Marie Gaudin

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le château de la Bourdaisière, demeure familiale de la famille Gaudin, tel qu'il a été reconstruit vers 1520 par Philibert Babou, l'époux de Marie Gaudin.

Marie Gaudin, née en 1490 ou 1495[1], est une courtisane française.

Biographie[modifier | modifier le code]

Marie Gaudin, qui passait pour la plus belle femme de son temps[2], a été la première maîtresse de François Ier[3], de Charles Quint ainsi que la maîtresse du pape Léon X[4]. Elle et son mari Philibert Babou, lui-même trésorier de l'Épargne de François Ier[5], étaient proches de la famille Médicis[6].

Lors de son entrevue à Bologne avec François Ier, le [7], le pape Léon X lui offrit un diamant de grand prix, appelé depuis « diamant Gaudin »[2],[8], en souvenir des faveurs qu'elle lui avait accordées[4].

Elle servit d'autre part de modèle à la statue de la Vierge conservée dans l'église collégiale de Notre-Dame-de-Bon-Désir, entre Tours et Amboise[2].

Descendance[modifier | modifier le code]

Question book-4.svg
Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (juillet 2017)
Pour l'améliorer, ajoutez des références vérifiables [comment faire ?] ou le modèle {{Référence nécessaire}} sur les passages nécessitant une source.

Marie Gaudin épouse Philibert Babou le à Tours. Ils eurent huit enfants :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Marie Gaudin, fille de Victor Gaudin, maire de Tours et d'Agnès Morrin, dame des Ralluères, née en 1490 ou en 1495 ». Sur favoritesroyales.canalblog.com.
  2. a, b et c Ernest Desplaces, Louis Gabriel Michaud, Biographie universelle, ancienne et moderne, ouvrage rédigé par une société de gens de lettres, 1834, p. 293.
  3. L'Intermédiaire des chercheurs et curieux, volume 49, Benj. Duprat, Libraire de l'Institut, 1904, p. 444.
  4. a et b « Il paraitrait que cette dame avait fixé l’attention de sa Sainteté, et que par un accord entre François 1er et Léon X, elle avait répondu à la passion du Pape », sur souvenirsdutemps.xooit.com.
  5. Jean Lebeuf, Ambroise Challe et Maximilien Quantin, Mémoires concernant l’histoire ecclésiastique et civile d’Auxerre : continues jusqu'à nos jours avec addition de nouvelles preuves et annotations, vol. 2, Auxerre, Perriquet, , 553 p. (lire en ligne), p. 155.
  6. « Le couple aura d’excellentes relations avec les Médicis », sur souvenirsdutemps.xooit.com.
  7. Histoire Chronologique - François Ier, le Père et Restaurateur des Lettres (1515-1547), sur auxerre.historique.free.fr. Consulté le 1er août 2013.
  8. Bibliothèque universelle des sciences, belles-lettres et arts. Littérature, 1806, p. 166.
  9. Famille d'Estrées, sur racineshistoire.free.fr. Gabrielle d'Estrées : p. 4. Descendance avec Henri IV : p. 7.
  10. (en) Marguerite de France, généalogie sur medlands, Foundation for Medieval Genealogy. « Marguerite de France transfère le duché d'Étampes à la maîtresse de son mari, Gabrielle d'Estrées ».

Annexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]