Nismo

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Nismo
Description de l'image Nismo logo.svg.
Création 17 septembre 1984
Dates clés 2014 : Retour au Mans de Nissan dans le 56e stand
2015 : Retour de Nissan en LMP1 pour le WEC.
Personnages clés Directeur Global :
Drapeau : Royaume-Uni Darren Cox
Directeur C&I :
Drapeau : Royaume-Uni Ben Bowlby
Pilotes :
Drapeau : Allemagne Michael Krumm
Drapeau : France Olivier Pla
Drapeau : Royaume-Uni Harry Tincknell
Drapeau : Royaume-Uni Max Chilton
Drapeau : Espagne Marc Gené
Drapeau : Royaume-Uni Jann Mardenborough
Drapeau : Japon Tsugio Matsuda
Drapeau : Espagne Lucas Ordóñez
Drapeau : Royaume-Uni Alex Buncombe
Pilotes essayeurs :
Drapeau : Japon Satoshi Motoyama
Drapeau : Russie Mark Shulzhitskiy
Drapeau : Belgique Wolfgang Reip
Forme juridique Société anonyme
Siège social Drapeau du Japon Yokohama (Japon)
Direction Drapeau : Japon Shoichi Miyatani (PDT)
Activité Compétition automobile
Produits DeltaWing (2012-2013), Nissan ZEOD RC (2014), Nissan GT-R LM Nismo (2015-)
Société mère Nissan
Effectif 205

Nismo (Nissan Motorsport), est la division performance fondée en 1984 du constructeur automobile japonais Nissan.

Sport Automible[modifier | modifier le code]

Durant le milieu des années 1980, Nissan engage plusieurs voitures (Nissan R85SV, Lola T810, LM 03C) pour des équipes privées et participent à quelques manches du WSC ou de l'IMSA. En 1985, Nissan lance la Nissan GTP ZXT via des équipes privées. En 1986, Nissan arrive au Mans en Groupe C. Les deux Nissan R65V ne sont clairement pas au niveau des cadors de la catégorie et se classent 16e et un abandon. En 1987, Nissan engage deux R87E mais ne connaîtra de nouveau pas le succès avec deux abandons.

En 1988, Nissan continu d'engager pour la 3e fois consécutives 2 voitures en C1 avec la Nissan R88C, mais la marque japonaise continue de stagner avec une 14e place et un abandon.

En 1989, Nissan décide de se reprendre et engage 3 voitures officielles aux couleurs Calsonic. Mais les Nissan R89C ne seront jamais à la hauteur de Jaguar, Porsche ou encore Mercedes. Les 3 voitures abandonneront, dont le premier abandon eu lieu après seulement 5 tours, un cuisant échec.

Nissan R90CP

En 1990, Nissan lance la R90CK, et la R90CP basée sur une Lola T90/10. Avec 4 R90CK et 1 R90CP. En qualification, la Nissan R90CK no 24 arrache la pole pour 3.27.02, contre 3.33 pour la Porsche 962C du Joest Racing. 4 des 5 Nissan seront dans le top 5 des qualifications, partant presque comme grand favori de l'édition. Mais la course sera une cruelle désillusion, les 5 Nissan, rapides mais peu fiables n'arriveront pas à contrer les Jaguar. Avec 3 abandons, une 5e et une 17e place, c'est un nouvel échec pour la firme japonaise. Nissan a également participé au WSC et termine 3e cette année là et remporte le All Japan Sports Car Endurance Championship.

Nissan R92CP

En 1991, Nissan ne participe pas au Mans et ne s'engage uniquement au championnat japonais prototype. Après une saison remporté haut la main avec la R91CP. Nissan remporte de nouveau le JSPC avec la R92CP et remporte aussi les 24H00 de Daytona 92.

Après l'arrêt du JSPC Nissan lance la Nissan 300ZX en 1994 qui roulera aux États-Unis et au Mans en cat. IMSA GTS. Avec une victoire au 24H00 Daytona et une 5e place au Mans et une victoire dans sa catégorie, la 300ZX est un véritable succès. En 1995, Nissan lance la GT-R R32 en GT1. Avec une 10e place et un abandon au Mans. Nissan continu au Mans avec une 15e place et un abandon.

Nissan R390 GT1 de 1998

En 1997, Nissan arrive dans une catégorie GT1 qui prend de l'allure (Porsche, Panoz, BMW y sont présent) et lance la R390 GT1. Après une grande campagne marketing, la R390 n'est pas là ou elle devrait se trouver. La voiture souffre d'un manque de vitesse et la course se termine avec 2 abandons et une 5e places. En 1998, la R390 est fiable mais elle ne sera jamais en mesure de battre Toyota, Porsche ou Mercedes à la régulière. Mais avec une excellente fiabilité, Nissan se classe 3e, 5e, 6e et 10e.

En 1999, Nissan abandonne le GT et arrive en catégorie LMP. La R391 décroche une victoire à Fuji ou la GT-One était présente, mais au Mans, une des deux Nissan R391 ne prend pas le départ suite à un accident. La Courage C52, engagé par Nissan termine 8e, la R391 quant à elle abandonnera. Après de très nombreux échecs, Nissan roule depuis en championnat GT japonais et autre catégorie comme le FIA GT.

Nissan R391

En 2013, Nissan lance la ZEOD, un véhicule 100% électrique qui sera un véritable échec. La ZEOD continue de rouler en TUSC lors de la saison 2015. Mais en 2014, Nissan décide d'annoncer son grand retour en endurance, ou Porsche, Audi, et Toyota sont également présent, avec un système hybride. La Nissan GTR-LM Nismo est présenté lors de la finale du Super Bowl le 1er février 2015. La voiture se démarque des autres avec un moteur situé à l'avant.

Marché Canadien[modifier | modifier le code]

Depuis 2005, Nissan vend les produits Nismo sur le marché canadien.

Produit Nismo[modifier | modifier le code]

Pour la plupart, ce sont des pièces de performances simple (admission d'air frais, collecteur d'échappement etc...) pas de compresseur volumétrique. Les jantes Nismo sont produites par la compagnie Enkei.

R-Tune & S-Tune[modifier | modifier le code]

Les produits Nismo sont classés en deux catégories :

  • S-Tune, 'S' signifie 'Sport' et sont plus conçus pour un usage routier.
  • R-Tune, 'R' signifie 'Racing' et sont conçus pour un usage sur circuit.

Liens externes[modifier | modifier le code]