Max Payne (film)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Max Payne (homonymie).
Max Payne
Description de l'image Max payne logo.png.
Réalisation John Moore
Scénario Beau Thorne
Acteurs principaux
Sociétés de production 20th Century Fox
Pays d’origine Drapeau du Canada Canada
Drapeau des États-Unis États-Unis
Genre action
Policier
Durée 100 minutes
Sortie 2008

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Max Payne est un film américano-canadien adapté du jeu vidéo du même nom, réalisé par John Moore et sorti en 2008. Les rôles principaux sont joués par Mark Wahlberg, Mila Kunis et Beau Bridges.

Synopsis[modifier | modifier le code]

Dans la ville de New York, le détective Max Payne (Mark Wahlberg) travaille dans l'unité des affaires non résolues après y avoir été transféré il y a trois ans. Il est obsédé par l'idée de trouver les meurtriers de sa femme Michelle (Marianthi Evans) et de son bébé. Dans sa recherche, il obtient une information de son indicateur, Trevor (Andrew Friedman), lequel le mène à Doug. S'enfonçant encore plus dans les profondeurs de la nuit new-yorkaise, Max va vite découvrir l'existence d'un complot militaire fomenté par l'une des plus puissantes sociétés pharmaceutiques au monde : « Aesir Corporation ».

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Distribution[modifier | modifier le code]

Autour du film[modifier | modifier le code]

  • Olga Kurylenko avait déjà joué dans une adaptation d'un jeu vidéo : Hitman de Xavier Gens (2007).
  • Aux États-Unis, le film est sorti dans 3376 salles de cinéma[1].
  • Tobey Maguire devait incarner le personnage de Jason Colvin tandis qu'une actrice quasi-inconnue du nom de Deborah Rombaut devait incarner le personnage de Mona Sax.
  • Le tournage du film a commencé le 3 mars 2008. Il a duré 50 jours et plusieurs décors naturels ont été utilisés[2]
  • Huit semaines de travail ont été nécessaires pour construire et habiller le décor des bureaux du QG de la société Aesir Corp, un décor gigantesque sur un plateau des Cinespace Studios puis l'équipe des effets spéciaux a ensuite passé une semaine entière à truffer le décor[2].
  • Le tournage de la scène de fusillade chez Aesir Corp. a duré une semaine et au total ce ne sont pas moins de 5000 micro-charges qui furent utilisées, ainsi que 1000 capsules de sang explosives et cartouches pré-impactées pour simuler les impacts de balles[2].

Réception critique[modifier | modifier le code]

Bakchich considère que parmi les adaptations de jeux vidéo au cinéma ce film représente « un naufrage total, un nanar plaqué or »[3]. Télérama regrette aussi la piètre qualité des transpositions de jeu vidéo au cinéma et précise : « scénario sacrifié aux effets spéciaux, héros aussi expressif que son double de pixels, montage illisible, musique tonitruante ». Et le critique Jérémie Couston d'ajouter : « Mark Wahlberg réussit à être horriblement mauvais »[4]. En général, le film a donc été littéralement descendu dans les critiques de la presse mais aussi peu de temps après par les critiques des fans du jeu vidéo tout autant que celles des non-fans, dénonçant un film ennuyeux et même hors-sujet par rapport à l'univers dont il est tiré.

Différences avec le jeu vidéo[modifier | modifier le code]

  • Dans le jeu, Max Payne est un détective de NYPD qui rejoint la brigade des stupéfiants après que les voyous du Valkyr aient tué sa femme et son enfant. À cette époque, Max est un infiltré clandestin dans la famille mafieuse Punchinello sous les ordres de Jack Lupino, avec Alex Balder comme contact. Alex est tué par un agresseur inconnu, et Max est le suspect numéro 1. Il se livre à des actes de violence contre la famille des Punchinello, par soif de vengeance et parce qu'il est déjà une cible de foule.
  • Dans le film, trois hommes se sont introduits chez Max, dont deux (sous l'emprise du V) se font tuer par Max. Le troisième réussit à s'enfuir et Max court depuis après ce troisième homme. Dans le jeu, trois hommes également sous l'emprise du V se sont effectivement introduits chez Max, mais les trois sont abattus par Max, qui ne cherchera par la suite qu'à remonter la filière du V.
  • Dans le film, Balder se fait vraisemblablement tuer par Jack Lupino dans son appartement. Dans le jeu, c'est B.B. qui l'assassine dans le métro.
  • Dans le film, Mona Sax a une petite sœur, Natasha, qui se fait tuer par Lupino. Dans le jeu, Mona a une sœur jumelle, Lisa, qui se fait tuer par Puchinello.
  • Dans le film, le V est une substance liquide de couleur bleue qui s'ingère par simple voie orale. Cela ne colle d'ailleurs pas avec une référence directe faite au jeu au début du film (scène dans les toilettes du métro) où se trouve sur un mur un tag représentant un V surmonté d'une seringue. Dans le jeu, le V est un liquide vert qui s'injecte dans les veines.
  • Dans le film, Max tue enfin l'assassin de sa femme, B.B. le fameux troisième homme, d'une balle en plein cœur, sur la piste de décollage d'hélicoptère au sommet de la tour Aesir. Dans le jeu, Max fait sauter l'hélicoptère dans lequel se trouve Nicole Horne, en faisant tomber l'antenne radio au sommet de la tour Aesir.
  • Dans le film, Jim Bravura est un jeune lieutenant noir. Dans le jeu, Jim Bravura est un vieux lieutenant blanc fatigué et cardiaque.
  • Dans le film, Max trouve des documents clés stockés dans des containers aux entrepôts Gognitti. Dans le jeu, les entrepôts ne sont qu'un passage menant Max au cargo bourré d'armes dont il s'emparera afin de mettre toutes les chances de son côté pour régler ses comptes. Peu avant ce moment, Max aura également suivi à la trace une petite crapule nommée Vinnie Gognitti.
  • De nombreux personnages importants du jeu ne sont pas présents dans le film, tels que les frères Finito, Vinnie Gognitti, Vladimir Lem, le Trio, Alfred Woden ou encore Candy Dawn.

Clins d'œil directs au jeu vidéo[modifier | modifier le code]

  • Une des premières scènes du film, qui se passe dans une station de métro (Rosco Street), est une référence directe au premier niveau du jeu. Un échange de balles a même lieu dans les toilettes de cette station. D'ailleurs, un des junkies se fait écraser par la rame de métro, exactement comme on peut l'être dans le jeu si l'on n'y prend pas garde.
  • Lors des investigations de Max, ce dernier se rend dans une boîte de nuit où des cierges se trouvent disposés dans le décor (au second plan), référence à la planque de Lupino dans le jeu et son côté satanique.
  • Dans une séquence de bullet time qui dure près d'une minute, Max plonge en arrière et tire une décharge de calibre 12 pour abattre un homme posté juste au-dessus de lui.
  • La police d'écriture utilisée, y compris pour l'encart « Une semaine plus tôt » au début du film, est la même que celle du logo des jeux.

Bande originale[modifier | modifier le code]

Max Payne (Original Motion Picture Soundtrack)
Bande originale de Marco Beltrami et Buck Sanders
Film Max Payne
Sortie
Enregistré 2008-2009
Durée 44:39
Genre Soundtrack, Musique électroacoustique
Compositeur Marco Beltrami et Buck Sanders
Producteur Pete Anthony
Label La La Land Records
  1. Max Attacks (3:52)
  2. Investigation (3:30)
  3. Payneful Piano (2:17)
  4. Colvin Quivers (3:34)
  5. Dethlab (2:33)
  6. Storming The Office (1:55)
  7. No Respects For You (2:37)
  8. Lupino Spreads His Wings (1:51)
  9. Max Returns Home (2:05)
  10. Factoring Max (1:48)
  11. Window Payne (3:33)
  12. Dark Heaven (2:40)
  13. Vote For Dennis (2:05)
  14. BB's Maxim (2:48)
  15. Max Marches On (2:26)
  16. Heaven To The Max (1:48)
  17. Topless Fanfare (3:10)

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Max Payne », Allocine.com (consulté le 31 octobre 2008)
  2. a, b et c « Anecdotes du film Max Payne », sur Allociné (consulté le 22 juillet 2014)
  3. « Max Payne, un navet adapté d’un jeu vidéo », Bakchich, 11 novembre 2008.
  4. Télérama, no 3070, 12 novembre 2008, p. 66.

Liens externes[modifier | modifier le code]