Georges de Brancas

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les autres membres de la famille, voir Famille de Brancas.
Blason fam it-fr de Brancas.svg Georges de Brancas[1]
Naissance
Décès
Maubec
Nationalité française
Profession
Autres activités
Lieutenant-général de Normandie et gouverneur du Havre-de-Grâce
Famille

Compléments

Chevalier des Ordres du Roy
Époux de Joséphine d'Estrées, sœur de Gabrielle, maîtresse du roi

Georges de Brancas (1565-1657), fils d'Ennemond et de Catherine de Joyeuse et frère puîné de l'amiral de Villars, obtint l'érection du marquisat de Villars en duché simple en 1627, et en duché-pairie en 1652.

Il fut chevalier des Ordres du Roy[2], lieutenant-général de Normandie et gouverneur du Havre-de-Grâce[3].

Biographie[modifier | modifier le code]

Né en 1565, il était le troisième fils d'Ennemond, baron d'Oyse et de Villars, et de Catherine de Joyeuse[4]. Il commença sa carrière militaire sur mer, en 1586, après avoir obtenu le commandement de trois navires[2].

Le , il épousa Julienne Hippolyte Joséphine d'Estrées, sœur de Gabrielle d'Estrées, fille d'Antoine IV, marquis de Cœuvres, et Françoise Babou de La Bourdaisière[4]. Tallemant des Réaux dans ses Historiettes, accuse Joséphine d'avoir soudoyé un prêtre de Saint-Paul[précision nécessaire] pour épouser Villars. Afin de récupérer son investissement, elle esta ensuite au nom de son époux, contre la dame d'Aiguillon[Qui ?], et ce procès lui permit d'obtenir 40 000 écus. De plus, le satiriste dresse un portrait au vitriol du « bonhomme », le décrivant comme :

« Ridicule de corps et d'esprit, car il est bossu et quasi imbécile et gueux par dessus cela[5]. »

De l'union naquirent Louis-François, pair et duc de Villars ; puis Marie, qui épousa Henri de Castellane ; Hyppolyte, qui fut fondatrice et mère supérieure des Ursulines de Narbonne ; Françoise, morte jeune ; et Charles, qui épousa Suzanne de Garnier[4].

En 1625, il équipa vingt-cinq vaisseaux de guerre, pour aller combattre les protestants[2]. Pour l'en remercier, Louis XIII érigea la terre de Villars en duché simple en septembre 1627. Brancas fit enregistrer les lettres d'érection au parlement d'Aix en juillet 1628[3],[4]. En juillet 1652, il obtint de Louis XIV des lettres d'érection du duché de Villars en pairie, mais s'éteignit en janvier 1657 dans son château de Maubec sans jamais avoir fait enregistrer ses lettres. Son fils aîné, Louis-François, les fit enregistrer un mois après sa mort, mais toujours au parlement d'Aix[6]. Or, le parlement de Paris ne reconnaissait que ses propres enregistrements[7] : « Cela faisait donc, dit Saint-Simon, un duché fort boiteux et une pairie en idée, un duc à qui aucun ne cédait, par conséquent exclu de toute cérémonie[6]. »

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Armorial de J.B. RIETSTAP - et ses Compléments Armoiries de la Famille de Brancas : D'azur, à un pal d'argent, chargé de trois tours de gueules, et accosté de quatre pattes de lion mouvantes des flancs de l'écu posées en chevron. Devise: DELLA BRANLA IL LEONE, OU EX UNGUE LEONEM
  2. a b et c Artefeuil, Louis Ventre,Histoire héroïque et universelle de la noblesse de Provence
  3. a et b Mémoires complets et authentiques du duc de Saint-Simon sur le siècle de Louis XIV et la régence, Paris, Sautelet, 1829, t. XIV, p. 197 [lire en ligne].
  4. a b c et d André René Le Paige, Dictionnaire topographique, historique, généalogique et bibliographique de la province et du diocèse du Maine, vol. 1, Toutain, 1777, [lire en ligne], p. 471.
  5. Tallemant des Réaux, Historiettes, [lire en ligne], p. 114.
  6. a et b Mémoires complets et authentiques du duc de Saint-Simon sur le siècle de Louis XIV et la régence, op. cit., p. 198. [lire en ligne].
  7. Mémoires complets et authentiques du duc de Saint-Simon sur le siècle de Louis XIV et la régence, op. cit., p. 200.
  8. Le geste de la duchesse de Villars signifie que Gabrielle d'Estrées est enceinte, ce que confirme la servante en train de coudre une layette en arrière-plan.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Louis de Rouvroy Saint-Simon, Henri Saint-Simon, Mémoires complets et authentiques du duc de Saint-Simon sur le siècle de Louis XIV et la régence, Publié par A. Sautelet, 1829
  • Artefeuil, Louis Ventre,Histoire héroïque et universelle de la noblesse de Provence, Impr. de la veuve Girard, 1776

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens internes[modifier | modifier le code]