Mercenaires suisses

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cet article ne cite pas suffisamment ses sources (mai 2011).

Si vous disposez d'ouvrages ou d'articles de référence ou si vous connaissez des sites web de qualité traitant du thème abordé ici, merci de compléter l'article en donnant les références utiles à sa vérifiabilité et en les liant à la section « Notes et références » (modifier l'article, comment ajouter mes sources ?).

Mercenaires suisses traversant les Alpes (Luzerner Schilling)

Les mercenaires suisses sont des soldats remarqués pour avoir vendu leur service dans des armées étrangères, en particulier les armées des rois de France, durant le début de l'époque moderne de l'histoire européenne, depuis la fin du Moyen Âge au Siècle des Lumières.

Historique[modifier | modifier le code]

Leurs services en tant que mercenaires étaient à leur apogée au cours de la Renaissance, lorsque leurs capacités militaires éprouvées au champ de bataille (Grandson, Morat...) contre le Duché de Bourgogne en faisaient des troupes de mercenaires particulièrement recherchées durant les guerres d'Italie.

Après la bataille de Marignan (en 1515), le 29 novembre à Fribourg, la France signe avec les Suisses un traité de paix perpétuelle qui sera respecté jusqu'à la chute de la monarchie française, en 1792. Par la suite, les Suisses mettent leurs mercenaires au service du roi de France, par le traité de Genève le .

On estime que la Suisse ait fourni près de deux millions de mercenaires aux puissances européennes, entre les XIVe et XVIe siècles.[réf. nécessaire]

Stratégie[modifier | modifier le code]

Ce modèle est-il pertinent ? Cliquez pour voir d'autres.
Question book-4.svg
Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (mai 2009).
Pour l'améliorer, ajoutez des références vérifiables [Comment faire ?] ou le modèle {{Référence nécessaire}} sur les passages nécessitant une source.

Les soldats suisses et leur stratégie vont s'adapter à l'évolution technologique de l'art de la guerre pendant la Renaissance.

Ainsi, la première chose que vont faire les régiments sur le champ de bataille va être de recommander l'âme de ses soldats à Dieu, en s'agenouillant. Ce faisant, les soldats évitent les deux salves de boulets traditionnellement tirées à la vue de l'adversaire. L'appel lugubre de la vache d'Unterwald et du taureau d'Uri annoncent la charge. La seconde chose à faire va être de se diriger le plus vite possible vers les canons, les capturer, puis les retourner vers les adversaires: les pièces d'artillerie serviront à aider la bataille à repousser les charges de cavalerie.

Les mercenaires suisses se battent en utilisant une stratégie ancienne, tirée des textes relatant les victoires d'Alexandre le Grand. Les Suisses en ordre de combat se structurent en groupes de 5'000 hommes, que l'on appelle "batailles" (phalange). Ils forment donc une masse compacte hérissée de piques de plus de 5 mètres de long, ce qui rend la formation totalement invulnérable face à un assaut de cavalerie. Ces "batailles" sonnent le glas de la chevalerie moyenâgeuse, et annoncent l'ère de la suprématie de l'infanterie. Il faut aussi remarquer que les régiments suisses sont les premiers à marcher accompagnés de musique.

Les lansquenets (Landsknechte) allemands vont se servir de la même méthode, mais sauront diversifier leur activité en introduisant des épées à deux mains ainsi qu'en augmentant la proportion d'hommes équipés d'arquebuses puis de mousquets dans leurs rangs.

Application sur le champ de bataille : Marignan[modifier | modifier le code]

À la veille de la bataille de Marignan en 1515, François Ier a payé les Suisses, qui sont en partie rentrés chez eux. Il ne reste plus que les Unterwaldois, les Valaisans et un certain nombre de régiments qui n'ont pas accepté l'or français. L'évêque de Sion, Matthieu Schiner, sort de Marignan en tête, suivi par le reste de l'armée.

Comme à leur habitude, au moment de la salve, les Suisses s'agenouillent, ce qui laisse les tirs français sans effet. Les Suisses accourent vers les canons, mais ils se trouvent en haut d'une butte, défendus par des arquebuses et escopettes. Monter la colline va désunir la bataille, mais au bout d'âpres combats, les canons sont capturés. Le temps de les retourner, les deux batailles se retrouvent face à face à une gigantesque bataille de 10 000 lansquenets. Le combat est rude, mais les montagnards prennent le dessus. Après l'extermination des Allemands, les 7 500 Suisses restants doivent faire face à des violentes charges des Français, menés par le Duc d'Alençon, qui restent sans effet. Le combat est interrompu avec la nuit.

Le lendemain, les Français sont en situation d'infériorité numérique par rapport aux Suisses. Pourtant, l'arrivée, au son du cri "San Marco !" de 1 800 cavaliers et 10 000 gens de pied appointés par le Doge de Venise, allié des Français, va renverser le destin du combat: la dernière bataille et la bataille de réserve, épuisées, n'ont que le choix de la retraite.

Cette bataille, que François Ier qualifiera de sa plus grande victoire, montre deux méthodes qui ont eu raison des forces confédérées.

Premièrement, la bataille suisse a essuyé des tirs d'artillerie et de fusils qu'elle ne pouvait pas éviter, en escaladant la butte de l'artillerie. De plus, celle-ci a désuni la bataille.

Deuxièmement, les Français malgré les charges de cavalerie, se sont principalement reposés sur des gens de pied, les lansquenets comme les Vénitiens. La bataille n'a donc aucune efficacité et le combat tourne rapidement au corps-à-corps.

Unités suisses au service de l'Autriche[modifier | modifier le code]

Unités suisses au service de l'Espagne[modifier | modifier le code]

Unités suisses au service de la France[modifier | modifier le code]

Ancien régime[modifier | modifier le code]

Soldats suisses en 1730
Retour du soldat Suisse dans le Pays bernois de Sigmund Freudenberger, 1780

Les Suisses servent en principe le roi de France en vertu de « contrats » - les Capitulations - passés avec la Confédération qui définissent les modalités de leur service alors que les autres troupes Les autres troupes étrangères au service de la France sont levées directement par leur colonel en territoire étranger et sont utilisées comme un régiment de recrutement français, le régiment concerné étant fréquemment licencié à la fin de la campagne.

  • Bandes suisses: premières unités militaires permanentes étrangères recrutées et soldées
  • Cent-Suisses: compagnie d'infanterie d'élite créée en 1471 - licenciée en 1792

République helvétique[modifier | modifier le code]

La République helvétique lève un contingent de 18'000 hommes d’infanterie pour le service et à la solde de la France en vertu d’une convention signée le 19 décembre 1798. Six demi-brigades d’infanterie à trois bataillons furent constituées dans les premiers mois de 1799. En janvier 1801, en raison d'un effectif incomplet, un fusion des demi-brigades devint nécessaire; la 1re avec la 6e, la 2e avec la 4e, et la 3e avec la 5e.

1er Empire[modifier | modifier le code]

  • 1er régiment suisse: créé en 1804 - supprimé en 1814
    • 1805: Trafalgar et Castel-Franco
    • 1806: Sainte-Euphemie and Rogliano
    • 1807: Rolonda, Sainte-Euphemie, Sainte-Ambrosio and Capri
    • 1809: Capri
    • 1812: Willia, Polotsk, Beresina et Wina
    • 1813: Brême
  • 2e régiment suisse: créé en 1806 - supprimé en 1814 - reformé en 1815
    • 1808: La Grenouilliere, Roses, Figuieres et Evora
    • 1809: Carogne, Ferrol, Porto, Gérone, Burgos et La Corogne
    • 1810: Burgos, Corales, Toro et Ribas
    • 1811: Catalogne
    • 1812: Belvver, Polotsk et Beresina
    • 1814: Schlestadt
Un grenadier du 3e régiment
  • 3e régiment suisse: créé en 1806 - supprimé en 1814
    • 1808: Jaen, Baylen et Cara-de-Deu
    • 1809: Tuy and Oporto
    • 1810: Cadiz, Leon, Pueblo et Sanabria
    • 1812: Drissa, Polotsk, Lepel, Beresina et Wilna
    • 1814: Besançon

Restauration[modifier | modifier le code]

Sous la Restauration, les Bourbons font appel à des troupes suisses. Deux des huit régiments d'infanterie inclus dans la Garde Royale de 1815 à 1830 sont formés de Suisses et peuvent être considérés comme les successeurs des anciens Gardes suisses. Le colonel général des Suisses est Henri, duc de Bordeaux, petit-fils du roi Charles X.

Lorsque le palais des Tuileries est envahi à nouveau, lors des Trois Glorieuses, les régiments suisses, craignant un autre massacre, ne sont pas utilisés à nouveau. Leurs unités sont définitivement supprimées le 11 août 1830.

Légion étrangère[modifier | modifier le code]

En 1832, des vétérans des régiments suisses dissous forment un autre régiment, la légion de Hohenlohe de la Légion étrangère pour le service en Algérie.

Unités suisses au service de la Grande-Bretagne[modifier | modifier le code]

Le régiment de Meuron en Inde en 1800

Unités suisses au service du Royaume de Naple[modifier | modifier le code]

Unités suisses au service des Provinces-Unies et du royaume de Hollande[modifier | modifier le code]

Soldats de régiments suisses au service du royaume de Hollande en 1815-1828
  • Zwitsersche Gardes (Gardes Suisses)
  • Régiment d’infanterie Constant-Redeque
  • Régiment d’infanterie Salisch
  • Régiment d’infanterie Stusler

Unités suisses au service du Royaume de Sardaigne[modifier | modifier le code]

  • Régiment Du Pasquier
  • Régiment grison de Thonatz
  • Régiment grison
  • Régiment Keller
  • Régiment de Glaris et d'Appenzell
  • Régiment grison (Peyer-Imhof)
  • Régiment de St-Gall
  • Régiment de Lucerne

Unités suisses au service du Vatican[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Référence[modifier | modifier le code]

  1. (en)Auxiliary Regiments in the Service of France and the Colonels who led Them during the period 1804 - 1815: Regiments d’Infanterie Suisse, Tony Broughton, sur napoleon-series.org, janvier 2004.