Liste des évêques d'Angoulême

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Liste des évêques d'Angoulême

(Dioecesis Engolismensis)

Liste[modifier | modifier le code]

Haut Moyen-Âge[modifier | modifier le code]

Bas Moyen-Âge[modifier | modifier le code]

Époque contemporaine[modifier | modifier le code]

Révolution[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Grégoire de Tours place Ausone au milieu du IIIe siècle, mais l'historien Robert Favreau pense qu'il était évêque au IVe siècle.
  2. Les évêques du VIIIe siècle ne sont pas connus. Certaines listes notent Landebertus et saint Salvius comme évêques : Landebertus est seulement trouvé comme participant du concile de Narbonne en 788, mais cela est apocryphe. Traditionnellement célébré comme un évêque d'Angoulême, saint Sauve se trouve sur certaines listes tardives, mais sa vita a été écrite peu de temps après sa mort et ne fait aucune mention d'Angoulême.
  3. La Chronique de Saint-Maixent note un évêque Autbertus, mais à partir d'un acte faux. Son existence est donc douteuse.
  4. Les Annales Engolismenses (MGH SS, 4:5 et 16:486) notent qu'un évêque Girbaldus est mort en 864, mais il n'est pas attesté dans un autre document et Helias a assisté à un concile en 862.
  5. Oliba peut avoir été évêque dès 869, car Hélias est vu la dernière fois au concile de Vermery en 869.
  6. Un évêque Godalbert, qui aurait été évêque entre Anatole et Gombaud, se trouve sur une liste épiscopale du XIIe siècle qui n'inclut pas sa date de mort (alors que c'est le cas pour les autres évêques); d'après Puybaudet, "Une liste épiscopale d’Angoulême", p. 282. Non attesté dans d'autres documents, Favreau rejette son existence, notant que son nom aurait été confondu avec Gumbaldus (le nom de Gombaud en latin), surtout depuis Gombaud a été appelé "Gundaberto" dans la Chronique de Saint-Maixent.
  7. Roho est peut-être devenu évêque dès 1018, mais est seulement attesté en 1020.
  8. Élu en 1159, ordonné en 1160.
  9. Élu en 1181, ordonné en 1182.
  10. Élu en 1252, ordonné en 1253.
  11. Guillaume III de Blaye : élu 12 octobre 1273, ordonné 15 janvier 1274.
  12. Le Trésor de Chronologie précise qu'il siégea 12 années (sed. 12 annos).
  13. Le Trésor de Chronologie précise « frater ejus ».
  14. Élu le 8 mars. Occupe le siège le 9 avril.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Favreau 2010, p. 9.
  2. a et b Favreau 2010, p. 10.
  3. Favreau 2010, p. 10-11.
  4. Favreau 2010, p. 11.
  5. Favreau 2010, p. 11-12.
  6. Favreau 2010, p. 12.
  7. Favreau 2010, p. 12-13.
  8. a et b Favreau 2010, p. 13.
  9. Favreau 2010, p. 14.
  10. a, b, c et d Favreau 2010, p. 14-15.
  11. Favreau 2010, p. 16.
  12. a et b Favreau 2010, p. 17.
  13. Debord, p. 93.
  14. a et b Favreau 2010, p. 18.
  15. a et b Favreau 2010, p. 19.
  16. Favreau 2010, p. 19-20.
  17. Favreau 2010, p. 21-22.
  18. Favreau 2010, p. 22-23.
  19. Favreau 2010, p. 24.
  20. Favreau 2010, p. 24-26.
  21. Favreau 2010, p. 26-28.
  22. Favreau 2010, p. 28-33.
  23. Favreau 2010, p. 33-35.
  24. Favreau 2010, p. 35-37.
  25. Favreau 2010, p. 37-39.
  26. Favreau 2010, p. 39-40.
  27. Piveteau 1983, p. 122.
  28. Piveteau 1983, p. 122-123.
  29. Favreau 2010, p. 125-128.
  30. Piveteau 1983, p. 123-124.
  31. Piveteau 1983, p. 128.
  32. a et b Piveteau 1983, p. 124-125.
  33. Piveteau 1983, p. 130-133.
  34. Piveteau 1983, p. 133-134.
  35. Piveteau 1983, p. 134.
  36. Piveteau 1983, p. 135.
  37. Piveteau 1983, p. 136.
  38. Piveteau 1983, p. 135-139.
  39. Piveteau 1983, p. 137.
  40. a, b, c, d, e, f, g, h, i et j Date donnée par La Grande Encyclopédie.
  41. a, b, c, d, e, f, g, h, i et j Date donnée par le Trésor de Chronologie.
  42. a et b Forme nominale donnée par La Grande Encyclopédie.
  43. a et b Forme nominale donnée par le Trésor de Chronologie.
  44. Selon le Trésor de Chronologie.
  45. Monseigneur Paul Pouget, « Jacques Turicella, évêque d'Angoulême de 1602 à 1605 », Bulletin de la Société Archéologique et Historique de la Charente, no 149-4,‎ , p. 172-175
  46. "Benard" est donné par La Grande Encyclopédie.
  47. Archives de l'Assemblée Nationale.
  48. « Les figures de Montréjeau », Dominique Lacombe (1749-1823), sur montrejeau-pyrenees.com (consulté le 3 janvier 2012)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • André Debord, La société laïque dans les pays de la Charente Xe-XIIe s., Picard, , 585 p. (ISBN 2-7084-0112-2, présentation en ligne)
  • Robert Favreau, Évêques d’Angoulême et Saintes avant 1200., vol. 9, Revue historique du Centre-Ouest, numéro 1, , p. 7-142
  • La Grande Encyclopédie, inventaire raisonné des sciences, des lettres et des arts - volume deuxième, pages 1167 et 1168 - Paris (1885-1902).
  • L’Annuaire pontifical, sur le site http://www.catholic-hierarchy.org, à la page [1]
  • Pertz, Georgius Henricus, ed. "Annales Engolismenses." In Monumenta Germaniae Historica Scriptorum t.4, 5. Hannover: Impensis Bibliopolii Hahniani, 1841. [2]
  • Pertz, Georgius Henricus, ed. "Annales Engolismenses." In Monumenta Germaniae Historica Scriptorum t.16, 485-87. Hannover: Impensis Bibliopolii Hahniani, 1859. [3]
  • Cécile Piveteau, Les évêques d'Angoulême aux XIIIe et XIVe siècles, Bulletins et mémoires de la Société archéologique et historique de la Charente, , p. 119-139.
  • Puybaudet, Guy de. "Une liste épiscopale d'Angoulême", dans Mélanges d'archéologie et d'histoire 17 (1897) : 279-84.
  • Trésor de Chronologie, d’histoire et de géographie pour l'étude et l'emploi des documents du Moyen Âge, par le comte de Mas-Latrie ; pages 1373 et 1374 - Paris - V. Palmé (1889) (consultable sur http://gallica.bnf.fr)