Michèle Finck

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Michèle Finck
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Nationalité
Formation
Activités
Père
Autres informations
Distinctions

Michèle Finck, née à Mulhouse le , est une femme de lettres française, poète, essayiste, traductrice, scénariste et librettiste. Elle est professeure de littérature comparée à l'Université de Strasbourg.

Biographie[modifier | modifier le code]

Enfance et études[modifier | modifier le code]

Michèle Finck est la fille du poète et universitaire Adrien Finck, mort en 2008.

Dès l’adolescence, elle a partagé sa vie entre la France et l’Allemagne mais aussi entre la littérature et la musique.

En 1981, elle est reçue à l’École normale supérieure (Ulm-Sèvres). Elle consacre sa maîtrise puis sa thèse en Sorbonne à l’œuvre d'Yves Bonnefoy. Depuis 1987, elle enseigne à l’Université de Strasbourg où elle est actuellement professeur de littérature comparée (littérature européenne).

Expérience cinématographique[modifier | modifier le code]

Avec le cinéaste, vidéaste, photographe et peintre Laury Granier, elle fonde en 1988 l’association culturelle Udnie, qui réunit des poètes et des artistes de toutes disciplines (peinture, cinéma, architecture, musique, danse). Elle est assistante à la réalisation et co-écrit le scénario du film de Laury Granier, La momie à mi-mots (1996), dans lequel elle tient un petit rôle (aux côtés des acteurs principaux: Carolyn Carlson, premier rôle, Jean Rouch, Philippe Léotard).

L’œuvre[modifier | modifier le code]

Essais[modifier | modifier le code]

Elle a écrit des essais consacrés aux rapports de la poésie avec la danse (Poésie moderne et danse. Corps provisoire, Armand Colin, 1992), avec la musique (Poésie moderne et musique.Vorrei e non vorrei, Champion, 2004; Épiphanies musicales en poésie moderne, de Rilke à Bonnefoy, Champion 2014) et avec les arts visuels (Giacometti et les poètes. « Si tu veux voir, écoute », Hermann, 2012).

Poésie[modifier | modifier le code]

Michèle Finck est l'auteur de plusieurs livres de poésie, qui ont en commun la préeminence de l'ouïe sur les autres sens, et une grande importance accordée à la musique. Le premier recueil, L'ouïe éblouie, paraît en 2007 aux éditions Voix d'encre ; il rassemble des textes antérieurs. Balbuciendo, paru en 2012, est marqué par la douleur du deuil et de la séparation. La Troisième Main, en 2015, est consacré à la musique ; l'ouvrage a reçu le Prix Louise Labé. En 2017 paraît Connaissance par les larmes qui poursuit le dialogue avec les arts (musique, peinture, cinéma) ; il a reçu le prix Max Jacob en 2018. Ce dialogue se prolonge encore avec Sur un piano de paille, Variations Goldberg avec cri (2020). Le livre La Ballade des hommes-nuages (2022) unit poésie, musique et autobiographie.

Elle a aussi publié un livret-poème Poésie Shéhé Résistance / Fragments pour voix pour l'opératorio de Gualtiero Dazzi : Boulevard de la Dordogne aux éditions Le Ballet Royal en 2019.

Elle a également publié des livres avec des artistes (Laury Aime, Coline Bruges-Renard, Pierre Lehec, Quoniam, Giraud Cauchy, Caroline François-Rubino...)

Traductions[modifier | modifier le code]

Parallèlement à l’écriture poétique, elle traduit des poètes allemands : Georg Trakl, Les Chants de l' Enténébré, éditions Arfuyen, 2021.

Œuvres[modifier | modifier le code]

Poésie[modifier | modifier le code]

Livret - Poème[modifier | modifier le code]

  • Poésie Shéhé Résistance / Fragments pour voix pour l'opératorio de Gualtiero Dazzi : Boulevard de la Dordogne (durée: 1h50), éditions Le Ballet Royal, 2019.

Traductions[modifier | modifier le code]

  • Georg Trakl, Les Chants de l' Enténébré, éditions Arfuyen, 2021.

Essais[modifier | modifier le code]

  • Yves Bonnefoy. Le simple et le sens, José Corti, 1989, réédition 2015.
  • Poésie et danse à l’époque moderne. Corps provisoire, Armand Colin, 1992.
  • Poésie moderne et musique. Vorrei e non vorrei. Essai de poétique du son, Champion, 2004.
  • Giacometti et les poètes. « Si tu veux voir, écoute », Hermann, 2012.
  • Épiphanies musicales en poésie moderne, de Rilke à Bonnefoy : le musicien "panseur", Champion, 2014.

Directions d’ouvrages collectifs[modifier | modifier le code]

Bibliographie sur Michele Finck[modifier | modifier le code]

  • Numéro spécial n°69 de la revue Nu(e) sous la direction de Patrick Née, mis en ligne sur le site Poezibao le 16 juin 2019, 409 p.
  • Gabriel Grossi, "À l'écoute de Michèle Finck", Nu(e), n°74, numéro spécial consacré à la poésie féminine, mis en ligne sur le site Poezibao le 14 décembre 2021.

Liens externes[modifier | modifier le code]