Michèle Finck

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Finck.
Michèle Finck
Naissance
Mulhouse
Profession

Michèle Finck, née à Mulhouse le , est une universitaire et femme de lettres française, poète, essayiste et traductrice. Elle est professeur de littérature comparée à l'Université de Strasbourg.

Biographie[modifier | modifier le code]

Michèle Finck est la fille du poète et universitaire Adrien Finck, mort en 2008.

Dès l’adolescence, elle a partagé sa vie entre la France et l’Allemagne mais aussi entre la littérature et la musique.

En 1981, elle est reçue à l’École normale supérieure (Ulm-Sèvres). Elle consacre sa maîtrise puis sa thèse en Sorbonne à l’œuvre d'Yves Bonnefoy. Depuis 1987, elle enseigne à l’Université de Strasbourg où elle est actuellement professeur de littérature comparée (littérature européenne).

Avec le cinéaste et peintre Laury Granier, elle fonde en 1988 l’association culturelle Udnie, qui réunit des poètes et des artistes de toutes disciplines (peinture, cinéma, architecture, musique, danse). Elle écrit le scénario du film de Laury Granier, La momie à mi-mots (1996), dans lequel elle tient un petit rôle (aux côtés des acteurs principaux: Carolyn Carlson, premier rôle, Jean Rouch, Philippe Léotard). Son travail d'écriture (poèmes et essais) explore désormais sous toutes ses formes le dialogue de la poésie et des arts.

Elle a écrit des essais consacrés aux rapports de la poésie avec la danse (Poésie moderne et danse. Corps provisoire, Armand Colin, 1992), avec la musique (Poésie moderne et musique.Vorrei e non vorrei, Champion, 2004) et avec les arts visuels (Giacometti et les poètes. « Si tu veux voir, écoute », Hermann, 2012).

En 2007, elle publie aux éditions Voix d’encre son premier livre de poésie, L’ouïe éblouie, qui réunit plus de vingt ans d’écriture et qui est placé sous le signe d'une quête simultanée de la musique et de l'amour. Son deuxième recueil de poèmes, Balbuciendo (2012), explore un lyrisme de la perte, de la séparation et de la mort. La Troisième Main (2015) est composé de cent poèmes consacrés à la musique et écrits dans la pénombre après une opération de la cataracte. La Troisième Main a obtenu le Prix Louise Labé. Son quatrième recueil, Connaissance par les larmes, a été publié en août 2017 par les éditions Arfuyen. Il opère une synthèse entre les modes d'expression des précédents recueils : veine autobiographique, transposition d’œuvres musicales, picturales ou cinématographiques, interrogation sur les défaillances physiques et spirituelles et sur les mutations qu'elles permettent. Connaissance par les larmes a obtenu le Prix Max Jacob 2018.

Elle a aussi publié un livret-poème Poésie Shéhé Résistance / Fragments pour voix pour l'opératorio de Gualtiero Dazzi : Boulevard de la Dordogne aux éditions Le Ballet Royal en 2019.

Parallèlement à l’écriture poétique, elle traduit des poètes allemands (Trakl).

Œuvres[modifier | modifier le code]

Poésie[modifier | modifier le code]

Livret - Poème[modifier | modifier le code]

  • Poésie Shéhé Résistance / Fragments pour voix pour l'opératorio de Gualtiero Dazzi : Boulevard de la Dordogne, éditions Le Ballet Royal, 2019.

Essais[modifier | modifier le code]

  • Yves Bonnefoy.Le simple et le sens, José Corti, 1989, réédition 2015.
  • Poésie et danse à l’époque moderne. Corps provisoire, Armand Colin, 1992.
  • Poésie moderne et musique. Vorrei e non vorrei. Essai de poétique du son, Champion, 2004.
  • Giacometti et les poètes. « Si tu veux voir, écoute », Hermann, 2012.
  • Épiphanies musicales en poésie moderne, de Rilke à Bonnefoy : le musicien "panseur", Champion, 2014.

Directions d’ouvrages collectifs[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]