Marie-Ange Le Boulaire

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Marie-Ange Le Boulaire
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata (50 ans)
ParisVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activité
Autres informations
A travaillé pour

Marie-Ange Le Boulaire Verrecchia est une journaliste et réalisatrice française née le à Paris

Victime en 1994 du violeur en série Patrick Trémeau, elle se bat depuis pour l’amélioration de l’aide aux victimes. Présidente de l'Association Nationale pour la Reconnaissance des Victimes, elle est également intervenante auprès de la police judiciaire et de la gendarmerie nationale, membre de la Commission départementale d'Actions contre les Violences faites aux Femmes de Paris, membre de la Commission pluridisciplinaire des Mesures de Sureté, elle est en cours de créer la Fondation Le Boulaire Verrecchia "Tous ensemble pour les victimes". Elle a été nommée au grade de Chevalier de l'Ordre du Mérite par décret du 15 mai 2015.

Parcours[modifier | modifier le code]

Le 26 octobre 1994, la route de Marie Ange Le Boulaire croise celle de Patrick Trémeau, violeur en série multirécidiviste. Celui-ci est arrêté quelques mois plus tard, est inculpé pour 14 viols sous la menace d’une arme et est condamné en 1998 à 16 ans de réclusion criminelle. Au bout des huit années, Marie Ange Le Boulaire transforme ce traumatisme en force, résilience dont elle témoigne dans un livre autobiographique, Le viol[1].

Cette même année, elle réalise conjointement un film documentaire, le viol[2], dans lequel d’autres victimes de Patrick Trémeau témoignent afin de démontrer que le viol est un crime grave, mais qu’il est possible pour les victimes de s’en sortir et de reconstruire leur vie. C’est la première fois qu’une victime parle ouvertement de ce crime. Marie Ange Le Boulaire est sollicitée par les médias et accepte de parler du viol sans tabou.

En 2003, Marie Ange Le Boulaire devient formatrice auprès de la Police Judiciaire et de la Gendarmerie Nationale sur l’accueil et l’audition des femmes victimes. Elle entre en tant que membre au sein de la Commission Départementale d’Actions contre les Violences Faîtes aux Femmes de Paris.

Afin de continuer son travail d’aide et de prévention, Marie Ange réalise des documentaires dont l’axe est toujours le point de vue de la victime. En 2004, Marie Ange Le Boulaire propose à Yves Bot (Procureur Général) la mise en place d’un bureau des victimes au Palais de Justice de Paris. Ce bureau alors unique en France est un exemple repris aujourd’hui par des nombreuses instances.

En mai 2005, Patrick Trémeau sort de prison en fin de peine. Trois semaines plus tard, il récidive. Il est arrêté en septembre 2005 pour trois nouveaux viols. Marie Ange Le Boulaire organise une conférence de presse avec six autres victimes. Tous les médias sont présents. La nouvelle récidive de Patrick Trémeau et l’action de ces anciennes victimes soulèvent l’opinion publique. La loi sur la récidive et le bracelet électronique est votée à l’Assemblée Nationale deux semaines plus tard. (article de presse)

Marie-Ange Le Boulaire continue, en parallèle de son métier de réalisatrice, son combat pour l’amélioration des droits et de l’aide aux victimes. Elle propose à Envoyé Spécial (France 2) une série de trois documentaires sur les victimes de viols. Pendant cinq années, elle suit des victimes d’un autre violeur en série, de leur dépôt de plainte dans les bureaux de la police judiciaire de Paris quelques heures après le viol, à la condamnation de l’auteur à la cour d’assises de Paris quatre années plus tard :

  • « La Brigade du viol » (finaliste prix Albert-Londres 2008) retrace cette histoire du dépôt de plainte à l’arrestation du violeur ;
  • « Nathalie, Faustine, Sarah, Camilla et les autres » est le parcours de ces jeunes femmes pendant la période de l’instruction, quatre années de vie mise entre parenthèses, de la perte de leur travail aux tentatives de suicide, avec les passages en hôpital psychiatrique.
  • « Jugé coupable, reconnues victimes » ( Plateau Envoyé Spécial) est un document exceptionnel. Pour la première fois, le palais de justice de Paris accepte d’ouvrir les portes des audiences de la Cour d’Assises aux caméras de la réalisatrice. Les victimes ont aussi voulu témoigner à visage découvert et participer de cette façon au combat contre les violences faites aux femmes.

Le travail de Marie Ange Le Boulaire en tant que réalisatrice a toujours pour vocation de lutter contre les tabous, donner la parole aux victimes, reconnaître leurs souffrances, leur apporter l’espoir de pouvoir un jour se dire « je ne suis plus une victime »

En février 2009, lors du procès de Patrick Trémeau, Marie Ange Le Boulaire et d’anciennes victimes sont présentes aux côtés des trois nouvelles victimes. A nouveau largement médiatisé, ce procès est une excellente tribune pour parler à nouveau de la récidive, du suivi socio judiciaire, des obligations de soins, de la commission d’évaluation de la dangerosité, de la castration chimique, de la rétention de sûreté.

Depuis plusieurs années, Marie Ange Le Boulaire est la référence médiatique sur l’aide aux victimes. Elle est régulièrement interviewée en tant que spécialiste sur les violences à l’égard des femmes, la prévention, la récidive lorsque l’actualité et les faits divers déferlent la chronique.

En 2010, elle fonde l'Association Nationale Pour la Reconnaissance des Victimes et organise la première manifestation publique pour la Journée Européenne des Victimes le 22 février 2011. Les villages réunissent pour la première fois 30 associations de victimes et d'aide aux victimes, ainsi que les différents ministères et services publics chargés des Victimes. Huit ateliers de prévention sont également ouverts aux enfants[3]. À l'occasion du 25 novembre 2010, Journée Internationale des Violences faites aux Femmes, elle a été invitée dans plusieurs émissions télévisées[4] et radios[5].

Le 22 février 2013, la Journée Européenne des Victimes regroupe plus de 200 associations, 15 ateliers de prévention et un partenariat avec le barreau de Paris permet de proposer des consultations juridiques gratuites. Le village est installé Place Louis Lépine, Paris 4 M° Cité, face au Palais de Justice de Paris.

Le 23 mai 2014, pour la quatrième édition, 4 000 visiteurs sont venus à la Journée "Tous ensemble pour les victimes".

Couverture Presse[modifier | modifier le code]

Réalisations[modifier | modifier le code]

Parutions[modifier | modifier le code]

Filmographie[modifier | modifier le code]

  • Le viol, France 5, France 3, Téva (film documentaire autobiographique)
  • Madame Le Proc, Zone Interdite, M6 (la permanence criminelle et des flagrants délits du Parquet de Paris)
  • A la poursuite du gang des toxiques, Reportages, TF1 (enquête au sein de la Brigade de Répression du Banditisme sur un groupe de faux agents de police agressant les personnes âgées)
  • La brigade du viol, Envoyé spécial, France 2, Finaliste Prix Albert-Londres 2008 (neuf mois d’enquête auprès des victimes au sein du 2e District de Police Judiciaire de Paris)
  • Nathalie, Faustine, Sarah, Camilla et les autres, Envoyé spécial, France 2 (Suite de « la brigade du viol » Suivi pendant 4 ans du parcours judiciaire et psychologique des victimes d’un violeur en série, des aveux de l’agresseur à la veille du procès)
  • Jugé coupable, Reconnues victimes, Envoyé spécial, France 2 (suite de Nathalie, Faustine, Sarah, Camilla et les autres : Procès du violeur en série et de ses 14 victimes. Ce documentaire a reçu le Prix Spécial du Jury au Scoop de Lille, Festival Européen du Journalisme en 2011)
  • Les pompiers de l’extrême, Reportages, TF1
  • Enquête sur la formation du GREP, les pompiers d’élite, Appel d'urgence, TF1 (une année en caserne au rythme des interventions et de la vie quotidienne de la Brigade des Sapeurs Pompiers de Paris)
  • Alain Robert à la conquête de Singapour (tour du monde des escalades à mains nues des plus hauts gratte-ciels par « l’homme araignée », Prix spécial du festival d’aventure de Dijon, Prix de la Presse du Festival d’Aventure de Trento (Italie), 1er prix festival de Moscou, 3e prix « AlpinFilm Festival » de New York)
  • Roberto Alagna, de la banlieue à l’opéra, Envoyé spécial, France 2 et France 5
  • Au-delà des flammes, Appel d'urgence, TF1 (enquête sur les feux de forêts en Californie)
  • Proc de choc, France 2 (portait d’un procureur de Créteil)
  • PJ, section Flagrants Délits, France 2

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Le Viol, Flammarion (2002) / Reader Digest (2004) / J’ai lu (2005/2009) 25 000 exemplaires
  2. 52’ diffusé sur France 5 et France 3
  3. Journée européenne des victimes
  4. JT de France 2 de 13h du 24 novembre, JT de France 2 de 20h du 24 novembre, LCI, M6, L'heure du crime-RTL invitée de jacques pradel 17/02/11
  5. Journal d'Europe1, RMC, Europe 1 bienvenue chez Basse, Rendez-vous politique du dimanche soir BFMTV / RMC, C politique sur France5 27/02/2011, le magazine de la rédaction France 2 05/03/11