Chantier Davie

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Chantier Davie Canada Inc.
illustration de Chantier Davie

Création 2011 à Lévis
Dates clés 2012 achat par Inocea
Personnages clés Alex Vicefield Inocea
Jared Newcombre PDG
Forme juridique Société par actions
Siège social Lévis, Québec
Drapeau du Canada Canada
Activité Industrie navale
Société mère Inocea
Sociétés sœurs Federal Fleet Services
Effectif 1100 (2015)

Chiffre d’affaires (2015)
Page d'aide sur l'homonymie Cet article concerne le chantier naval actuel avec des cales sèches. Pour le chantier maritime historique avec un plan de halage, voir Chantier maritime A.C. Davie.

Le chantier Davie est un chantier naval situé dans le secteur de Lauzon à Lévis, Québec, Canada.

Description[modifier | modifier le code]

Le chantier Davie, Chantier Davie Canada (CDC), est situé en bordure du fleuve Saint-Laurent, entre la grève Jolliet à l'ouest et l'anse aux Sauvages à l'est. Il occupe une superficie de 570 000 mètres carrés. Deux cales sèches s’y trouvent[1]: Lorne et Champlain, cette dernière étant la plus grande cale sèche au Canada. Le chantier dispose d’équipements industriels pour la fabrication, le montage et la finition de navires : atelier de fabrication et de découpe de planches d'acier et de profilés, atelier de fabrication et de montage de modules, ainsi que des ateliers de finition pour effectuer le pré-armement et la peinture, ainsi que deux lits ou rampes de lancement de navires.

Histoire[modifier | modifier le code]

XIXe siècle[modifier | modifier le code]

La construction d'un bassin de radoub (cale sèche Lorne[2]) débute en 1880; ce projet est évalué à 90 000 $. 90 000 $. Un nombre d’hommes s’élevant à 225 sont engagés pour excaver le site de la future cale sèche. En 1885, George Taylor Davie achète de sa belle-mère, Mary Patton[3], un terrain adjacent à la cale sèche Lorne. Les travaux de construction de la cale sèche Lorne et du chantier Davie de Lauzon prennent fin en 1886. En 1893, George Davie acquiert la seconde moitié du terrain de Mary Patton.

XXe siècle[modifier | modifier le code]

En 1914, la compagnie George Davie & Sons s'associe à la compagnie Vickers, Sons & Maxim[4]. Pendant la Première Guerre mondiale, la compagnie Davie construit 424 navires (en particulier des dériveurs de bois, des chalutiers et des harenguiers).

La cale sèche Champlain du chantier Davie a été aménagée en 1918. Elle mesure 365 m de longueur, représentant la plus grande cale sèche du Canada. De plus, CDC représente actuellement 50 % de la capacité de production du pays en matière de construction navale.

Depuis la création de l’entreprise, plus de 700 bâtiments y ont été construits : des bateaux à vapeur, en passant par des navires militaires munis de systèmes de combat sophistiqués, aux bateaux à propulsion diesel-électrique spécialisés dans l’exploitation pétrolière et équipés de systèmes de positionnement dynamique perfectionnés.

Chantier Davie a construit, transformé, réparé et amélioré toutes sortes de bâtiments, d’appareils de forage et de plates-formes de forage en mer. Cela comprend des navires pétroliers, des vraquiers, des porte-conteneurs, des navires de pêche, des traversiers, des navires militaires, des plates-formes de forage autoélévatrices et des plates-formes de forage et de production semi-submersibles.

XXIe siècle[modifier | modifier le code]

En 2010 la Davie tombe à l’arrêt après la faillite de son dernier propriétaire en lice, le groupe norvégien Teco Maritime ASA propriétaire depuis 2006. La construction des navires d’exploration pétrolière en haute mer commandés par Cecon ASA arrête du même coup. Les centaines de millions prêtés à Cecon par Exportation et développement Canada (EDC) pour ce projet se retrouvent à risque.

La compagnie Inocea arrive dans le paysage de Lévis en 2012. Le groupe monégasque – qui se présente alors dans les médias comme Zafiro Marine[5], du Royaume-Uni – est l’un des nombreux prétendants à la reprise du chantier. Le processus de vente est supervisé par Investissement Québec (IQ), qui a injecté plus de 160 millions dans le chantier au fil des ans et possède un droit de regard sur le repreneur. L’entreprise d’Alex Vicefield remporte la mise.

Navires 717, 718, 719[modifier | modifier le code]

En 2012, le groupe Inocea, alors connu sous le nom de Zafiro Marine, se présente à Lévis avec l’intention d’acquérir le chantier[5]. Le groupe du Royaume-Uni est l’un des nombreux prétendants à la reprise du chantier. Le processus de vente est supervisé par Investissement Québec (IQ), qui possède un droit de regard sur le repreneur. Après des mois de négociations, l’entreprise d’Alex Vicefield remporte la mise.

  • Le navire 717 a été lancé en octobre 2013 et commissionné aout en 2014 [6].
  • Le navire 718 reste inachevé, qui fait partie des trois bateaux commandés par le groupe norvégien Cecon ASA à la Davie en 2007, était installé en décembre 2016 sur un remorqueur submersible au port de Québec pour ensuite être acheminé vers la Turquie ou la Croatie. Le groupe norvégien, représenté par la firme Rever Offshore, s'est quant à lui placé à l'abri de ses créanciers en avril 2015[7]
  • Le navire 719 reste inachevé à environ 40%. Le navire inachevé restera plusieurs années sur le lit de lancement jusqu'à sa démolition à l'été 2017.

Navires 723, 724[modifier | modifier le code]

En 2011, le gouvernement libéral de la province du Québec, par l’entremise de la Société des traversiers du Québec (STQ), avait confié un contrat de 120 M$ à Davie pour la construction de deux traversiers à système de carburation mixte (GNL/diesel) destinés à la traverse Tadoussac-Baie-Sainte-Catherine. Ce contrat a été octroyé au chantier pour que ce dernier puisse soumissionner dans le cadre de la Stratégie nationale en matière de construction navale. Finalement, aucun contrat fédéral n’y est accordé. Chronologie :
◾ 2013 : Le prix du contrat est révisé à 125 M$, l’entrée en service des deux navires est alors annoncée pour 2015. ◾ 2015 : Il est annoncé que la livraison sera reportée. ◾ 2016 : La gestion du contrat est retirée des mains de la STQ. ◾ 2017 : Des experts sont mandatés en début d’année par le gouvernement afin d’évaluer la suite du projet. Les travaux au chantier Davie se poursuivent conformément aux discussions avec le gouvernement provincial et la livraison des navires est prévue pour 2018.

Navire de conversion[modifier | modifier le code]

Le 20 juillet 2017, Chantier Davie Canada Inc. a lancé le navire pétrolier ravitailleur d'escadre (AOR) pour la Marine royale canadienne [8] Ce navire est le résultat de la conversion d’un porte-conteneurs.

Asterix est un navire auxiliaire de la flotte navale que Davie a conçu dans le cadre d’une offre non sollicitée soumise au gouvernement par son entreprise sœur Federal Fleet Services, dirigée par Spencer Fraser, appartenant elle aussi au groupe Inocea. Le nom du projet, Resolve, provient des premières lettres des termes anglais « Replenishment Solution Vessel », qui signifient « navire fournissant une solution en matière de ravitaillement ».

Le contrat de conversion a été octroyé en novembre 2015 par le gouvernement libéral fédéral. Il ne fait pas partie de la Stratégie nationale de construction navale (SNCN) un projet à long terme visant à renouveler la flotte fédérale de navires de combat et de navires non destinés au combat du Canada. En raison des carnets de commande remplis de deux chantiers navals canadiens, Irving Shipyard de Halifax, en Nouvelle-Écosse, et Seaspan Shipyard de Vancouver, en Colombie-Britannique, Davie a soumis son offre afin de fournir le navire s’avérant plus que nécessaire à la Marine royale canadienne. Le chantier de Lévis a également soumis d’autres offres au gouvernement canadien, notamment visant la construction de brise-glaces pour la Garde côtière canadienne.

L’objectif de la stratégie est de générer des retombées économiques pour la population canadienne et de permettre de rebâtir l’industrie de la construction navale du pays.

Patrimoine culturel[modifier | modifier le code]

La maquette du traversier Charlottetown est la plus ancienne maquette de l'ensemble classé

Les maquettes produites par le chantier Davie entre 1930 et 2009, ainsi que le fonds d'achives ont été classées biens patrimoniaux par le ministère de la Culture et des Communications en 2013 [9]

,[10].

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Références[modifier | modifier le code]

  1. patrimoine-culturel.gouv.qc.ca
  2. La nouvelle cale sèche fut nommée en l'honneur de marquis de Lorne, gendre de la reine Victoria, gouverneur général du Canada de 1878 à 1883.
  3. veuve de Duncan Patton,
  4. La Vickers, Sons & Maxim s'est implantée à Montréal en 1911.
  5. a et b Nouvel acquéreur pour Chantier Davie Canada inc. 15 novembre 2012 [1]
  6. Une renaissance mouvementée[2]
  7. Chantier Davie: un navire inachevé envoyé en Europe contre le gré d'Ottawa, publié le 29 novembre 2016
  8. http://ici.radio-canada.ca/nouvelle/1046382/davie-navire-chantier-maritime-ravitailleur-marine-canadienne-asterix.
  9. « Maquettes du chantier Davie inc. », sur Répertoire du patrimoine culturel du Québec (consulté le 10 mai 2015).
  10. « Fonds d'archives Les Industries Davie inc. », sur Répertoire du patrimoine culturel du Québec (consulté le 10 mai 2015)