Marc Cerrone

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Ce modèle est-il pertinent ? Cliquez pour en voir d'autres.
Le ton de cet article ou de cette section est trop promotionnel ou publicitaire. (indiquez la date de pose grâce au paramètre date).

Modifiez l'article pour adopter un ton neutre (aide quant au style) ou discutez-en.

Ce modèle est-il pertinent ? Cliquez pour en voir d'autres.
Cet article ne cite pas suffisamment ses sources (juin 2011).

Si vous disposez d'ouvrages ou d'articles de référence ou si vous connaissez des sites web de qualité traitant du thème abordé ici, merci de compléter l'article en donnant les références utiles à sa vérifiabilité et en les liant à la section « Notes et références » (modifier l'article, comment ajouter mes sources ?).

Marc Cerrone
Description de cette image, également commentée ci-après

Marc Cerrone, photographié par le studio Harcourt en 2009.

Informations générales
Surnom Cerrone
Naissance (64 ans)
Vitry-sur-Seine
Activité principale Batteur, compositeur, producteur, écrivain
Activités annexes Réalisateur artistique
Genre musical Disco, disco-funk
Années actives Depuis 1972
Site officiel cerrone.net

Marc Cerrone, né Jean-Marc Cerrone le à Vitry-sur-Seine, est un musicien, compositeur, producteur de musique et écrivain français. Il est un des grands noms du disco, cumulant nombre de tubes dont Supernature (chanson) (en)[1]. Durant sa carrière, il a vendu plus de 30 millions de disques[2][réf. insuffisante].

Il est aussi l'auteur de concerts-événements ayant réuni des centaines de milliers de personnes à travers le monde tels que la Dance Party Live à Versailles, le Los Angeles Millenium Celebration, ou le concert à Paris place de la Concorde pour la célébration du bicentenaire de la Révolution.

Biographie[modifier | modifier le code]

Jeunesse et formation[modifier | modifier le code]

À cinq ans, il est marqué par la séparation de ses parents, lui et ses frères sont mis en pension.

À douze ans, sa mère, Liliane Cerrone, lui offre sa première batterie. Il devient batteur et est influencé par le rhythm and blues d'Otis Redding. Durant son adolescence, des groupes ou musiciens comme Chicago, Cream, Jimi Hendrix, Santana influencent Cerrone.

Les débuts[modifier | modifier le code]

En 1969, il persuade Gilbert Trigano, directeur des Club Med, d'engager des groupes de rock. Cerrone devient alors directeur artistique d'une quarantaine de clubs.

Le premier groupe de Cerrone se nomme Kongas et existe de 1972 à 1976. Il joue au célèbre club de Saint-Tropez « Le Papagayo »[3],[4]. Eddie Barclay devient son premier producteur et produit son premier single Boom en juillet 1972.

Durant ces années-là, le groupe fera de nombreux concerts et jouera même au Japon [5]. Mais fin 1974, Cerrone quitte le groupe. Durant l'année 1975, Cerrone ouvre un établissement de disques importés dans le centre commercial Belle-Epine à Thiais. Cet établissement propose les premiers disques disco venant des États-Unis (The Trammps, KC and the Sunshine Band, Mandrill, …). [réf. nécessaire]. En écoutant ces albums, l'envie de créer de la musique revient pour Cerrone. Pour cela, avec l'aide de son ami Don Ray, qui possède un studio sur l'avenue de la Grande Armée à Paris, il réalise une maquette. Cependant, Cerrone trouve qu'il est mieux de faire un album dans les studios de Londres. Il y part en juillet 1976.

La période disco[modifier | modifier le code]

Marc Cerrone en 1977

Cerrone autoproduit son premier album Love in C minor (enregistré de septembre à octobre 1976 au studio Trident de Londres). Cet album est révolutionnaire pour l'époque. La chanson titre dure 16 minutes et ce format est loin d'être idéal pour la radio (5 minutes max). De plus, il y a dans sa chanson des gémissements féminins, une basse omniprésente et (le plus important) il met en avant le pied de grosse caisse… chose très inhabituelle pour l'époque. Toutes les maisons de disques refusent son album et Cerrone décide alors de s'autoproduire. Il se distribue par ses propres moyens en se faisant importateur de musique britannique. Son album est un énorme succès aux États-Unis et il se vend 8 millions d'exemplaires à travers le monde. Love in C Minor lui vaut son premier Grammy Award en 1977.

Dès 1976 commence une collaboration fructueuse avec Alain Wisniak avec qui il coécrira et coréalisera plusieurs albums : Cerrone's paradise,Supernature,Cerrone V Agelina ,Cerrone VI Panic, Cerrone VIII Back Track.

Son deuxième album, Cerrone's paradise, réalisé en février et mars 1977 au studio Trident de Londres connaît moins de succès. En effet, la chanson titre semble imiter ou être une suite logique de Love in C minor. Take me et Time for love sont des chansons plus originales et d'une durée de six minutes.

Durant l'été 1977, Cerrone compose, à Londres toujours, l'album Supernature. Son premier single Supernature connaît un succès immédiat dans les dancefloors du monde : 10 millions d'albums de Supernature sont vendus. Give me love, extrait de la bande originale du film Brigade mondaine, connaît le même succès. Cerrone devient une star reconnue, notamment aux États-Unis et joue au Studio 54 de New York. Dès l'année 1977, Cerrone produit des artistes comme Don Ray pour Revelacion. Il est nommé cette année-là à 5 fois aux Grammy Awards, dont celui du meilleur artiste.

Durant l'été 1978 sort l'album Cerrone IV qui connaît un énorme succès. Des chansons comme Rocket in the pocket ou Look for love deviennent des classiques du disco. Cet album est un des premiers à être enregistré en quarante-huit pistes. Les 3 et 4 décembre 1978, Cerrone joue ses grands classiques à l'Olympia : Love in C minor, Take me, Supernature, Rocket in the pocket, etc. Dans ce concert, 20 hommes et femmes dansent nus.

En 1979, Cerrone quitte l'Europe et va à Hollywood pour enregistrer en mars-avril l'album Angelina dans le studio Cherokee Sound. L'album n'est plus disco comme les précédents et est plutôt « new wave-rock », ce qui brouillera les repères parmi les fans. Living in love est un morceau faisant penser aux vacances, à la plage, aux palmiers : cette chanson marchera bien. La chanson funky Call me tonight sera un tube dans les discothèques homosexuelles. Il reçoit le Golden Globe du meilleur producteur de disques de l'année.

Post-disco[modifier | modifier le code]

Le disco connut un tel succès qu'une majorité d'artistes s'en sont emparés, produisant en masse des titres de piètre qualité. Cerrone avait prévu cette situation et n'avait pas perdu de temps pour faire évoluer son style musical, cela depuis son troisième album. Mais à cause de l'image écornée que subira le disco, genre collant indubitablement au personnage de Cerrone, la décennie 1980 amorcera le véritable déclin de son succès. Il apprend dans le même temps le cancer de son père. Il entre en dépression et produit Cerrone VI : Panic. L'année suivante, il enregistre Cerrone VII : You are the one dans les studios Power. Jocelyn Brown y chante toutes les chansons. Cet album replace Cerrone dans les grands succès qu'on lui connaissait lors de ses premiers albums, mais il réamorcera son déclin immédiatement après.

En 1982, Cerrone enregistre l'album Cerrone 8 : Back Track. Les 23 et 24 juin, Cerrone joue à l'espace Balard et les recettes de ces concerts iront à une association pour la lutte contre le cancer. En 1983, son père meurt de son cancer. En 1983 sort l'album Cerrone IX : Your Love Survived, qui comporte des reprises des titres discos suivants : Give Me Love, Look For Love, Call Me Tonight. La même année sort le simple Freak Connection, reprise du Standing in the Shadows of Love (en) de Holland, Dozier et Holland. Il enchaine avec l'album Where Are You Now. En 1986, il fera un titre (Oops Oh no!) avec Latoya Jackson, sœur de Michael Jackson. S'en suivra la sortie de l'album studio The Collector en 1986, qui inspirera l'opéra rock du même nom, coécrit avec la chanteuse américaine (basée en angleterre) Lene Lovich et interprété par un super-groupe composé de musiciens venus d'horizons divers (Nile Rodgers de Chic, JJ Jeczalyk d'Art of Noise, le chanteur Steve Overland, la chanteuse Mary Hopkin, les cuivres d'Earth, Wind and Fire et les chœurs de l'Opéra de Paris. Il s'y produira en novembre 1988, sur le parvis du Trocadéro avec un spectacle total (concert, ballet, pyrotechnie, jeux de lumière, lasers…).

C'est le prélude à une série de concerts-spectacles événements qui vont devenir sa marque de fabrique au cours des années 1980 et 1990.

  • Le 14 juillet 1989 spectacle « Evolution ».
  • En 1991 L'album « Dream » découlera de cet évènement particulièrement gigantesque.
  • Il met en scène la nuit du Millenium pour le passage à l'an 2000 à Los Angeles.
  • Le 1er juillet 2005 le concert « Hysteria Party » sur la place d'armes du château de Versailles, sera suivi le lendemain au même endroit du concert Live 8 auquel il participe.
  • Il organise en 2008, avec son vieux complice Nile Rodgers, la « NY Dance Party » au milieu de Central Park, à New York, transformé en une discothèque géante pour célébrer les trente ans de la dance music.

Chaque fois, ces concerts-spectacles gratuits retransmis en direct par de nombreuses chaînes de télévision attirent plusieurs centaines de milliers de spectateurs. Ces évènements lui permirent de sortir la tête de l'eau.

Retour au premier plan[modifier | modifier le code]

En 2000, Bob Sinclar invite Cerrone sur son nouvel album disco-house Champs Élysées.

En 2001 sort l'album Cerrone by Bob Sinclar où ce dernier rend hommage au « roi du disco ».

En 2002 sort l'album Hysteria dont la pochette sera censurée. La chanson Hysteria sera le seul single de l'album. Ce dernier connaîtra un succès mitigé.

En février 2005, il signe la partition de l'adaptation française d' Orange mécanique donnée au Cirque d'Hiver à Paris.

En 2005, Cerrone est promu au grade de commandeur dans l'ordre des Arts et Lettres.

En juillet 2006, premier concert de Cerrone en Afrique (Alger, Algérie) à l'hôtel Sheraton. En novembre 2006, un remix de Supernature revient à la dixième place du classement de Billboard[6].

En février 2007, Cerrone a fêté ses 30 ans de carrière à l'Olympia de Paris. En juin 2007, Cerrone sort son nouvel album Celebrate en exclusivité sur mobile Samsung.

En 2009, le deuxième volet de la série sort sous le titre Cerrone by Jamie Lewis. La même année paraît un remix par Joey Negro de Cerrone's Paradise.

Il devient l'un des jurés de l'émission de télévision X Factor au côté de Julie Zenatti, diffusé en France sur W9 et en Belgique sur RTL-TVI.

En 2010, Cerrone Symphony, Variations Of Supernature sort en février 2010 avec un premier single : Supernature Project avec Dax Riders.

Livres[modifier | modifier le code]

En 1982 et 1984, Marc Cerrone publie deux romans policiers : Le Rat et Névrose.

En 1990, il publie Dancing Machine, un roman aussitôt adapté pour le cinéma par Gilles Béhat, avec Alain Delon, Claude Brasseur et Patrick Dupond. Marc Cerrone vit alors à Hollywood jusqu'en 2000 où il fait une série de concerts à succès aux États-Unis.

En juin 2004, Cerrone sort son Best of en CD et DVD ainsi que sa biographie Et pourquoi pas la Lune.

Références bibliographiques
  • Névrose / Marc Cerrone. Paris : Fayard, 1982, 252 p. (ISBN 2-213-01191-5)
  • Le Rat / Marc Cerrone. Paris : Malligator, 1984, 313 p. La couv. porte en plus : "Tu ne toucheras pas à mes rêves..." (ISBN 2-905148-00-4)
  • Dancing machine / Marc Cerrone. Paris : Éd. no 1, 1990, 245 p. (ISBN 2-86391-391-3)
  • Et pourquoi pas la lune ! / Marc Cerrone ; propos recueillis par Sylvie Van Den Wildenberg. Paris : J.-M. Laffont, 2004, 283 p. (ISBN 2-84928-045-3)

Discographie[modifier | modifier le code]

Albums studio[modifier | modifier le code]

Best Of[modifier | modifier le code]

Featuring[modifier | modifier le code]

Cerrone By[modifier | modifier le code]

Albums live[modifier | modifier le code]

Bandes originales[modifier | modifier le code]

Remixes[modifier | modifier le code]

Singles[modifier | modifier le code]

  • Brigade Mondaine : Give Me Love
  • Top Dance : Give Me Love / Supernature / Love In C Minor / Je Suis Music
  • Time / Stood Still
  • Vaudou aux Caraïbes
  • Panic
  • Trippin On The Moon / Phonic
  • Love In C Minor / Black Is Black
  • Take Me / Cerrone's Paradise
  • Supernature / In The Smoke
  • Give Me Love / Love Is Here
  • Je Suis Music / Rocket In The Pocket
  • Angelina / Call Me Tonight
  • Rock Me / Rocket In The Pocket
  • Freak Connection / Your Love Survived
  • Cycle’s Woman / Exodus
  • Club Underworld / Taxi In The Night
  • The Collector / The Collector (2)
  • Oops, Oh No ! / Version Instrumentale
  • Flight Of The Phoenix / J‘m‘envole
  • Supernature 88
  • Heart Of Me / Evolution
  • I’m gonna take another chance on you / Evolution

Engagement associatif[modifier | modifier le code]

Marc Cerrone est ambassadeur de l'association fédérative La Voix de l'Enfant.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]