui-ci n'accorde une part équivalente à l'industrie navale québécoise. Celle-ci est limitée à moins de 3%[9]. À l'instar d'une motion unanime de l'Assemblée Nationale appuyant le chantier Davie, le député Boudrias tente d'obtenir une motion unanime de la Chambre des Communes reconnaissant l'expertise des chantiers Davie de Lévis, qui représentent 50 % de la capacité de production du pays; qu'elle exige du gouvernement un réajustement de sa Stratégie nationale de construction navale afin de mieux prendre en considération la capacité de production des chantiers Davie. La motion est battue.[10] Le 17 janvier 2019, à la demande de l'Association des fournisseurs du Chantier Davie, il lance une pétition pressant le gouvernement du Canada d'octroyer au Québec sa juste part, soit 23 milliards de dollars en contrats, d'ici octobre 2019. La pétition réclame également une commission royale d'enquête afin de faire la lumière sur de potentielles irrégularités lors de l'octroi des contrats de la Stratégie nationale de construction navale.[11][12][13]

Défense de la Loi 99: Le gouvernement canadien a intenté une contestation judiciaire de la Loi 99, loi québécoise réaffirmant l'exercice des droits fondamentaux et des prérogatives du peuple québécois et de l'État du Québec[14]. Sous le leadership de la Société St-Jean-Baptiste de Montréal qui entreprendra de défendre la Loi 99 en cour, une pétition est lancée par le député Boudrias demandant au gouvernement canadien de se retirer du recours judiciaire.[2][15],[16]. Plus de 8500 personnes signeront la pétition qui sera déposée à la Chambre des communes le 16 mai 2017[17],[18].

Remplacement des avions de chasses CF-18: Défavorable au projet du F-35, il favorise dès 2015 que le gouvernement canadien relance les appels d'offres pour remplacer les CF-18 vieillissants de la Force aérienne. Le 11 octobre 2017, en pleine crise commerciale entre Boeing et Bombardier, il pourfend le plan du gouvernement libéral dans son intention d'acquérir 24 F-18 Super Hornet en pressant lancer un appel d'offres à l'échelle internationale et d'exiger que l'on construise le prochain avion de chasse sous licence au Canada. « Il est temps que l'on se libère de l'emprise de Boeing. Nous avons le savoir-faire ici au Québec pour construire de tels avions »[19]. Il critique quelques semaines plus tard le gouvernement canadien dans son intention d'acheter 25 F-18 usagé à l'Australie. Le député du Bloc québécois Michel Boudrias s'est déjà élevé contre la possibilité que le Canada achète ces avions de l'Australie, affirmant que le gouvernement Trudeau s'apprêtait à répéter l'erreur de l'ancien gouvernement libéral de Jean Chrétien qui avait acheté des sous-marins britanniques usagés dans les années 90. Cette décision s'est avérée un gouffre financier pour les contribuables puisque les sous-marins achetés au coût de 750 millions de dollars en 1998 ont nécessité des travaux de réparations de 2,6 milliards de dollars pour être mis à jour pendant une dizaine d'années[20],[21].

Projet de loi pour le retour du financement public des partis politiques: Instauré par le gouvernement de Jean Chrétien en 2004 et abolit par le gouvernement Harper en 2011, le député Boudrias dépose en 2018 le projet de loi C-364 visant à rétablir le financement public des partis politiques.[22] Malgré l'origine libérale de la loi, le projet de loi est battu à la Chambre des communes par les Libéraux et les Conservateurs.[23],[24]

Résultats électoraux[modifier | modifier le code]

Élection fédérale de 2015
Candidat Parti # de voix % des voix
     Michel Surprenant Conservateur +06 615, 11,35 %
     Michel Boudrias Bloc québécois +19 238, 33,01 %
     Michèle Audette Libéral +16 316, 27,99 %
     Charmaine Borg NPD +14 928, 25,61 %
     Susan Moen Vert +01 016, 1,74 %
     Louis Clément Sénat Forces et Démocratie +00171, 0,29 %
Total 58 284 100 %

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) « Bloc Québécois MP Michel Boudrias proud to have served Canada | The Star », sur thestar.com (consulté le 19 août 2019)
  2. Michel Boudrias sera candidat à l'investiture du Bloc, Le Trait d'union, 22 septembre 2014.
  3. « Michel Boudrias se dresse devant Lise Barry », sur Journal La Revue, (consulté le 19 août 2019)
  4. « Le candidat bloquiste sera Michel Boudrias », sur Journal La Revue, (consulté le 19 août 2019)
  5. « Le Bloc l'emporte dans Terrebonne », Journal de Montréal, 19 octobre 2015.
  6. « Jean-François Lisée à la direction du Bloc québécois ? », sur TVA Nouvelles (consulté le 19 août 2019)
  7. « Michel Boudrias ne sera pas candidat à la chefferie du Bloc québécois », sur www.msn.com (consulté le 19 août 2019)
  8. « BLOGUE Comprendre le saccage de l’industrie navale québécoise », sur HuffPost Québec, (consulté le 19 août 2019)
  9. « Le Québec privé de plus de 20 milliards », sur La Presse+, (consulté le 19 août 2019)
  10. « Motion en soutien à Chantier Davie battue au fédéral | L'aut’journal », sur lautjournal.info (consulté le 19 août 2019)
  11. dsavard, « Chantier Davie: Pétition électronique sur le saccage de l’industrie navale québécoise », sur Journal Informes Affaires, (consulté le 19 août 2019)
  12. « Pétition e-1975 - Pétitions électronique », sur petitions.noscommunes.ca (consulté le 19 août 2019)
  13. « Davie connaît un creux historique de travailleurs », sur TVA Nouvelles (consulté le 19 août 2019)
  14. « - Loi sur l’exercice des droits fondamentaux et des prérogatives du peuple québécois et de l’État du Québec », sur legisquebec.gouv.qc.ca (consulté le 19 août 2019)
  15. Zone Politique- ICI.Radio-Canada.ca, « Trudeau sommé par les souverainistes d'abandonner la contestation juridique de la loi 99 », sur Radio-Canada.ca (consulté le 19 août 2019)
  16. « Les droits du Québec défendus par une pétition », sur Journal La Revue, (consulté le 19 août 2019)
  17. « Pétition e-773 - Pétitions électronique », sur petitions.noscommunes.ca (consulté le 19 août 2019)
  18. « Loi 99: une pétition pour l’abandon de la contestation », sur Le Devoir (consulté le 19 août 2019)
  19. « Boeing: Ottawa s'apprête à ignorer l'appel au boycottage de Couillard », sur La Presse, (consulté le 19 août 2019)
  20. « Ottawa songe à acheter des avions de chasse grugés par la corrosion », sur La Presse, (consulté le 19 août 2019)
  21. Publié par : Équipe Boudrias, « Le plan des libéraux s’écrase au décollage. – Michel Boudrias » (consulté le 19 août 2019)
  22. « Projet de loi émanant d'un député C-364 (42-1) - Première lecture - Loi modifiant la Loi électorale du Canada et une autre loi en conséquence (financement politique) - Parlement du Canada », sur www.parl.ca (consulté le 19 août 2019)
  23. « Rétablir le financement public des partis coûterait 44 M$ par année », sur Le Soleil, (consulté le 19 août 2019)
  24. Christopher Nardi, « 46 M$ pour financer les partis fédéraux avec de l’argent public », sur Le Journal de Montréal (consulté le 19 août 2019)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]