Maya Graf

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Maya Graf
Illustration.
Portrait de Maya Graf
Fonctions
Conseillère nationale
En fonction depuis le [1]
Législature 46e (1999-2003)
47e (2003-2007)
48e (2007-2011)
49e (2011-2015)
50e (2015-2019)
51e (2019-2023)
Présidente du Conseil national suisse
Prédécesseur Hansjörg Walter
Successeur Ruedi Lustenberger
Députée au Grand Conseil du Canton de Bâle-Campagne
[1]
Députée au Conseil communal de Sissach
[1]
Biographie
Date de naissance (57 ans)[1]
Lieu de naissance Sissach, Bâle-Campagne (Suisse)
Nationalité Drapeau de la Suisse Suisse
Parti politique Les Verts
Profession agriculture

Maya Graf, née le à Sissach, est une agricultrice et une femme politique suisse, membre des Verts.

Biographie[modifier | modifier le code]

Maya Graf est élue au législatif communal de Sissach en 1988 et y reste jusqu'en 1995. Cette année-là, elle est élue au Grand Conseil du canton de Bâle-Campagne, où elle siège jusqu'en 2001.

En 2001, elle accéda au Conseil national à la suite de la démission de la députée verte en place. Elle est réélue en 2003, en 2007 et en 2011.

En 2003, elle est l'une des protagonistes du documentaire Le génie helvétique de Jean-Stéphane Bron qui montre les coulisses du débat sur les organismes génétiquement modifiés au Parlement fédéral.

Maya Graf exerce différentes fonctions associatives : elle est notamment présidente du Groupe de travail suisse sur le génie génétique (Schweizerische Arbeitsgruppe Gentechnologie, SAG) et vice-présidente du Comité d'action du nord-ouest de la Suisse contre les centrales nucléaires (Nordwestschweizerischen Aktionskomitees gegen Atomkraftwerke).

En 2012, elle accède à la présidence du Conseil national et devient le premier membre Vert élu à ce poste.

Activité parlementaire[modifier | modifier le code]

Nanotechnologies[modifier | modifier le code]

En 2006, elle va déposer une motion parlementaire réclamant une loi sur les nanotechnologies, dont les éléments non-contraignants sont acceptés, mais pas la demande visant à faire établir par le Conseil fédéral une réglementation et une définition de la nanotechnologie et des domaines d'application. La même année, elle dépose une seconde motion demandant au Conseil Fédéral de mettre sur pied un programme national de recherche sur l'utilité et les risques des nanoparticules synthétiques et sur les applications de la nanotechnologie, dont les chambres fédérales recommanderont le rejet sans débat. En 2008, elle dépose une troisième motion demandant que le Conseil fédéral règlemente, selon le principe de précaution, le domaine de la nanotechnologie et introduise une déclaration obligatoire sur les emballages des produits contenant des nanoparticules, afin que les consommateurs puissent choisir librement ces produits[2].

Sources[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b c et d « Biographie de Maya Graf », sur le site web de l'Assemblée fédérale suisse. (réf. 18.06.2013)
  2. Horizons et débats, 2 février 2009, no 4, Pourquoi la Confédération refuse-t-elle toujours de réglementer la nanotechnologie?, par ra, p. 4