Yves Bot

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Bot.
Icône de paronymie Cet article possède un paronyme, voir Yvan Blot.
Yves Bot
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Fonctions
Avocat général
Cour de justice de l'Union européenne
-
Procureur général
Cour d'appel de Paris
-
Procureur de la République près le tribunal de grande instance de Paris
-
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 71 ans)
Nationalité
Formation
Activité
Père
Ghislain Bot (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
A travaillé pour
Membre de
Directeur de thèse
Distinctions

Yves Bot (né le à Château-Thierry (Aisne) et mort le [1]) est un magistrat français.

Avocat général à la Cour de justice de l'Union européenne, anciennement connue sous le nom de Cour de justice des Communautés européennes, il était précédemment procureur général près la cour d'appel de Paris. Il eut pour mission de réorganiser le plus grand parquet de France.

Biographie[modifier | modifier le code]

2017-fr.wp-orange-source.svg
Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (mai 2013)
Pour l'améliorer, ajoutez des références vérifiables [comment faire ?] ou le modèle {{Référence nécessaire}} sur les passages nécessitant une source.
Si ce bandeau n'est plus pertinent, retirez-le. Cliquez ici pour en savoir plus sur les bandeaux.
Cette section contient une ou plusieurs listes. Le texte gagnerait à être rédigé sous la forme de paragraphes synthétiques. Les listes peuvent demeurer si elles sont introduites par une partie rédigée et sourcée, de façon à bien resituer les différents items. Par défaut de sourçage d'ensemble, ce sont chacun des items qui devront être sourcés.  (juin 2019).
  • Yves Bot a été nommé auditeur de justice en décembre 1970. D'abord substitut du parquet du Mans de 1974 à 1980 puis premier substitut du parquet du Mans de 1980 à 1982. En 1978, il traite un dossier financier considérable (140 millions de francs escamotés au détriment du Crédit national, de plusieurs banques présentes au Mans, du Crédit industriel de l'Ouest à Angers, le Trésor public, etc). L'inculpé, Nicolas Fabrone, mis en détention provisoire, est élargi par arrêt de la chambre d'accusation de la cour d'appel d'Angers, moyennant le versement d'un cautionnement de 40 000 F qui ont été collectés parmi ses créanciers. Le soir même de sa libération, l'inculpé aidé par quelques salariés, franchit la frontière italienne où il bénéficie de l'absence de convention d'extradition. Cette affaire n'est mentionnée que dans une note de deux lignes en bas d'une page intérieure du Monde alors qu'au même moment, un délit ne portant que sur 60 millions de francs est relatée dans une colonne entière avec titre en gras. L'inculpé avait notamment abusé du crédit de TVA consenti sur les commandes d'équipements en application de textes adoptés sur la proposition du ministre des Finances Jean-Pierre Fourcade ; il avait eu l'habileté d'inviter en présence de la presse, le député de Sablé, Joël Le Theule, ainsi qu'un ministre. L'enquête de police judiciaire diligentée sous l'autorité du premier substitut Yves Bot, avait porté sur cinq pays : France, principauté de Monaco, Italie, Suisse, principauté du Liechtenstein.
  • Chargé de mission pour les affaires pénales, pénitentiaires de la protection judiciaire de la jeunesse de juin 1993 à mai 1995 dans le cabinet de Pierre Méhaignerie, garde des Sceaux.
  • Yves Bot a écarté en mars 1999 une possible audition de Jacques Chirac, alors que celui-ci était susceptible d'être mis en cause dans l'affaire des emplois fictifs du RPR. Il s'était en effet déclaré incompétent pour poursuivre le Président de la République dans l'exercice de ses fonctions, suivant ainsi une décision du Conseil constitutionnel du 22 janvier 1999. Le juge Patrick Desmure, nommé par la suite procureur à Chartres, avait suivi les réquisitions du procureur.

Un poste sensible[modifier | modifier le code]

2017-fr.wp-orange-source.svg
Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (juin 2019)
Pour l'améliorer, ajoutez des références vérifiables [comment faire ?] ou le modèle {{Référence nécessaire}} sur les passages nécessitant une source.

La fonction de procureur général près la cour d'appel de Paris est un poste à la fois convoité et très exposé en raison de la sensibilité des affaires politico-financières qui y sont traitées. La nomination de Yves Bot a été entérinée par un décret du président la République, Jacques Chirac, en date du 4 octobre 2002 et publié au Journal officiel.

Dans la lutte pour ce poste éminemment politique qu'est le parquet de Paris, Yves Bot l'a emporté sur ses rivaux, parmi lesquels figuraient le procureur de Lyon Christian Hassenfratz, le procureur général près la cour d'appel de Rouen Christian Raysseguier ou Jean-Claude Marin, avocat général à la Cour de cassation, finalement nommé directeur des affaires criminelles et des grâces (DACG), autre poste hautement stratégique.

Le procureur de Paris a eu à gérer de brûlants dossiers politico-financiers encore à l'instruction, comme les affaires Elf, Falcone ou encore les marchés de rénovation des lycées d'Île-de-France. Il s'est aussi prononcé sur l'épineuse question des « frais de bouche, de gestion et de cuisine » de la mairie de Paris, dénoncés par l'actuelle municipalité mais dans ce cas les faits sont, semble-t-il, prescrits.

L'affaire d'Outreau - Concernant l'affaire de pédophilie d'Outreau, en novembre 2005, le procureur général de Paris, Yves Bot, a présenté devant la cour d'assises d'appel de Paris ses « regrets » aux accusés et a confirmé la demande d'acquittement général en leur faveur.

Le 8 mars 2006, entendu par la commission d'enquête parlementaire sur l'affaire d'Outreau, Yves Bot a proposé aux députés la suppression du juge des libertés et de la détention, une fonction crée en 2000 pour décharger le juge d'instruction, qui, selon lui s'avère « être une fausse bonne idée ».

À partir de 2006, Yves Bot est avocat général près la Cour de justice de l’Union européenne.

Ouvrages[modifier | modifier le code]

  • Ma justice : plus proche, plus humaine, plus forte, éditions Bourin, 2007, 164 p.
  • Les institutions judiciaires : organisation et fonctionnement, éditions Berger-Levrault, coll. « L'Administration nouvelle », 1985, 220 p.

Décorations[modifier | modifier le code]

Opposition[modifier | modifier le code]

Yves Bot est un ancien membre dirigeant de l'Association professionnelle des magistrats (APM), comme Georges Fenech[4].

Classé à droite de l'échiquier politique mais ayant agi sans complaisance de certaines affaires relatives au RPR, Yves Bot est considéré par ses détracteurs comme un « sous-marin »[Information douteuse] [?] de la droite, aujourd'hui proche de Nicolas Sarkozy.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]